MAXIMES, François de La RochefoucauldFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une écriture aristocratique

Il est nécessaire de comprendre d'emblée qu'il s'agit ici d'une écriture aristocratique, élaborée collectivement, dans les cercles et les salons d'après la Fronde, marquée par une désinvolture ostentatoire – signe du « Grand » qui n'avoue pas qu'il écrit parce que écrire serait, en l'espèce, déchoir –, déterminée par le ressentiment face au pouvoir royal et par l'impuissance politique à agir. D'abord conçues dans l'entourage de Mme de Sablé – cette ancienne précieuse devenue janséniste austère, protectrice de La Fontaine et fort lettrée –, les Maximes, tout en commentant le monde et les hommes nouveaux, regardent vers l'amont du temps.

Dès 1663, Mme de Sablé fit réunir une première série de petits textes déjà lus et discutés à Paris. Puis La Rochefoucauld fit établir un recueil manuscrit. L'une de ces copies – où l'on enchaîna les textes courts pour donner à l'ouvrage des allures de traité de morale – fut publiée en Hollande sans permission de La Rochefoucauld sous le titre de Sentences et maximes de morale (1664). On s'intéressa, dans le cercle de Mme de Sablé, à la manière sèche et précise dont le duc représentait les mœurs. Mais on s'interrogea aussi sur les fins de l'ouvrage : fallait-il en conclure que tout n'était dans le monde que fausse vertu, que la vertu elle-même n'était qu'une illusion, ou fallait-il comprendre à l'inverse qu'une vertu chrétienne véritable et efficace pouvait sauver l'ensemble ? C'est probablement ce premier espace de conversation qui détermina La Rochefoucauld à approfondir la question de l'amour-propre en reprenant un développement déjà publié ailleurs en 1660, à ajouter, en conclusion, un texte sur le mépris de la mort, à demander à Henri de La Chapelle-Bessée un discours inaugural qu'il fit placer en tête du recueil, et enfin à écrire un Avant-Propos anonyme, comme l'était toujours l'ensemble de l'ouvrage. La première édition autorisée des Réflexions, ou Sentences et maximes morales parut donc en 1664 (datée de 1665). Elle comport [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur d'histoire et d'esthétique du théâtre à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  MAXIMES, François de La Rochefoucauld  » est également traité dans :

LA ROCHEFOUCAULD FRANÇOIS DE (1613-1680)

  • Écrit par 
  • Paul BÉNICHOU
  •  • 1 410 mots

L'œuvre du moraliste français François, duc de La Rochefoucauld , est née tout entière de sa carrière d'aristocrate conspirateur et homme du monde. Il conspira en effet et se battit de vingt-cinq à quarante ans, puis vécut paisiblement dans la retraite ou dans le monde jusqu'à sa mort, à Paris où il était né. Sa vie, commencée dans les agitations de la Fronde, à laquelle il prit une part active, c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-de-la-rochefoucauld/#i_28742

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 7 323 mots

Dans le chapitre « Les moralistes »  : […] Cette dimension morale que présentent aussi le théâtre de Racine ou la poésie de La Fontaine accorde au xvii e  siècle français une place éminente dans la longue histoire de la connaissance de soi, qui avait pris son essor lointain dans la Grèce antique. Un grand héritier de Socrate, Montaigne, veille d’ailleurs aux portes du siècle où la question […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xviie-s/#i_28742

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian BIET, « MAXIMES, François de La Rochefoucauld - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maximes/