BLONDEL MAURICE (1861-1949)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le choc initial

Pour comprendre comment Blondel est devenu le philosophe de l'action et du problème religieux, il convient de suivre la genèse de sa pensée.

Il naît à Dijon d'une famille bourgeoise et chrétienne qui retenait parmi ses traditions le souci d'une solide culture. On voit encore au 32 de la rue Chabot-Charny l'hôtel particulier des Blondel, orné d'une porte gothique, d'un petit cloître et de fenêtres Renaissance. La famille était de juristes et non de philosophes. Ce trait sera à l'origine du choc que ressentit l'étudiant quand, voulant se consacrer à la philosophie, il entra à l'École normale supérieure. Là, il se heurtera à une critique tantôt dissolvante, tantôt favorable aux divers rationalismes qui n'agréaient la religion que dans les limites de la raison. En même temps, il subira l'influence de maîtres éminents comme Boutroux, qui l'initieront à Spinoza, Leibniz, Kant et quelques autres grands penseurs. C'est alors que naîtra dans l'esprit du jeune homme l'idée d'une critique plus radicale et d'une raison intégrale qui dégageraient des négations mêmes la légitimité du problème religieux sous sa forme la plus exigeante.

Dans cette perspective, Maurice Blondel présente, le 7 juin 1893, la thèse de doctorat qui devait le rendre célèbre : L'Action. Essai d'une critique de la vie et d'une science de la pratique. Il en développe les implications méthodologiques dans deux études importantes, la Lettre sur les exigences de la pensée contemporaine en matière d'apologétique et sur la méthode de la philosophie dans l'étude du problème religieux (parue en 1896) et Histoire et dogme. Les Lacunes philosophiques de l'exégèse moderne (publiée en 1903).

Entre-temps, il avait été nommé à la faculté des lettres de Lille, puis à celle d'Aix-en-Provence où il achèvera sa carrière. Là, il élaborera, au bruit des fontaines, entre 1934 et 1949, ce qu'on appellera sa tétralogie : La Pensée (1934), L'Être et les êtres (1935),


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  BLONDEL MAURICE (1861-1949)  » est également traité dans :

APOLOGÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 3 540 mots

Dans le chapitre « Du Moyen Âge à l'époque contemporaine »  : […] La démarche apologétique classique du christianisme avait été formulée par saint Anselme dans son Proslogion (1078) : fides quaerens intellectum . La foi recherche les motifs qui, sans prétendre démontrer ce qui demeure mystérieux pour la raison, permettent de croire, et fondent un « jugement de crédibilité ». Mais les motifs de crédibilité ne sont pas la foi. Leur rapport à la foi restait à éluc […] Lire la suite

GUITTON JEAN (1901-1999)

  • Écrit par 
  • Gérard LECLERC
  •  • 736 mots

Écrivain, philosophe, auteur d'une trentaine d'ouvrages qui regardent aussi bien la philosophie que l'exégèse ou l'autobiographie, Jean Guitton s'est inscrit tout au long du xx e  siècle, comme un penseur catholique, particulièrement soucieux d'établir des liens rigoureux entre la raison et la foi. Né dans un milieu catholique de Saint-Étienne, il ressent tout de suite, en fréquentant le lycée pub […] Lire la suite

IMMANENTISME

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 192 mots

Doctrine philosophique qui rejette la transcendance, c'est-à-dire l'irréductibilité de Dieu (ou bien d'un principe du réel) à ce qui relève des pouvoirs et des limites de l'esprit. Dans ce sens, Spinoza est taxé d'immanentisme ; il conçoit Dieu comme totalement intelligible à la raison. En fait, immanence et transcendance (intériorité et supériorité) vont ensemble chez beaucoup d'auteurs (Dieu est […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean TROUILLARD, « BLONDEL MAURICE - (1861-1949) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-blondel/