BECKMANN MAX (1884-1950)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le tournant mythologique et l'exil

Le Départ (1932-1935, Museum of Modern Art, New York), premier d'une série de triptyques, marque l'apparition des motifs mythologiques dans son œuvre. Dans un contexte général de regain d'intérêt pour la pensée mythique, Beckmann puise dans la mythologie les éléments d'une représentation à la fois symbolique et actuelle de la torture et de l'exil. Artiste cultivé, lecteur de Shopenhauer et de Jean Paul, Beckmann revendique sa filiation avec les romantiques allemands et s'intéresse au mysticisme et à la théosophie, alors en vogue.

Contraint à la démission, il quitte son poste de directeur de la Städelschule en 1933 et s'installe à Berlin. Hostile aux nouvelles orientations politiques, il tente néanmoins de préserver autant que possible sa carrière prestigieuse, grâce aux soutiens dont il bénéficie dans les milieux culturels et aristocratiques. En 1937, des tableaux de Beckmann provenant pour la plupart des collections de musées allemands sont présentés à l'exposition sur l'« art dégénéré » organisée par les nazis. Le peintre quitte alors l'Allemagne et s'installe à Amsterdam. Il y restera dix ans, faute de pouvoir obtenir un visa pour les États-Unis. Après la guerre, Beckmann émigre aux États-Unis et enseigne un temps à l'École d'art de l'université de Washington à Saint Louis, où il occupe le poste laissé vacant par Philip Guston, puis à la Brooklyn Museum Art School. Il travaille toujours aussi intensément ; ses coloris deviennent plus variés et éclatants, les formes, plus séduisantes, se simplifient. Ses dernières œuvres représentent les paysages, les gratte-ciel, et la population de sa nouvelle terre d'accueil. Il meurt à New York le 27 décembre 1950, emporté par une crise cardiaque alors qu'il se rendait à l'exposition American Painting Today, où était présentée une de ses dernières peintures, l'Autoportrait au veston bleu (1950, The Saint-Louis Art Museum).


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : D.E.A. en esthétique et sciences de l'art de l'université Paris-I-Panthéon-Sorbonne, doctorante à l'École des hautes études en sciences sociales, Centre d'histoire et théorie de l'art

Classification

Autres références

«  BECKMANN MAX (1884-1950)  » est également traité dans :

MAX BECKMANN. UN PEINTRE DANS L'HISTOIRE (exposition)

  • Écrit par 
  • Jean-François POIRIER
  •  • 858 mots

En organisant une superbe exposition consacrée à Max Beckmann (1884-1950) au Centre Georges-Pompidou (10 septembre 2002-6 janvier 2003), la France rendait pour la première fois hommage à un peintre allemand qui, avant de rompre définitivement avec l'Europe en 1945, avait éprouvé une forte attirance pour Paris au point d'y louer un atelier en 1929. Ce qu […] Lire la suite

NOUVELLE OBJECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 2 142 mots

Dans le chapitre « L'objet et la technique »  : […] À la suite de difficultés matérielles et politiques – la ville de Mannheim était située en Rhénanie, alors sous occupation militaire française –, Hartlaub ne put mettre sur pied son exposition qu'en 1925, du 14 juin au 13 septembre. À l'exception d'un Suisse, Niklaus Stoecklin, les trente-deux peintres retenus par lui étaient allemands. Pour la plupart, ils étaient assez bien connus : Max Beckman […] Lire la suite

Pour citer l’article

Aurelia ELIS, « BECKMANN MAX - (1884-1950) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/max-beckmann/