MASQUESLe masque en Amérique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ethnologie du masque en Amérique

Si le masque-instrument de transfiguration n'a apparemment connu qu'une modeste implication rituelle ou festive dans l'univers précolombien, il est, en revanche, largement répandu actuellement dans les communautés indigènes d'Amérique. De l'Alaska à la Terre de Feu, la quasi-totalité des groupes ethniques utilisent des masques lors de fêtes coutumières et traditionnelles. La plus grande variété préside en conséquence aux formes, aux styles et aux fonctions de cet objet éminemment rituel. Sans qu'il soit possible de dresser un quelconque inventaire, on peut néanmoins distinguer dans les masques américains ceux qui sont manifestement d'inspiration européenne et ceux qui ne semblent pas l'être.

Dans la première catégorie, il faut ranger la plupart des masques en usage depuis le xvie siècle dans les différents pays d'Amérique latine. Bien que les conditions de leur introduction soient mal connues, force est de constater que, du Mexique au Pérou, un grand nombre de danses masquées importées par les conquistadores ont rapidement été intégrées aux traditions culturelles des populations autochtones. L'exemple le plus classique est celui de la danse « des maures et des chrétiens » (Moros y cristianos) : évocation d'une page d'histoire strictement ibérique, elle figure néanmoins parmi les danses les plus populaires chez les Indiens du Mexique et du Guatemala ! Dans ce folklore indigène latino-américain, les traits occidentaux sont assez marqués : les masques anthropomorphes sont très souvent moustachus ou barbus à la façon européenne. Les populaires diablitos cornus paraissent sortir tout droit de notre imagerie médiévale. La danse des toritos fait intervenir des masques de taureaux qui n'ont, bien sûr, rien d'autochtone. Et les fameuses « danses de la conquête » mettent en scène de superbes masques de conquistadores à la peau rose et aux cheveux blonds. Les résurgences de thèmes précolombiens se trouvent peut-être dans les masques de vieillards (un texte du chronique [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  MASQUES  » est également traité dans :

MASQUES

  • Écrit par 
  • Jean GUIART
  •  • 2 473 mots
  •  • 3 médias

Depuis les théologiens jusqu'aux encyclopédistes à la recherche de catégories universelles, qui n'a pas écrit sur le masque ? Quelle galerie n'a pas rêvé d'entreprendre et quel musée a négligé d'organiser une exposition sur ce thème ?Les auteurs romantiques ont aimé les loups de velours ou les figures grimaçantes, et l'on pourrait montrer qu'il s'agissait là d'éléments anno […] Lire la suite

MASQUES - Le masque en Afrique

  • Écrit par 
  • Annie DUPUIS
  •  • 4 315 mots
  •  • 5 médias

Le masque en Afrique noire représente, avec la statuaire, un élément important de la création plastique. L'un et l'autre se situent au cœur de la vie socio-religieuse traditionnelle. C'est à la fin du xixe siècle que l'art africain devient largement accessible aux collectionneurs européens et donne aux plus grands artistes, peintres et sculpteurs, con […] Lire la suite

MASQUES - Le masque en Océanie

  • Écrit par 
  • Christian COIFFIER
  •  • 8 691 mots
  •  • 2 médias

Pour les Océaniens, le masque ou le travestissement du corps permet souvent de faire parler et agir un esprit ancestral (humain, animal, végétal ou objet personnifié) dans un souci pédagogique, vis-à-vis des plus jeunes, afin d'évoquer l'histoire mythique du groupe. Le masque n'est pas toujours une représentation d'un visage placée devant la face réelle du porteur, il peut se présenter comme un en […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Un foisonnement artistique

  • Écrit par 
  • Louis PERROIS
  •  • 6 825 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les civilisations bantoues équatoriales »  : […] L'Afrique centrale et australe est le domaine des envahisseurs bantous. Sur l'équateur, au Gabon et au Congo-Brazzaville, s'étend la grande forêt chaude, sombre et humide où l'on trouve des groupes semi-nomades de structure segmentaire, tels que les Fang, les Kota, les Tsogo... Les Fang, divisés en clans quasi autonomes, ont une statuaire homogène, caractérisée par un aspect monumental très classi […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Histoire et traditions

