RENZI MATTEO (1975- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un véritable homme d’État ?

L’Italie assure durant le second semestre de 2014 la présidence tournante de l’Union européenne, ce qui fournit une autre tribune à Matteo Renzi. Dans la lignée de Mario Monti et d’Enrico Letta, arguant des efforts faits par son pays pour l’assainissement des finances publiques et de la multitude de réformes qu’il a lancées, il plaide pour une relance de la croissance et l’élaboration d’une politique commune en matière d’immigration, d’infrastructures et d’énergie. Mais là encore, nombre de ses partenaires expriment des réticences et des interrogations sur la consistance véritable de son action. En outre, les prévisions économiques sont sombres, et l’Italie est officiellement entrée en récession, ce qui complique considérablement la tâche du gouvernement.

Matteo Renzi a toutefois des atouts : sa grande popularité et la victoire de son parti aux élections européennes de mai 2014, qui a obtenu 40,8 p. 100 des suffrages. La grande question qui se pose alors est de savoir si ce dirigeant charismatique, pragmatique et post-idéologique, parfaitement en phase avec les transformations présentes de la démocratie d’opinion a l’étoffe d’un homme d’État, capable de réaliser ce qu’il a annoncé et de se hisser à la hauteur des immenses espérances qu’il a lui-même suscitées dans un pays encore englué dans une grave crise, mais auquel il s’efforce de redonner confiance.

En 2016, Matteo Renzi lie son avenir politique au résultat du référendum sur la réforme des institutions, dont le projet de loi a été approuvé par le Parlement. La nette victoire du « non » contraint le président du Conseil italien à démissionner, le 7 décembre 2016. Il abandonne également ses fonctions de secrétaire du Parti démocrate en février 2017. Mais sa popularité reste élevée au sein de sa famille politique, et il est largement réélu à la tête du parti le 30 avril 2017, avec plus de 70 p. 100 des suffrages. Après l’échec cuisant de sa formation aux élections législatives de mars 2018, à l’issue desquelles il est élu sénateur, il quitte la direction du Parti démocrate. L’année suivante, il contribue aux négociations pour la formation du deuxième gouvernement de Giuseppe Conte et annonce, en septembre 2019, la création de son parti, Italia Viva, positionné au centre.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur d'histoire et de sociologie politique à Sciences Po, Paris

Autres références

«  RENZI MATTEO (1975- )  » est également traité dans :

ITALIE - La vie politique depuis 1945

  • Écrit par 
  • Geneviève BIBES, 
  • Marc LAZAR
  • , Universalis
  •  • 31 399 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les élections de février 2013 et le gouvernement d’Enrico Letta  »  : […] Aux élections des 24 et 25 février 2013 , la coalition de centre gauche arrive en tête à la Chambre des députés, avec 29,6 p. 100 des suffrages, suivie de celle du centre droit (28,7 p. 100), un résultat inespéré par rapport aux prévisions des sondages. Néanmoins, tous les principaux partis ont perdu beaucoup d’électeurs par rapport au scrutin de 2008. Le Mouvement 5 étoiles, qui a fustigé la clas […] Lire la suite

ITALIE, économie

  • Écrit par 
  • Jacques LE CACHEUX, 
  • Siro LOMBARDINI, 
  • Janine MENET-GENTY
  •  • 13 163 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Politique économique »  : […] Comme on l’a vu précédemment, la contrainte des règles européennes a constamment pesé sur les choix de politique économique de l’Italie depuis le début des années 1990. Lors de l’adoption en 1992 du traité de Maastricht, en effet, l’Italie était l’un des seuls pays de l’Union européenne, qui ne comprenait alors que douze membres, à afficher un déficit budgétaire et une dette publique très supérie […] Lire la suite

Les derniers événements

13-29 janvier 2021 Italie. Démission du gouvernement de Giuseppe Conte.

Matteo Renzi annonce le retrait du gouvernement des deux ministres et du secrétaire d’État membres de son parti Italia Viva (IV). Fondé en septembre 2019, ce dernier est une scission du Parti démocrate (PD) qui partage le pouvoir avec le Mouvement 5 étoiles (M5S). Les élus d’Italia Viva sont indispensables au maintien d’une majorité parlementaire.  […] Lire la suite

4-17 septembre 2019 Italie. Formation du nouveau gouvernement de Giuseppe Conte.

Matteo Renzi annonce la création de son parti, Italia Viva, destiné à « élargir la majorité » en direction du centre. […] Lire la suite

7-29 août 2019 Italie. Éclatement de la coalition gouvernementale.

Matteo Salvini annonce le dépôt d’une motion de défiance contre le président du Conseil. Les jours suivants, une convergence se dessine entre le M5S et le Parti démocrate (PD, centre gauche), sous l’égide de l’ancien président du Conseil Matteo Renzi. Le 20, date prévue du vote sur la motion de défiance déposée par Matteo Salvini, Giuseppe Conte se […] Lire la suite

4-24 mars 2018 Italie. Victoire des formations antisystème aux élections législatives.

Matteo Renzi annonce sa démission de la direction du PD. Le 24, aux termes d’un accord entre le M5S et la Coalition de droite, Roberto Fico (M5S) est élu président de la Chambre des députés et Maria Elisabetta Alberti Casellati (Forza Italia) présidente du Sénat – elle est la première femme à occuper ce poste. […] Lire la suite

29 mai - 8 juin 2017 Italie. Accord des partis politiques sur la révision de la loi électorale.

Matteo Renzi, au pouvoir, le Mouvement 5 étoiles (populiste) de Beppe Grillo et Forza Italia (centre droit) de Silvio Berlusconi approuvent un projet de révision de la loi électorale qui garantit une représentation proportionnelle, à la Chambre des députés, à tout parti obtenant plus de 5 p. 100 des suffrages. Ce projet doit être adopté par le Parlement […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marc LAZAR, « RENZI MATTEO (1975- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/matteo-renzi/