MATÉRIALISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'atomisme antique

Le matérialisme apparaît, dans l'histoire de la pensée grecque, sous la forme du mécanisme atomistique, selon lequel la réalité sensible du monde est engendrée par des combinaisons de particules élémentaires. Le fondateur de l'école est Leucippe, un Grec d'Asie Mineure, qui vit au ve siècle avant notre ère et dont les écrits sont perdus. Son enseignement est repris par Démocrite, contemporain des sophistes et de Socrate, à la fin du ve siècle et au début du ive. Épicure, un peu mieux connu et, en tout cas, plus célèbre, enseigne à Athènes au début du iiie siècle avant J.-C. Sa pensée sera reprise par le Latin Lucrèce, qui vit pendant la première moitié du ier siècle avant J.-C. ; le grand poème De la nature (De natura rerum) parvenu jusqu'à nous, et où Lucrèce résume la doctrine d'Épicure, est un document fondamental dans l'histoire de la pensée occidentale ; le génie du poète a fait beaucoup à travers les siècles, pour aider à la diffusion des idées.

Épicure

Photographie : Épicure

Photographie

Avec Épicure (341-270 avant J.-C.), le matérialisme devient un système où la description «atomiste» du monde guérit l'homme de ses peurs en le menant sur la voie de la sagesse et du plaisir. Le Philosophe Épicure (à droite du document). Miniature de l'école napolitaine, vers 1460.... 

Crédits : AKG

Afficher

L'atomisme antique est un essai de construction rationnelle, qui se propose de sauver les apparences des phénomènes. Non pas une science au sens moderne du terme, mais un ensemble de maquettes figuratives, dont l'intention est de reconstituer le réel à partir d'éléments simples. La tentative se situe dans le grand mouvement de l'intellectualisme hellénique pour faire passer la connaissance de l'ordre du muthos, explication par le recours aux ressources imaginatives, à l'ordre du logos, où s'affirme la prérogative de la raison.

Les « éléments » des physiologues ioniens (air, eau, terre, feu), principes plus ou moins divinisés, dont les alliances ou les oppositions engendraient les vicissitudes du devenir physique, sont remplacés par des atomes, grains de matière diversement constitués, mais normalisés, et en nombre limité. [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Strasbourg

Classification

Autres références

«  MATÉRIALISME  » est également traité dans :

ADORNO THEODOR WIESENGRUND (1903-1969)

  • Écrit par 
  • Miguel ABENSOUR
  •  • 7 892 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La philosophie comme interprétation : « le choix du petit » »  : […] S'ouvre alors la possibilité d'une autre figure de la philosophie, qui se constitue à partir d'un changement d'objet, les objets philosophiques traditionnels étant enveloppés dans la liquidation de la philosophie. Il s'ensuit que l'ontologie fondamentale de Heidegger ne répond nullement à la crise de la philosophie. La question de l'être s'avère, en dépit de son autoproclamation, être la moins rad […] Lire la suite

L'ART DE JOUIR, Julien Offray de La Mettrie - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 058 mots

L'Art de jouir se veut le développement lyrique et raisonné d'une thèse partout présente dans l'œuvre et dans la vie du médecin et philosophe français Julien Offroy de La Mettrie (1709-1751). Elle apparaît sous une forme succincte et péremptoire dans L'Homme machine , son livre le plus célèbre : « La nature nous a tous créés pour être heureux : oui, tous, depuis le ver qui rampe jusqu'à l'aigle q […] Lire la suite

DE LA NATURE, Lucrèce - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 803 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un matérialisme sans réserve »  : […] Poème didactique de plus de sept mille quatre cents vers organisés en six livres, le De rerum natura présente un exposé cohérent de la doctrine d'Épicure, le « découvreur de l'univers », dont le poète souhaite « imprimer [s]es pas dans les traces des [s] iens » (III, vers 3-4). Les deux premiers livres exposent, après un hymne à Vénus et un éloge d'Épicure, la doctrine de l'atomisme issue de Dé […] Lire la suite

DÜHRING KARL EUGEN (1833-1921)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 807 mots

