MATIÈRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Inertie et attraction ; les aventures de la quantification

En tout état de cause, la nouvelle physique, pour être entendue, devait se déclarer fidèle à l'ontologie traditionnelle, c'est-à-dire admettre que tout est substance et attribut ; par voie de conséquence, elle excluait le vide, au sens de principe métaphysique, et de surcroît refusait à la matière toute activité intrinsèque ; elle déniait, a fortiori, toute action à distance excédant la seule force désormais inhérente, l'inertie. Combinée à l'axiome de l'impénétrabilité, cette force devait rendre raison de l'action réciproque des corps et des particules selon les lois du choc. Koyré a brillamment montré comment la mathématisation de la physique passe de loin une simple fonction adjuvante d'une science des qualités et qu'elle a positivement instrumenté la formalisation des phénomènes naturels. Cette attitude est à l'œuvre dans l'intuition fondamentale de Galilée, pour qui les lois physiques s'expriment par des rapports de grandeurs. Mais, en un sens, le pouvoir explicatif des mathématiques s'amenuise chez Descartes, dans la mesure même où il borne sa définition de la matière à la seule extension spatiale. Cette « géométrisation à outrance » répond sans doute à un désir prédominant, celui d'assurer la clarté et la distinction des idées. Le philosophe prétend bien, auprès de Mersenne (11 mars 1640), réduire toute la physique aux lois mathématiques, mais il avoue n'avoir pas livré les principes qui rendraient cette réduction actuelle. Lorsqu'il publiera, en 1644, ses Principia, il s'exposera inévitablement à la critique, ayant explicité le point de vue à partir duquel toute une génération de savants examineront les conditions de possibilité d'une physique quantifiable. Or Descartes, en forçant sur la rigueur de son exigence méthodique, risqua l'infécondité de son modèle théorique. Sa physique reposait, en effet, sur l'assimilation de la nature (des corps, du mouvement, etc.) à la condition de sa connaissance par l'entendement, qui se renfermait dans le seul recours aux idées claires et distinctes. L'existence coïncide avec le connu, en vertu de l'ordre méthodique du connaître ; c'est ainsi qu'il est impossible de penser la matière sans l'extension ; c'est ainsi qu'il faut dénoncer l'idée de matière sans étendue ; elle ne se soutient qu'à la faveur de recours aux termes de « substance immatérielle » ou de « forme substantielle », par exemple, toutes expressions confuses, partant rédhibitoires à la discipline cartésienne. De même, approcherons-nous distinctement la diversité des formes qui se rencontrent dans la matière, par le truchement des lois du choc et du mouvement local ; le travail du physicien, dès lors, consiste à se donner les moyens de l'explication par ces seules lois, appliquées à une matière étendue – ce qui conduira finalement Descartes à supposer sa théorie des tourbillons. Les difficultés inhérentes à ses conceptions le contraignirent encore à des formules étranges ; ainsi cet adage : « Rien ne se porte par l'instinct de sa nature à son contraire », qui paraît dans la justification que fait l'auteur du mouvement local et où un Gassendi ne se privera pas de renifler des relents d'aristotélisme.

Désormais, la progression « scientifique » des représentations de la matière achoppera sur le problème de l'action à distance entre corps, aux diverses échelles que la mécanique avait à considérer. Il convenait d'abord de présupposer à ce genre d'action un caractère de causalité extérieure à la matière, afin d'éviter l'accusation de « matérialisme » ; autrement dit, la gravité ne devait pas être tenue pour une « qualité essentielle » de la matière. Indice d'un tel interdit, la réaction de Newton aux commentaires d'un de ses adeptes, le révérend Bentley ; en 1693, le célèbre physicien se défend vivement de concevoir qu'« une matière brute et inanimée » pût affecter une autre matière sans contact mutuel ; il fallait alors écarter toute parenté avec la conception épicurienne d'atomes capables de volonté ; la matière devait être conforme au sentiment de Berkeley : stupid, thoughtless and inactive.

