BARNEY MATTHEW (1965- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un parcours sans faute

Né en 1965 à San Francisco, élevé dans l'Idaho, formé à l'université Yale à New Haven, Matthew Barney, athlète de haut niveau, se fait connaître en 1991 lors de sa première exposition personnelle à la galerie Barbara Gladstone à New York. Il la transforme en salle de sport et en chambre froide (Transexualis), aux murs et au plafond percés de harnais auxquels l'artiste, à moitié nu, s'agrippe (Blind Perineum), afin de se mouvoir dans l'espace. Matthew Barney est alors âgé de vingt-quatre ans à peine. Face à cet univers étrange, qui relève de la performance, de la violence et de la sexualité, le public est véritablement troublé.

Mais déjà les principales obsessions de l'artiste sont posées : le façonnage du corps, par le sport ou par la chirurgie esthétique, le dépassement de soi, la mutation, l'énergie, l'indifférenciation sexuelle, la volonté et le narcissisme. Ses matériaux de prédilection apparaissent aussi : la vaseline, molle ou congelée (sujet principal de son film DR9 - Drawing restraint 9, 2006), le Teflon autolubrifiant, et enfin le corps (les orifices notamment) – celui de l'artiste.

Dès lors, celui-ci – qui se considère, à juste titre, comme un sculpteur – est rattaché à la tendance dite « performative », laquelle, par le biais d'une œuvre sophistiquée mêlant cinéma, musique et sculpture, cherche à inventer un nouvel humanisme. Marqué par le cinéma de Stanley Kubrick, les films d'horreur, les comédies musicales et les premières performances de Vito Acconci, l'artiste fait ainsi la synthèse de plusieurs siècles d'histoire, de la mythologie au maniérisme et jusqu'au surréalisme, pour conclure avec Joseph Beuys et Richard Serra.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : conservateur du Patrimoine, inspectrice de la création artistique, direction générale des créations, ministère de la Culture et de la communication

Classification


Autres références

«  BARNEY MATTHEW (1965- )  » est également traité dans :

BODY ART

  • Écrit par 
  • Anne TRONCHE
  •  • 4 584 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Humains ou posthumains »  : […] Politique, théorique, ludique, sexuel, parfois conceptuel , le corps des années 1960 et 1970 évoquait l'utopie du changement, la résistance à toutes formes d'oppression, le mystère de la pensée qui émet des signes. Depuis quelques années, les œuvres d'une nouvelle génération élaborent des dispositifs qui nous conduisent à interroger son apparence, à douter de sa réalité. Les prothèses, les prolong […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 475 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « De l'influence de l'art conceptuel »  : […] Ces mêmes principes d'unicité, d'indivisibilité, de symétrie et de clarté, souvent teintés de revendications nihilistes, se retrouvent en partie dans le pop art, qui constitue une autre des échappatoires au récit moderniste. Bien que d'origine britannique, le phénomène pop va connaître une expansion et une notoriété sans équivalents aux États-Unis. Ses représentants, plus ou moins dissidents, ceu […] Lire la suite

VIDÉO ART

  • Écrit par 
  • Rosalind KRAUSS, 
  • Jacinto LAGEIRA, 
  • Bénédicte RAMADE
  •  • 5 798 mots

Dans le chapitre « Tendances actuelles »  : […] Le documentaire a dominé la décennie (1997-2008) : comme pour répondre à la globalisation, l'artiste, le cinéaste et le regardeur ont cherché un regard macroscopique en dehors de l'événement. Le retour de ce genre s'inscrit également en réaction au flot d'images véhiculé par Internet, brutes et sans analyse, et pour lesquelles l'authenticité des sources à l'heure de la retouche numérique peut être […] Lire la suite

Pour citer l’article

Caroline CROS, « BARNEY MATTHEW (1965- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/matthew-barney/