DENIS MAURICE (1870-1943)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une ambition classique et monumentale

Un premier séjour à Rome en 1898 conduit Maurice Denis à un tournant majeur dans sa vie comme dans son œuvre. Il découvre ce qu'il nomme la « méthode classique » qu'il comprend comme « une morale en même temps qu'une psychologie ». Plus qu'à Michel-Ange dont il critique la manière torturée dans les fresques de la chapelle Sixtine, il s'attache à Raphaël, qui « a dû plus qu'aucun autre se tenir en garde contre lui-même pour tenter l'aventure d'une beauté plus consciente, plus délibérée ». Les compositions de 1898-1900 – Le Monotone Verger (1898, Rijksmuseum Kröller-Müller, Otterlo), Virginal Printemps (1899, collection particulière) – portent la marque de ce renouveau classicisant qu'on lui a plus tard reproché mais qui caractérise son apport singulier à l'« art nouveau ».

Au tournant du siècle, l'Hommage à Cézanne (1900, musée d'Orsay) marque à la fois l'adieu définitif aux nabis, rassemblés presque tous sur cette toile dans la boutique du marchand de tableaux Ambroise Vollard, et la reconnaissance de l'importance majeure pour l'avenir de la voie plastique choisie par Cézanne, dont une nature morte forme le cœur de la composition. Maurice Denis invente ainsi son propre classicisme auquel il restera par la suite fidèle tout au long de sa vie, reprenant par exemple à six reprises, de 1898 à 1934, le motif de la vasque de la Villa Médicis à Rome, peint jadis par Corot, en variant le cadrage, la gamme colorée, ou la géométrisation des formes.

Mais malgré leur nombre et la force de leur composition, les tableaux de chevalet sont moins importants pour Maurice Denis que son ambition de redonner à la peinture sa place dans l'architecture grâce à des panneaux et à des fresques alliant le charme du décoratif à la grandeur du monumental. « La raison d'être de la peinture dans l'édifice, écrit-il, est [...] d'illuminer les murs, puis de rendre sensible au public le sens spirituel du monument [...]. En sorte que le [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : professeur d'histoire et de théorie de l'art contemporain à l'université de Paris-VIII

Classification


Autres références

«  DENIS MAURICE (1870-1943)  » est également traité dans :

HISTOIRE DE L'ART RELIGIEUX, Maurice Denis - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 935 mots

Le gros volume publié par Maurice Denis (1870-1943) à la fin de sa vie n'est pas, à proprement parler, un ouvrage théorique. Au terme de sa carrière, il couronne néanmoins plus d'un demi-siècle de réflexions et de pratique artistique, qui illustre ce qu'il écrivait, dans son Journal en 1886, à seize ans : « La peinture est un art es […] Lire la suite

ABSTRAIT ART

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 6 698 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Abstraction, monochromie et fin de l'art »  : […] La réduction moderniste conduit la peinture à la stricte monochromie, et on s'est demandé s'il s'agissait encore là d'art abstrait. Dans son journal, Yves Klein répond par la négative : il s'avoue « heureux de ne pas être un peintre abstrait ». Le premier tableau qu'il soumit à l'approbation du monde de l'art ne fut pas acceptée au Salon des réalités nouvelles de 1955. Les membres du comité d'org […] Lire la suite

ART SACRÉ

  • Écrit par 
  • Françoise PERROT
  •  • 5 348 mots

Dans le chapitre « Maurice Denis et la théorisation de l'art religieux »  : […] Le xx e  siècle s'est ouvert, en France, sur la séparation des Églises et de l'État (1905), ce qui a ralenti les initiatives en matière d'art religieux pour deux décennies. Des artistes, évoluant le plus souvent au sein de groupes ou de mouvements divers, ont fait état d'une quête spirituelle, que plusieurs ont pensé retrouver dans l'art médiéval. C'est le cas de Maurice Denis (1870-1943) qui se r […] Lire la suite

FORMALISME (arts)

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 1 870 mots

Dans le chapitre « Diffusion du formalisme »  : […] En France, le formalisme a suivi une tout autre ligne de développement. Il prend la forme d'une « grammaire » systématisée des arts décoratifs et du dessin chez le théoricien de l'art Charles Blanc (1813-1882). La célèbre formule manifeste du peintre nabi Maurice Denis (1890) – « Se rappeler qu'un tableau, avant d'être un cheval de bataille, une femme nue, ou une quelconque anecdote, est essentie […] Lire la suite