On a cependant remarqué que le titre Principia mathematica philosophiae naturalis (1686-1687) renvoyait presque terme à terme a [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MATIÈRE  » est également traité dans :

MATIÈRE/ESPRIT (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 378 mots

Alors que les sagesses orientales étaient toutes « monistes » (du grec monos, « unique »), autrement dit convaincues que le réel se réduisait à une unique dimension, les premières philosophies grecques ont choisi la voie du dualisme, opposant chacune à leur manière la matière à l’esprit, et favorisant tantôt l’un tantôt l’autre de ces deux principes. De la matière à l’esprit, p […] Lire la suite

TERRE ÂGE DE LA

  • Écrit par 
  • Pascal RICHET
  •  • 5 142 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La force du raisonnement philosophique »  : […] Tout comme le jour et la nuit, les saisons, les années et les générations semblent se répéter inlassablement. D'un bout à l'autre de la Terre, il en résulta une conception du temps qu’on a qualifié de cyclique. Comme l’a résumé Mircea Eliade dans son classique Mythe de l’éternel retour (1949), « tout recommence à son début à chaque instant. Le passé n’est que la préfiguration du futur. Aucun évé […] Lire la suite

ALCHIMIE

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Universalis
  •  • 13 656 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le règne de l'homme »  : […] L'exemple de l'art, en effet, éclaire tout le problème de la nature matérielle et spirituelle de l'alchimie. Demande-t-on à un peintre s'il est vrai qu'il utilise des couleurs palpables et des métaux comme le chrome et le cobalt ? Et s'il répond que son problème consiste à trouver un certain jaune, et un bleu qui l'obsède, devra-t-on en déduire que la peinture n'est qu'une préchimie des colorants  […] Lire la suite

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 834 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les principes »  : […] Ainsi que le livre A de la Métaphysique , le livre I de la Physique est consacré à une confrontation avec les prédécesseurs, qui porte expressément sur le nombre et la nature des principes. En fait, ce qui est en question dans ce débat, c'est la possibilité même d'une physique, c'est-à-dire d'une science des êtres naturels, qu'Aristote assimile tacitement aux êtres en mouvement ou susceptibles de […] Lire la suite

ATOMISME

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 1 362 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une pensée de la matière »  : […] Le véritable fondateur de l'atomisme philosophique est Démocrite (460 ?-370 ? av. J.-C.). Le non-être parménidien se confond avec le vide qui rend possible le mouvement des atomes, dont les formes rondes, anguleuses ou crochues leur permettent ou non de s'assembler. Persuadé que les impressions sensibles et qualitatives résultent du passage d'atomes de formes diverses par les pores des organes de […] Lire la suite

DÉMATÉRIALISATION DE L'ŒUVRE D'ART

  • Écrit par 
  • Florence de MÈREDIEU
  •  • 1 626 mots

L'œuvre d'art est traditionnellement conçue comme l'incarnation d'une forme ou d'une idée dans une matière. Ou, plus précisément, dans un matériau, plus ou moins dense ou pesant, et doté de propriétés spécifiques – comme le bois, le marbre, la pierre ou les pigments de la peinture. Dès le départ, cependant, l'art se trouve marqué du sceau de la dématérialisation. Une œuvre d'art n'existe, pour Pl […] Lire la suite

FORME

  • Écrit par 
  • Jean PETITOT
  •  • 27 547 mots

Dans le chapitre « Logique transcendantale et mécanique rationnelle »  : […] Dans les Premiers Principes métaphysiques de la science de la nature , Kant explique fort bien pourquoi et comment l'idée d'une dynamique de l'intériorité substantielle de la matière doit être abandonnée. La mécanique doit décrire le mouvement comme manifestation spatio-temporelle de la matière. Comme nature et existence, la matière possède certes une intériorité substantielle. Mais celle-ci est […] Lire la suite

