MAXIMES, François de La RochefoucauldFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La maxime, ou l'espace du désenchantement

Pessimistes assurément, comptables mélancoliques de la perte des idéaux aristocratiques, ces textes « en petits morceaux » témoignent de la crise aiguë que connaît le « moi » héroïque de la première partie du xviie siècle, dès lors que « le nom de la vertu sert à l'intérêt aussi utilement que les vices » (maxime 187). Les maximes ont ceci de particulier qu'elle sont closes sur elles-mêmes – elles font sens –, exhibées entre deux blancs typographiques – qui laissent une place pour la réflexion du lecteur ou la conversation de ceux qui la lisent en groupe –, et reliées en recueil. Il revient au lecteur de constater l'enchaînement et de percevoir le discours sous-jacent. Données comme admirables, parce que brillantes, elles sont là pour fasciner autant que pour enseigner ; ostensiblement isolées, comme leur auteur, leur propos secret est aussi de décevoir, autrement dit de représenter la vanité du monde et du texte qu'elles composent. L'idée est de viser la clarté, la condensation, la précision dans l'analyse des mœurs ou des âmes, de manière à déboucher sur une morale marquée par une pointe qui s'écarte du jeu baroque. Cette pointe finale, ce concetto, devient désenchanté pour dénoncer le passage du commerce des esprits, noble, charitable, profond, gratuit, au commerce tout court, intéressé, particulier et finalement bourgeois. Quelque chose s'est perdu à jamais, et l'emploi constant des formes négatives en témoigne. L'homme ne s'appartient plus. Pris pratiquement dans la Chute, le voici soumis au monde, à ses humeurs, à l'intérêt.

On n'a cessé, depuis leur publication, de réfléchir sur le but ultime de ces Maximes. Sont-elles une préparation à la lecture des Évangiles ? Une réflexion janséniste sur la Chute et l'impossibilité pour l'homme de connaître le chemin du salut ? La Rochefoucauld ne conclut pas à la nécessité de la Rédem [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire et d'esthétique du théâtre à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  MAXIMES, François de La Rochefoucauld  » est également traité dans :

LA ROCHEFOUCAULD FRANÇOIS DE (1613-1680)

  • Écrit par 
  • Paul BÉNICHOU
  •  • 1 410 mots

L'œuvre du moraliste français François, duc de La Rochefoucauld , est née tout entière de sa carrière d'aristocrate conspirateur et homme du monde. Il conspira en effet et se battit de vingt-cinq à quarante ans, puis vécut paisiblement dans la retraite ou dans le monde jusqu'à sa mort, à Paris où il était né. Sa vie, commencée dans les agitations de la Fronde, à laquelle il prit une part active, c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-de-la-rochefoucauld/#i_28742

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 7 323 mots

Dans le chapitre « Les moralistes »  : […] Cette dimension morale que présentent aussi le théâtre de Racine ou la poésie de La Fontaine accorde au xvii e  siècle français une place éminente dans la longue histoire de la connaissance de soi, qui avait pris son essor lointain dans la Grèce antique. Un grand héritier de Socrate, Montaigne, veille d’ailleurs aux portes du siècle où la question […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xviie-s/#i_28742

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian BIET, « MAXIMES, François de La Rochefoucauld - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maximes/