LIVRE

  • Écrit par 
  • Jacques-Alexandre BRETON, 
  • Henri-Jean MARTIN, 
  • Jean TOULET
  •  • 26 563 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Orientations des recherches graphiques »  : […] « Aujourd'hui, écrit Huysmans en 1880, pour plaire à cette cohue d'acheteurs qui fait emplette de livres soi-disant de luxe, par prose, par vogue, il faut recommencer les mièvreries du dernier siècle... » Le livre Art nouveau doit d'abord être compris comme une réaction moderniste contre ce passéisme et cet éclectisme régnants. Il rapproche l'art du livre des arts vivants (affiche, architecture, […] Lire la suite

NABIS

  • Écrit par 
  • Antoine TERRASSE
  •  • 3 178 mots
  •  • 4 médias

Nabi ( nebiim au pluriel) signifie prophète en hébreu. À la fin de l'année 1888, quelques très jeunes peintres, entraînés par l'aîné d'entre eux, Paul Sérusier, choisirent de se grouper sous ce terme quelque peu mystérieux, qui leur fut révélé par leur ami Auguste Cazalis. Sérusier, en effet, subjugué par la personnalité et par l'art de Paul Gauguin qu'il venait de rencontrer à Pont-Aven, en Bre […] Lire la suite

PONT-AVEN ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Antoine TERRASSE
  •  • 1 004 mots
  •  • 1 média

En mai 1886, à Paris, eut lieu la huitième et dernière exposition des impressionnistes : douze années s'étaient écoulées depuis leur première manifestation chez Nadar. Au sein du groupe, des divisions s'étaient opérées. Les uns, comme Monet, demeuraient attachés à une analyse fidèle de la nature ; d'autres, à la suite de Manet (dont la disparition en 1883 avait été durement ressentie) et de Cézann […] Lire la suite

SÉRUSIER PAUL (1863-1927)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BOUILLON
  •  • 445 mots
  •  • 2 médias

Sérusier, le « nabi à la barbe rutilante », selon la dénomination des nabis eux-mêmes, est avant tout, avec Maurice Denis, le théoricien et l'« intellectuel » du mouvement. Après des études brillantes il avait été massier à l'académie Julian, où il avait retrouvé Denis, Bonnard, Ranson, Ibels. En 1888, il se rend à Pont-Aven : Gauguin le convertit à la peinture « symboliste et synthétiste » et lui […] Lire la suite

SYMBOLISME - Arts

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BOUILLON
  •  • 5 739 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les dates et les théories »  : […] Les difficultés sont de deux ordres. Dans ce que l'on est maintenant contraint d'appeler le « noyau » symboliste – ceux qui à l'époque même ont reçu ou revendiqué cette dénomination – les manières diffèrent à l'extrême : la peinture de Puvis paraît à cent lieues de celle de Gauguin, qui l'admirait pourtant ; le « tuyau de cheminée » de Carrière semble aux antipodes des joailleries de Gustave Mor […] Lire la suite

VERKADE JAN PETER WILLIBRORD (1868-1946)

  • Écrit par 
  • Robert L. DELEVOY
  •  • 459 mots

Nature mystique, adepte de la théosophie (il tenta d'y initier Paul Sérusier) avant sa conversion au catholicisme, à laquelle n'est probablement pas étranger Maurice Denis (le « Nabi aux belles icônes »), le peintre hollandais Verkade (originaire de Zaandam, élève à Amsterdam de H. J. Haverman) a participé activement, dès son entrée au monastère bénédictin Saint-Martin de Beuron, au sud de la Forê […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

30 septembre 1997 • France • Déclaration de repentance des évêques sur l'attitude de l'Église sous le régime de Vichy.

Lors d'une cérémonie organisée au mémorial du camp d'internement de Drancy (Seine-Saint-Denis) — d'où quelque soixante-seize mille juifs furent déportés durant la guerre —, Mgr Olivier de Berranger, évêque du diocèse de Saint-Denis, lit une « déclaration de repentance [...] Lire la suite

10-14 décembre 1982 • France - Maurice - Malaisie • Voyage du Premier ministre Pierre Mauroy à la Réunion, à l'île Maurice et en Malaisie

Le 10, Pierre Mauroy arrive à Saint-Denis de la Réunion. Ce voyage est l'occasion de confirmer les mesures d'aide financière et fiscale en faveur des investissements dans les D.O.M.-T.O.M., et de réaffirmer que l'essentiel du projet de loi sur la décentralisation sera maintenu. Le 11, Pierre [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul-Louis RINUY, « DENIS MAURICE - (1870-1943) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-denis/