  • Écrit par 
  • Jean DEVISSE, 
  • Francis GEUS, 
  • Louis PERROIS, 
  • Jean POLET
  • , Universalis
  •  • 6 686 mots

Dans le chapitre « Entre l'au-delà et les vivants  »  : […] La religion fondamentale des peuples de l'Afrique équatoriale atlantique est le culte familial rendu aux ancêtres du lignage. Dans ces sociétés dont le fonctionnement repose quasi exclusivement sur la parenté et les relations de proximité, le culte des ancêtres avait, jusqu'au début du xx e  siècle, une grande importance pour assurer la cohésion sociale. Les individus se situent tous par rapport a […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Aires et styles

  • Écrit par 
  • Claire BOULLIER, 
  • Geneviève CALAME-GRIAULE, 
  • Michèle COQUET, 
  • François NEYT
  • , Universalis
  •  • 15 141 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les Kwele »  : […] Liés aux populations de l'Ogooué qui vivaient au nord-est du Gabon sur les terres irriguées par l'Ivindo, les Kwele font partie d'un sous-groupe d'origine Maka-Djem du Sud-Cameroun. Poussés par les Fang dans les régions de la grande forêt équatoriale, ils s'établirent les uns au Gabon, les autres au Congo-Brazzaville. Ces derniers ont conservé les traditions anciennes et l'art de sculpter les mas […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE DE L'ART

  • Écrit par 
  • Brigitte DERLON, 
  • Monique JEUDY-BALLINI
  •  • 3 610 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L’approche structurale »  : […] En France, Claude Lévi-Strauss ouvre la voie aux approches structurales de l’art en cherchant à déceler une « logique des formes » propre à l’esprit humain, dont le fonctionnement procède par oppositions et corrélations. Il analyse les images dédoublées, composées de deux moitiés de corps ou de visages accolées (déjà étudiées par Boas pour la côte nord-ouest américaine) et présentes dans les motif […] Lire la suite

ART KANAK

  • Écrit par 
  • Emmanuel KASARHÉROU
  •  • 1 410 mots

Dans le chapitre « La présence des ancêtres »  : […] Flèches faîtières, sagaies, chambranles, haches ostensoirs, masques et bambous gravés sont autant de témoins d’une société codifiée. Les gestes coutumiers régissent les relations sociales kanak. La « coutume », ce rituel de salutation, engageant un échange de paroles et d’objets de peu de valeur (souvent un billet enroulé dans un morceau d’étoffe), s’applique chaque fois qu’un nouvel arrivant se […] Lire la suite

AUTOMATE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude BEAUNE, 
  • André DOYON, 
  • Lucien LIAIGRE
  •  • 6 638 mots
  •  • 2 médias

Un automate (du grec ἀυτοματ́ον) est une machine imitant les mouvements, les fonctions ou les actes d'un corps animé. Des origines jusqu'à nos jours, la création des figures animées, d'une complexité de plus en plus grande à mesure que se développent les sciences et les techniques, paraît avoir été – que le but en fût magique, religieux, scientifique ou récréatif – un des besoins élémentaires de […] Lire la suite

BAGA

  • Écrit par 
  • Jacques MAQUET
  •  • 632 mots

Occupant la plaine côtière de la Guinée, les Baga vivent de la culture du riz sur des terres préparées par un long travail : défrichage par incendie des palétuviers, construction de digues. Situés sur des dunes de sable, les villages sont reliés par des pistes noyées pendant six mois de l'année. Aussi les Baga étaient-ils divisés autrefois en petits groupes ennemis, qu'aucune autorité politique ce […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian DUVERGER, « MASQUES - Le masque en Amérique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/masques-le-masque-en-amerique/