HYLÉMORPHISME

  • Écrit par 
  • Édouard-Henri WÉBER
  •  • 939 mots

Théorie philosophique d'Aristote selon laquelle la constitution de tout être relevant du cosmos est expliquée par deux principes corrélatifs : la matière ( hylê  : bois, matériau de construction) et la forme ( morphê  : figure, disposition). L'hylémorphisme élucide deux difficultés philosophiques : celle de la théorie platonicienne des idées séparées, seules à être objet de savoir certain et immua […] Lire la suite

MARXISME - Le matérialisme dialectique

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 6 387 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'être et la conscience »  : […] Le deuxième énoncé du matérialisme consiste à affirmer le primat et l'indépendance du réel par rapport à sa connaissance, de l'être par rapport au pensé :  »Le matérialisme admet d'une façon générale que l'être réel objectif (la matière) est indépendant de la conscience, des sensations, de l'expérience humaine. Le matérialisme historique admet que l'existence sociale est indépendante de la consci […] Lire la suite

MATÉRIALISME

  • Écrit par 
  • Georges GUSDORF
  •  • 3 917 mots
  •  • 1 média

Le mot matérialisme désigne une attitude philosophique caractérisée par le recours exclusif à la notion de matière pour expliquer la totalité des phénomènes du monde physique et du monde moral. Cette conception est attestée dès le moment où se forme, dans la Grèce classique, la spéculation occidentale. Refoulée à l'arrière-plan par la culture chrétienne de l'âge médiéval, elle se réaffirme avec f […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-31 mars 2022 Ukraine – Russie. Poursuite de la pression militaire russe et des soutiens occidentaux à l'Ukraine.

Le 18 également, lors d’un entretien en visioconférence, Joe Biden met en garde le président chinois Xi Jinping contre « les implications et les conséquences » d’une décision de la Chine de « fournir une aide matérielle à la Russie », tandis que Pékin évoque « les crises sérieuses » que pourraient entraîner des sanctions appliquées « sans discernement » en matière de « commerce, finance, énergie, alimentation ». […] Lire la suite

4 mars 2022 Belgique. Abandon du Covid Safe Ticket.

Le Codeco annonce qu’à partir du 11, les régions et les communautés retrouveront leur autonomie en matière sanitaire. […] Lire la suite

12-28 février 2022 Canada. Réactions à l'invasion russe de l'Ukraine.

Le 12, le ministère des Affaires étrangères annonce le transfert de l’ambassade du Canada en Ukraine de Kiev à Lviv, dans l’ouest du pays, en raison « de la détérioration de la situation en matière de sécurité causée par le déploiement des troupes russes à la frontière de l’Ukraine ». En janvier, le gouvernement avait annoncé l’octroi à l’Ukraine d’un prêt de 120 millions de dollars canadiens (83 millions d’euros environ), mais avait rejeté sa demande de fourniture de matériel militaire létal. […] Lire la suite

10 février 2022 France – Indonésie. Commande d'avions Rafale par l'Indonésie.

Ce contrat s’inscrit dans la continuité de l’accord de coopération en matière de défense conclu entre les deux pays en 2021. L’Indonésie est le huitième pays – France incluse – à se doter de l’appareil de Dassault Aviation.  […] Lire la suite

10-26 janvier 2022 Ukraine – États-Unis – Russie. Rejet par Washington des exigences de Moscou dans la crise ukrainienne.

Le 10, les vice-ministres des Affaires étrangères américaine Wendy Sherman et russe Sergueï Riabkov se rencontrent à Genève, dans le cadre du dialogue bilatéral de stabilité stratégique, pour évoquer les exigences en matière de sécurité européenne que Moscou a formulées concernant la crise ukrainienne. Ils conviennent de poursuivre le dialogue, alors même que le renoncement à tout élargissement de l’OTAN vers l’est, et notamment à l’Ukraine et à la Géorgie, exigé par Moscou, est jugé irrecevable par Washington, tout comme le retrait des forces de l’OTAN déployées dans les pays ayant adhéré à l’Alliance atlantique après 1997. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques GUILLERME, Hélène VÉRIN, « MATIÈRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere/