BANDELLO MATTEO (1484-1561)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La rénovation de l'art de la nouvelle

Son recueil comprend 214 récits qui se divisent en quatre parties, de longueur et de qualité inégales. Les trois premières furent publiées à Lucques en 1554 et la quatrième, posthume, à Lyon en 1573. Elles sont agencées selon une structure souple et désarticulée, « sans ordre aucun », le seul critère de composition étant le souci de rendre la lecture agréable et variée. L'architecture traditionnelle à la manière du Décaméron est ici remplacée par des lettres-dédicaces précédant chaque nouvelle ; elles exposent en un style épistolaire élégant, mais qui n'exclut pas une familiarité et une spontanéité bon enfant, les circonstances et le cadre dans lesquels les nouvelles auraient été contées. Ce procédé littéraire, que des critiques sourcilleux ont cru devoir dénoncer comme une imposture, a l'avantage d'offrir au lecteur une vaste galerie de personnages de l'époque, depuis les plus célèbres : Léonard, Machiavel, Léon X, Isabelle d'Este, Jean des Bandes Noires, Castiglione, jusqu'aux obscures relations de l'auteur. On découvre de la sorte un panorama, riche en couleurs et en événements historiques ou biographiques, de la vie des cours, des salons, des cloîtres et des garnisons, telle que l'auteur l'a vécue et idéalisée. Outre leur valeur historique, en tant que reflet des réalités et des mythes de la société policée du xvie siècle, ces dédicaces présentent une grande originalité littéraire ; en situant chaque nouvelle dans un cadre « réaliste » et mondain, elles contribuent à personnaliser et à actualiser le récit, le public courtisan qui y est mis en scène jouant le rôle de relais entre l'événement conté et sa découverte par le lecteur.

Les nouvelles elles-mêmes sont en revanche traitées de manière nettement objective. Bandello en a recueilli l'abondante matière tout au long de sa carrière de moine courtisan, tirant ses sujets de ses nombreuses lectures et, plus rarement, de son expérience personnelle ; mais il leur donna sans doute leur forme définitive durant les dernières années de sa vie [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Adelin Charles FIORATO, « BANDELLO MATTEO - (1484-1561) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/matteo-bandello/