LANGHOFF MATTHIAS (1941- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des œuvres

Langhoff traite essentiellement des luttes pour le pouvoir, de la guerre, de la mort, et Shakespeare demeure son auteur de prédilection. En 1972, il faisait débuter Katharina Thalbach dans Othello. Puis il y eut Anatomie Titus Fall of Rome. Eine Shakespearekommentar (adaptation de Titus Andronicus par Heiner Müller), très remarqué à Bochum (1985) ; Le Roi Lear à deux reprises (en néerlandais, 1979 ; en français, 1986) ; un Macbeth incompris au Théâtre national de Chaillot (1990) ; un Richard III très percutant, qu'il intitula Gloucester Time. Matériau Shakespeare (1995), fouaillant ce temps du crime qui se perpétue jusqu'à nos jours. En 2009, il donne un Hamlet-Cabaret.

C'était le montage d’Heiner Müller Fatzerfragment (Le Fragment Fatzer, d'après Brecht, 1978) que Langhoff avait mis en scène à Hambourg. C'est aussi dans la version du dramaturge qu'il réalisa Ödipus Tyrann (d'après Sophocle/Hölderlin), en allemand en Autriche (1988) et en catalan (1991) à Barcelone (la pièce sera reprise en 2013 à Metz, avec la troupe du théâtre de la jeunesse de Saratov). De Müller lui-même, il créa Herzstück (Pièce de cœur, un spectacle d'un quart d'heure à partir de quinze lignes de texte, dans trois présentations différentes entre 1981 et 1990), Verkommenes Ufer Medeamaterial Landschaft mit Argonauten (Rivage délabré matériau-Médée paysage avec argonautes, 1982) ; il monta sa Mission en 1989 et contribua à la traduction de Hamlet pour la mise en scène de H. Müller (1977). Une amitié de longue date liait les deux hommes, une même façon d'envisager le théâtre et la vie. Müller considérait que Langhoff était celui qui comprenait le mieux ses pièces.

Revisitant avec Karge le classique allemand Prinz Friedrich von Homburg de Heinrich von Kleist (Hambourg, 1978 ; T.N.P. de Villeurbanne, 1984), Langhoff avait réfuté la vision romantique de Vilar et de Gérard Philipe : dans un État prussien naissant, la discipline broyait l'individu et la guerre revenait au premier plan. Avec Trois Sœurs, de Tchekhov (1994), il couvrit un siècle d'histoire de la Russie, d'avant la révolution à l'U.R.S.S. puis à la Russie de Boris Eltsine et, conjointement au drame sentimental des sœurs Prozorov, s'interrogea sur le devenir d'une armée désœuvrée en temps de paix. Philoctète de Müller (1994), L'Île du salut d'après Kafka (1996) et bientôt Les Troyennes (1998) participent de son théâtre-forum sur fond de guerre et de violences, et de la volonté de produire des spectacles en écho à des événements immédiats : Koweït, Bosnie, Rwanda, Tchétchénie...

Taxé de violence et d'excès paroxystiques, Langhoff a su montrer douceur, tendresse et séduction dans sa première réalisation lyrique, Don Giovanni de Mozart (Grand Théâtre de Genève, 1991). On regrette qu'il ait renoncé à monter parallèlement – J. Rosner ayant annoncé le même double projet à Toulouse – le Dom Juan de Molière programmé à Vidy-Lausanne.

Toujours attentif à la langue, aux langues et aux dialectes, Langhoff fit traduire La Duchesse de Malfi de John Webster par Claude Duneton dans un vocabulaire savoureux (1991), et Désir sous les ormes d'Eugene O'Neill par Françoise Morvan dans des tournures de terroir. Mademoiselle Julie d’August Strindberg (Genève, 1988) avait donné lieu à une exploration philologique collective avec les comédiens, et la nouvelle traduction avait suscité un jeu particulièrement roboratif. Parfois, le metteur en scène rédige lui-même un « intermède » (Philoctète), des didascalies et un commentaire sur la guerre du Golfe (Richard III). Il signe son Île du salut. Rapport 55, d'après La Colonie pénitentiaire de Kafka.

Son théâtre est politique, non idéologique. Langhoff rend caduc le comportement du spectateur suspendu aux lèvres de l'interprète et l'incite à un autre regard, à une autre écoute. Comme on le voit encore avec la mise en scène conjointe de deux œuvres de Büchner, Lenz et Léonce et Léna (2002), il interroge les pièces en relation avec la vie, en en laissant ouvertes toutes les significations possibles et les « conjugue » selon deux temps : celui de l'action et celui d'aujourd'hui, afin d'éclairer réciproquement passé et présent.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : docteur d'État ès lettres et sciences humaines, écrivain, théâtrologue

Classification

Autres références

«  LANGHOFF MATTHIAS (1941- )  » est également traité dans :

DANSE DE MORT (A. Strindberg)

  • Écrit par 
  • David LESCOT
  •  • 1 278 mots

En signant la mise en scène de Danse de mort (1900), Matthias Langhoff a fait en avril 1996 son entrée à la Comédie-Française, inscrivant du même coup la pièce d'August Strindberg au répertoire de la Maison de Molière. Double irru […] Lire la suite

KAFKA EN REPRÉSENTATION (mises en scène F. Tanguy et M. Langhoff)

  • Écrit par 
  • David LESCOT
  •  • 1 518 mots

Mis à part Le Gardien de tombeau , une pièce énigmatique et relativement méconnue, Franz Kafka n'a pas écrit pour le théâtre. On recense pourtant de nombreuses tentatives de porter son œuvre à la scène ( Le Procès , créé dernièrement au festival d'Avignon par Dominique Pitoiset, l'atteste), et ses romans ont souvent fait l'objet d'une adaptation. La référence à Kafka, même si elle emprunte des fo […] Lire la suite

LE RÉVIZOR et L'INSPECTEUR GÉNÉRAL (N. Gogol)

  • Écrit par 
  • David LESCOT
  •  • 1 012 mots

Rien de plus comique que le Révizor de Nicolas Gogol (1836), trônant au sommet du patrimoine théâtral russe. Mais aussi, rien de plus politique que cette fable de la corruption, en des temps où les classes dirigeantes doivent soutenir le siège de la suspicion généralisée. Rien de plus métaphysique, enfin, que cette ironique parabole où l'imposture démasque le mensonge et où les coupables rachèten […] Lire la suite

LA MORT DE DANTON et LENZ, LÉONCE ET LENA (mises en scène)

  • Écrit par 
  • Anouchka VASAK
  •  • 933 mots

Comment expliquer l'insistante présence de Büchner sur les scènes françaises, notamment lors de la saison 2001-2002 ? Comment expliquer par ailleurs la transposition à la scène de Lenz , ce récit de l'errance du poète allemand dans les vallées vosgiennes ? Pour le dire autrement : à quoi tient la modernité de Büchner ? Quelle réflexion sur le « dramatique » suscite-t-elle ? Sans évoquer toutes l […] Lire la suite

QUARTETT (H. Müller)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 933 mots

« Période / Un salon d'avant la Révolution française / Un bunker d'après la troisième guerre mondiale. » Ces didascalies ouvrent le texte de Quartett , donnant son cadre et son ton à cette pièce de Heiner Müller qui réunit, pour une ultime rencontre, le couple imaginé par Choderlos de Laclos dans Les Liaisons dangereuses  : Madame de Merteuil et Valmont. La Marquise et le Vicomte ont vieilli. Il […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Odette ASLAN, « LANGHOFF MATTHIAS (1941- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/matthias-langhoff/