RENZI MATTEO (1975- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les grands travaux de Matteo Renzi

Son gouvernement, resserré, féminisé, jeune, souvent néophyte, et qu’il contrôle de manière tatillonne, présente un vaste programme de changements politiques, économiques et sociaux, et son chef annonce haut et fort qu’il sera conduit au rythme d’une réforme par mois sur cent jours. La promesse n’est pas tenue et, en juin, Renzi préfère planifier son action sur mille jours. Il réussit néanmoins, peu après sa prise de fonctions, à faire promulguer, grâce à un accord qui demeure fragile avec Silvio Berlusconi, une nouvelle loi électorale proportionnelle à deux tours pour la Chambre des députés, avec une « prime de majorité » qui avantage les grands partis et les coalitions. En mai 2014 entre en vigueur une augmentation mensuelle de quatre-vingts euros pour les salariés les plus modestes. Il lance également plusieurs autres chantiers. À commencer par celui de la réforme des institutions, dont celle du Sénat qu’à défaut d’abolir, comme il le voulait initialement, il réussit, après de longs mois de débats, à transformer en une assemblée plus réduite et disposant de moins de pouvoir, ce qui met fin au bicaméralisme, source de paralysie. D’autres projets sont annoncés, à l’instar des allègements de taxes sur les PME, du remboursement des dettes de l’administration publique aux entreprises, de la modernisation de cette même administration publique, des dispositions en faveur de l’économie sociale et de l’assouplissement du marché du travail. Il veut par ailleurs engager des fonds pour rénover l’école, sinistrée, titulariser les enseignants précaires et aider les jeunes dans leurs études et la recherche de leur premier emploi.

Le flou demeure quant au financement de ces multiples réformes, malgré l’instauration d’une taxe sur les rentes financières les plus élevées, le plafonnement des revenus des managers du secteur public, la vente de biens de l’État et les promesses d’une réduction des dépenses publiques et des « coûts de la politique ». D’autant que Renzi admet finalement qu’il respectera les 3 p. 100 de déficit public et qu’il poursuivra l’action de ses prédécesseurs pour réduire l’énorme poids de la dette publique (plus de 135 p. 100 du PIB). Toutes ces mesures se heurtent aux critiques de groupes d’intérêt et à de multiples résistances, sans parler de la formidable capacité d’inertie d’une administration publique pléthorique et inefficace.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur d'histoire et de sociologie politique à Sciences Po, Paris

Autres références

«  RENZI MATTEO (1975- )  » est également traité dans :

ITALIE - La vie politique depuis 1945

  • Écrit par 
  • Geneviève BIBES, 
  • Marc LAZAR
  • , Universalis
  •  • 31 399 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les élections de février 2013 et le gouvernement d’Enrico Letta  »  : […] Aux élections des 24 et 25 février 2013 , la coalition de centre gauche arrive en tête à la Chambre des députés, avec 29,6 p. 100 des suffrages, suivie de celle du centre droit (28,7 p. 100), un résultat inespéré par rapport aux prévisions des sondages. Néanmoins, tous les principaux partis ont perdu beaucoup d’électeurs par rapport au scrutin de 2008. Le Mouvement 5 étoiles, qui a fustigé la clas […] Lire la suite

ITALIE, économie

  • Écrit par 
  • Jacques LE CACHEUX, 
  • Siro LOMBARDINI, 
  • Janine MENET-GENTY
  •  • 13 163 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Politique économique »  : […] Comme on l’a vu précédemment, la contrainte des règles européennes a constamment pesé sur les choix de politique économique de l’Italie depuis le début des années 1990. Lors de l’adoption en 1992 du traité de Maastricht, en effet, l’Italie était l’un des seuls pays de l’Union européenne, qui ne comprenait alors que douze membres, à afficher un déficit budgétaire et une dette publique très supérie […] Lire la suite

Les derniers événements

13-29 janvier 2021 Italie. Démission du gouvernement de Giuseppe Conte.

Matteo Renzi annonce le retrait du gouvernement des deux ministres et du secrétaire d’État membres de son parti Italia Viva (IV). Fondé en septembre 2019, ce dernier est une scission du Parti démocrate (PD) qui partage le pouvoir avec le Mouvement 5 étoiles (M5S). Les élus d’Italia Viva sont indispensables au maintien d’une majorité parlementaire.  […] Lire la suite

4-17 septembre 2019 Italie. Formation du nouveau gouvernement de Giuseppe Conte.

Matteo Renzi annonce la création de son parti, Italia Viva, destiné à « élargir la majorité » en direction du centre. […] Lire la suite

7-29 août 2019 Italie. Éclatement de la coalition gouvernementale.

Matteo Salvini annonce le dépôt d’une motion de défiance contre le président du Conseil. Les jours suivants, une convergence se dessine entre le M5S et le Parti démocrate (PD, centre gauche), sous l’égide de l’ancien président du Conseil Matteo Renzi. Le 20, date prévue du vote sur la motion de défiance déposée par Matteo Salvini, Giuseppe Conte se […] Lire la suite

4-24 mars 2018 Italie. Victoire des formations antisystème aux élections législatives.

Matteo Renzi annonce sa démission de la direction du PD. Le 24, aux termes d’un accord entre le M5S et la Coalition de droite, Roberto Fico (M5S) est élu président de la Chambre des députés et Maria Elisabetta Alberti Casellati (Forza Italia) présidente du Sénat – elle est la première femme à occuper ce poste. […] Lire la suite

29 mai - 8 juin 2017 Italie. Accord des partis politiques sur la révision de la loi électorale.

Matteo Renzi, au pouvoir, le Mouvement 5 étoiles (populiste) de Beppe Grillo et Forza Italia (centre droit) de Silvio Berlusconi approuvent un projet de révision de la loi électorale qui garantit une représentation proportionnelle, à la Chambre des députés, à tout parti obtenant plus de 5 p. 100 des suffrages. Ce projet doit être adopté par le Parlement […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marc LAZAR, « RENZI MATTEO (1975- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/matteo-renzi/