Fils d'un petit fonctionnaire prussien, Karl Dühring mène de front des études de droit et de mathématiques à l'université de Berlin. Il envisage une carrière dans la magistrature, mais devient aveugle et doit renoncer (1861). Il se dirige alors vers l'enseignement et est chargé de cours ( Privat-Dozent ) de philosophie et d'économie à l'université de Berlin. Très influencé par Auguste Comte (il se […] Lire la suite

ÉPICURE (341-270 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Graziano ARRIGHETTI
  •  • 6 205 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Théorie de la connaissance : fidélité aux sensations »  : […] Si le bonheur doit être un état de sécurité sereine, cette sécurité s'obtiendra d'abord par la connaissance, qui est le préalable et le fondement de toutes les autres activités humaines en ce qu'elle rétablit un contact confiant avec la réalité dont tout un courant de la pensée grecque semblait avoir compromis pour toujours la possibilité. Le premier intermédiaire de ce contact est la sensation, […] Lire la suite

ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 15 096 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Impact et difficultés de la théorie darwinienne  »  : […] Quoique 1859 marque le début d'une diffusion rapide des idées de Darwin dans les milieux scientifiques, de nombreuses résistances se manifestèrent bientôt chez ceux qui en redoutaient les suites, et particulièrement la possibilité de rendre compte de la diversité du vivant sans recourir à quelque principe téléologique que ce soit (et donc, sans Dieu). Les rapports entre doctrine transformiste et […] Lire la suite

GEYMONAT LUDOVICO (1908-1991)

  • Écrit par 
  • Fabio MINAZZI
  •  • 1 180 mots

Formé au contact direct de philosophes, tels A. Pastore et E. Juvalta, et de mathématiciens, tels G. Peano et G. Fubini, Ludovico Geymonat a passé ses diplômes de philosophie (1930) et de mathématiques (1932) à l'université de Turin. Publiée en 1931, sa thèse ( Il Problema della conoscenza nel positivismo ) critique ouvertement le néo-idéalisme de B. Croce et de G. Gentile et défend la pleine vale […] Lire la suite

HELVÉTIUS CLAUDE ADRIEN (1715-1771)

  • Écrit par 
  • Yves SUAUDEAU
  •  • 904 mots

Né à Paris et fils du premier médecin de la reine Marie Leszczyńska, femme de Louis XV, Helvétius achète en 1738 une charge de fermier général qui lui rapporte bientôt 300 000 livres de revenus par an. Fortuné, il se consacre à l'étude, soutient matériellement ses amis philosophes et fréquente en particulier Montesquieu, Buffon et Voltaire. Renonçant à sa charge en 1750, il épouse l'année suivante […] Lire la suite

HOBBES THOMAS (1588-1679)

  • Écrit par 
  • Raymond POLIN
  •  • 2 662 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un mécanisme strict »  : […] On parle souvent de Hobbes comme d'un philosophe matérialiste. Certes, il définit bien les corps comme ce qui coïncide avec quelque partie de l'étendue et ne dépend pas de notre pensée. Mais l'étendue elle-même n'est rien d'autre pour lui que le phénomène d'une chose existant sans l'esprit, le phénomène de l'extériorité. Et la matière n'est rien elle-même, sinon un mot par lequel on désigne les c […] Lire la suite

TRAVAIL/TECHNIQUE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 5 267 mots

Dans le chapitre « La valeur du travail  »  : […] Approfondissons à présent la dimension positive du travail. Une première caractéristique est mise en évidence par la psychanalyse freudienne. Sigmund Freud (1856-1939) insiste sur la capacité qu’a le travail de nous rendre adultes. Travailler nous arrache à l’enfance, en nous faisant passer du « principe de plaisir » au « principe de réalité » . Alors que le jeune enfant, ignorant la complexité du […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Vatican – Corée du Sud. Visite du pape François en Corée du Sud. 14-18 août 2014

qui est aussi celle de l'indépendance de la Corée, François célèbre la messe de l'Assomption à Taejon. Il y dénonce l'« attrait du matérialisme », « l'esprit de compétition débridée » ainsi que « les modèles économiques inhumains qui [...] marginalisent les travailleurs ». Le 16 […] Lire la suite

Pour citer l’article

Georges GUSDORF, « MATÉRIALISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/materialisme/