RENZI MATTEO (1975- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une carrière politique fulgurante

Né le 11 janvier 1975 à Florence, fils d’un élu démocrate-chrétien, scout dans une association catholique, Matteo Renzi fait des études de droit puis commence par travailler dans la société familiale de marketing. Il entre en politique à vingt et un ans au sein des comités de soutien à Romano Prodi, alors leader du centre gauche, et adhère au Parti populaire italien (démocrate-chrétien). Élu en 2004 président de la province de Florence, il gagne cinq ans plus tard les élections primaires locales contre le cacique de son nouveau parti, le Parti démocrate (PD), qui est issu, entre autres choses, de la fusion des ex-communistes et des ex-démocrates-chrétiens, et devient ainsi candidat à la mairie de Florence qu’il conquiert en juin 2009. En 2012, il échoue aux primaires organisées par la coalition de centre gauche afin de choisir son leader pour les élections générales. Mais son rival Pier Luigi Bersani perd le scrutin de février 2013 et démissionne quelques mois plus tard de son poste de secrétaire du PD. En décembre 2013, au terme d’une nouvelle primaire, Matteo Renzi est élu à la tête du parti. Aussitôt, il s’emploie à transformer celui-ci en un outil au service exclusif de sa personne et de son projet. Se présentant comme un homme neuf et différent, décidé à pratiquer une grande rottamazione (« mise à la casse ») de la classe politique traditionnelle, il élimine la vieille garde et promeut une nouvelle génération inféodée à lui. En février 2014, il provoque la chute du gouvernement d’Enrico Letta, son « camarade » de parti, et se fait nommer président du Conseil.

Virtuose de la communication, aussi à l’aise à la télévision que sur les réseaux sociaux ou dans des shows à l’américaine, maître dans l’art de ciseler des phrases percutantes, Matteo Renzi joue la carte du changement générationnel dans un pays gérontocratique, use et abuse du langage des jeunes, partage leur style vestimentaire. Il incarne le centre gauche décomplexé, pragmatique, innovant, assumant sans état d’âme la primauté du leader.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur d'histoire et de sociologie politique à Sciences Po, Paris

Autres références

«  RENZI MATTEO (1975- )  » est également traité dans :

ITALIE - La vie politique depuis 1945

  • Écrit par 
  • Geneviève BIBES, 
  • Marc LAZAR
  • , Universalis
  •  • 31 399 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les élections de février 2013 et le gouvernement d’Enrico Letta  »  : […] Aux élections des 24 et 25 février 2013 , la coalition de centre gauche arrive en tête à la Chambre des députés, avec 29,6 p. 100 des suffrages, suivie de celle du centre droit (28,7 p. 100), un résultat inespéré par rapport aux prévisions des sondages. Néanmoins, tous les principaux partis ont perdu beaucoup d’électeurs par rapport au scrutin de 2008. Le Mouvement 5 étoiles, qui a fustigé la clas […] Lire la suite

ITALIE, économie

  • Écrit par 
  • Jacques LE CACHEUX, 
  • Siro LOMBARDINI, 
  • Janine MENET-GENTY
  •  • 13 163 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Politique économique »  : […] Comme on l’a vu précédemment, la contrainte des règles européennes a constamment pesé sur les choix de politique économique de l’Italie depuis le début des années 1990. Lors de l’adoption en 1992 du traité de Maastricht, en effet, l’Italie était l’un des seuls pays de l’Union européenne, qui ne comprenait alors que douze membres, à afficher un déficit budgétaire et une dette publique très supérie […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

13-29 janvier 2021 Italie. Démission du gouvernement de Giuseppe Conte.

Matteo Renzi annonce le retrait du gouvernement des deux ministres et du secrétaire d’État membres de son parti Italia Viva (IV). Fondé en septembre 2019, ce dernier est une scission du Parti démocrate (PD) qui partage le pouvoir avec le Mouvement 5 étoiles (M5S). Les élus d’Italia Viva sont indispensables au maintien d’une majorité parlementaire.  […] Lire la suite

4-17 septembre 2019 Italie. Formation du nouveau gouvernement de Giuseppe Conte.

Matteo Renzi annonce la création de son parti, Italia Viva, destiné à « élargir la majorité » en direction du centre. […] Lire la suite

7-29 août 2019 Italie. Éclatement de la coalition gouvernementale.

Matteo Salvini annonce le dépôt d’une motion de défiance contre le président du Conseil. Les jours suivants, une convergence se dessine entre le M5S et le Parti démocrate (PD, centre gauche), sous l’égide de l’ancien président du Conseil Matteo Renzi. Le 20, date prévue du vote sur la motion de défiance déposée par Matteo Salvini, Giuseppe Conte se […] Lire la suite

4-24 mars 2018 Italie. Victoire des formations antisystème aux élections législatives.

Matteo Renzi annonce sa démission de la direction du PD. Le 24, aux termes d’un accord entre le M5S et la Coalition de droite, Roberto Fico (M5S) est élu président de la Chambre des députés et Maria Elisabetta Alberti Casellati (Forza Italia) présidente du Sénat – elle est la première femme à occuper ce poste. […] Lire la suite

29 mai - 8 juin 2017 Italie. Accord des partis politiques sur la révision de la loi électorale.

Matteo Renzi, au pouvoir, le Mouvement 5 étoiles (populiste) de Beppe Grillo et Forza Italia (centre droit) de Silvio Berlusconi approuvent un projet de révision de la loi électorale qui garantit une représentation proportionnelle, à la Chambre des députés, à tout parti obtenant plus de 5 p. 100 des suffrages. Ce projet doit être adopté par le Parlement […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marc LAZAR, « RENZI MATTEO (1975- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/matteo-renzi/