GODELIER MAURICE (1934- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ethnographie des Baruya

Entre 1967 et 1969, Godelier entreprend une enquête de terrain sur les hautes terres de Nouvelle-Guinée (où il retournera à plusieurs reprises jusqu’en 1988) auprès des Baruya, une tribu d’horticulteurs et éleveurs de cochons, entrée en contact avec l’Occident en 1960. Il en tire une monographie devenue classique, La Production des grands hommes, qui expose la reproduction des hiérarchies et les ressorts de la domination consentie entre clans allochtones et autochtones, great men (chamanes, guerriers, chasseurs) et hommes ordinaires, à partir de la différenciation des genres et de la supériorité légitimée des hommes sur les femmes. Ces dernières sont en effet exclues de la fabrication et de la possession des outils, des armes, des monnaies de sel végétal et des objets rituels. Elles ont un accès restreint à la propriété des terres et à la prise de parole dans les assemblées politiques. En outre, elles sont échangées comme épouses entre les hommes des différents lignages.

Selon Godelier, si cette domination masculine se retrouve à tous les niveaux de la hiérarchie sociale, c’est parce que s’y joue depuis le plus jeune âge l’adhésion à une idéologie commune mise en scène et transmise lors de cycles rituels initiatiques auxquels participent tous les clans de la tribu, où le sperme est utilisé comme une force de croissance à l’origine de la vie des êtres humains et de leurs substances corporelles, telles que le lait maternel. En dépréciant ainsi la contribution des femmes à la procréation par le transfert ritualisé du pouvoir imaginaire de l’engendrement aux hommes initiés, sous la supervision des clans conquérants dépositaires des objets sacrés nécessaires à la transformation des jeunes garçons en hommes accomplis et différenciés en fonction de leur appartenance ou pas aux great men, les hommes baruya se reconnaissent ainsi distincts hiérarchiqu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences, École des hautes études en sciences sociales, membre du Laboratoire d'anthropologie sociale

Classification

Autres références

«  GODELIER MAURICE (1934- )  » est également traité dans :

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'anthropologie marxiste »  : […] Certes, la conception que se font les marxistes de l'histoire est différente de celle de Lévi-Strauss, mais, d'un côté comme de l'autre, les débats portent sur les mêmes problèmes fondamentaux, essentiellement celui de savoir quel statut et quelle priorité accorder aux systèmes symboliques. Même si, en définitive, les divergences restent profondes, Lévi-Strauss, dans La Pensée sauvage , déclare v […] Lire la suite

QUAI BRANLY-JACQUES CHIRAC MUSÉE DU, Paris

  • Écrit par 
  • Julien GUILHEM, 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 3 223 mots

Dans le chapitre « Le débat sur la place des « arts primitifs » »  : […] L'absence de concertation préalable de la communauté ethnologique, ainsi que le déménagement annoncé d'une partie des collections ethnologiques du musée de l'Homme (250 000 pièces) et du MAAO (24 000 pièces), eut pour effet de plonger les ethnologues dans une profonde inquiétude, à peine tempérée par la nomination de Maurice Godelier – remplacé ensuite par un autre ethnologue, Emmanuel Desveaux – […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Laurent BERGER, « GODELIER MAURICE (1934- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-godelier/