MASACCIO (1401-env. 1429)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Florence, l'humanisme et les « hommes nouveaux »

Tommaso di Ser Giovanni di Mone Cassai, dit Masaccio, est né à Castel San Giovanni in Altura (aujourd'hui San Giovanni Valdarno, près de Florence). Il est mort à Rome à une date qui est certainement antérieure de peu à novembre 1429. Il est le célèbre auteur d'une partie des fresques de la chapelle du cardinal Brancacci dans l'église de Santa Maria del Carmine à Florence, qui sont considérées comme une des œuvres essentielles de l'histoire du naturalisme moderne en peinture (ces fresques ont été l'objet d'une remarquable restauration en 1990). Il est le seul peintre que cite Leon Battista Alberti, dans la dédicace de son Traité de la peinture (1436), parmi les grands novateurs de la Renaissance, avec l'architecte Filippo Brunelleschi et les trois sculpteurs Donatello, Lorenzo Ghiberti et Luca Della Robbia, artistes dont le génie est tel qu'on ne peut « les faire passer après aucun artiste aussi ancien et fameux qu'il soit dans ces différents arts ».

Cantoria de la cathédrale de Florence, L. della Robbia

Photographie : Cantoria de la cathédrale de Florence, L. della Robbia

Luca della Robbia, détail de la Cantoria de la cathédrale de Florence, 1431-1439, marbre. Aujourd'hui au museo dell'Opera del Duomo, Florence, Italie. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Des initiateurs de la Renaissance, on peut parler, en effet – et c'est peut-être pour la première fois dans l'histoire de l'art –, comme d'un groupe homogène qui forme un mouvement dont les membres sont unis par des liens très différents de ceux qui régnaient dans l'atelier artisanal. En outre, ce groupe élabore et adopte une nouvelle idéologie qui lui permet de justifier et de défendre sa propre diversité.

On peut même reconnaître dans le caractère « intellectuel » du groupe un signe indirect, mais clair, du désir de ces novateurs de marquer la distance qui les sépare des anciennes pratiques, ainsi que d'affirmer le nouveau statut, plus indépendant, de l'artiste dans la société. La preuve en est dans l'intérêt de Brunelleschi pour les expériences scientifiques, dans celui de Donatello pour la « philosophie », et dans le style de vie « distrait » et « fantaisiste » qui a valu à Maso di Ser Giovanni le surnom péjoratif de Masaccio.

À cause de la citation d'Alberti on a considéré les novateurs du groupe de Brunelleschi comme équivalents, dans les arts figuratifs, aux humanistes. Mais cela est loin d'être démontré. Les recherches de Tanturli semblent plutôt indiquer les liens de Brunelleschi avec la tradition littéraire « volgare » et une sympathie des milieux humanistes (à partir de Leonardo Bruni) pour son rival « gothique tardif » Lorenzo Ghiberti. D'ailleurs à cette époque, l'humanisme ne joue pas encore le rôle de déguisement idéologique et rhétorique qui a pour fonction de cacher la décadence effective de la cité italienne dans le domaine économique et politique. La découverte de l'antique s'est faite à Florence avec un esprit d'initiative proprement capitaliste et avec un réalisme tout à fait bourgeois. L'art des Romains aide à retrouver le vrai et à rompre avec les habitudes stylistiques de l'art gothique. Le style « héroïque », truffé de citations classiques, va de pair, en un certain sens, avec l'adoption du latin par les humanistes. Vers le milieu du siècle, dans les fresques des Hommes illustres peintes par Andrea del Castagno, ce style aura déjà des résonances fausses et ostentatoires. Mais, chez Brunelleschi, chez le jeune Donatello, chez Masaccio, ce style est encore parfaitement sincère parce que réaliste ; il convient, en effet, à l'opinion que la classe dirigeante de Florence pouvait encore avoir légitimement d'elle-même.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Cantoria de la cathédrale de Florence, L. della Robbia

Cantoria de la cathédrale de Florence, L. della Robbia
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La Trinité, Masaccio

La Trinité, Masaccio
Crédits : Bridgeman Images

photographie

L'Adoration des Mages, Gentile da Fabriano

L'Adoration des Mages, Gentile da Fabriano
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Le Banquet d'Hérode, Masolino

Le Banquet d'Hérode, Masolino
Crédits : Luisa Ricciarini/ Bridgeman Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  MASACCIO (1401-env. 1429)  » est également traité dans :

FRESQUES DE LA CHAPELLE BRANCACCI, MASACCIO (Florence)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 204 mots

Masaccio a peint, avec la collaboration de Masolino, les fresques de la chapelle Brancacci à l'église Santa Maria del Carmine de Florence. Elles relatent divers épisodes de la vie de saint Pierre et marquent en peinture, comme la Trinité que Masaccio peint exactement au même moment à Santa Maria Novella, les débuts de la […] Lire la suite

BRUNELLESCHI FILIPPO (1377-1446)

  • Écrit par 
  • Gian-Carlo ARGAN
  •  • 2 148 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'influence de Masaccio »  : […] Brunelleschi conçoit la perspective comme structure géométrique de l'espace et l'architecture comme représentation rationnelle de cet espace. L'Ospedale degli Innocenti (1419-1444), par son but social même, répond à une double exigence d'urbanisme et de perspective : il devait être le premier côté de la place de l'Annunziata. La gradation des plans et la profondeur des arcades organisent l'unité d […] Lire la suite

LIPPI Fra FILIPPO (1406-1469)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 520 mots
  •  • 2 médias

Placé tout jeune chez les Carmes de Florence, le futur peintre Filippo Lippi prononce ses vœux à quinze ans, quitte le monastère dix ans plus tard tout en gardant l'habit, part pour Padoue, revient à Florence (en 1437), mais non au couvent, s'attire quelques difficultés avec les autorités civiles et religieuses en raison de son existence peu monacale, reçoit des bénéfices ecclésiastiques dont il e […] Lire la suite

PIERO DELLA FRANCESCA (entre 1415 et 1420-1492)

  • Écrit par 
  • Pasquale ROTONDI
  •  • 3 304 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Premières œuvres »  : […] On ignore tout des débuts de Piero della Francesca dans le domaine de la peinture ; on se demande qui fut son premier maître, quelles furent ses premières orientations, où et comment se déroulèrent les rapports qu'il eut avec Domenico di Bartolo, rapports révélés par ses œuvres. On sait qu'en 1439 il se trouvait à Florence avec Domenico Veneziano, mais on ignore où il avait séjourné avant cette d […] Lire la suite

TOSCANE

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ, 
  • Michel ROUX
  •  • 7 564 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Artistes voyageurs »  : […] Les grands chantiers dont se couvre la Toscane, en même temps qu'ils visent à créer des œuvres glorifiant la forte personnalité des centres municipaux – à Sienne, la cathédrale ne fut jamais achevée –, ont pour conséquence première les voyages constants des artistes attirés par les commandes : le dialogue, ainsi, dépasse souvent les collines toscanes. Giotto avait séjourné à Rome, à Assise, à Pado […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Giovanni PREVITALI, « MASACCIO (1401-env. 1429) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/masaccio/