KING MARTIN LUTHER (1929-1968)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Combats des dernières années

Les premiers signes d'opposition aux méthodes de King au sein du mouvement pour les droits civiques apparaissent en mars 1965, lors des manifestations organisées à Selma (Alabama) pour mettre en lumière la nécessité d'une loi fédérale sur le droit de vote offrant un cadre légal à l'émancipation des Noirs dans le Sud. King organise une première marche de Selma à Montgomery, qu'il ne dirige pas lui-même. Les manifestants sont refoulés par la police locale, à coups de matraque et de grenades lacrymogènes. King s'apprête à mener une seconde marche, malgré l'injonction d'une cour fédérale et les efforts de Washington visant à le persuader de renoncer. Conduit par lui-même, ce second cortège de 1 500 personnes est bientôt bloqué par un barrage policier. Au lieu de continuer à avancer et d'aller à la confrontation, King enjoint ses partisans de s'agenouiller pour prier, avant de faire demi-tour. Cette décision lui coûtera le soutien de nombreux jeunes radicaux qui critiquaient déjà sa prudence excessive. Accusé d'avoir conclu un arrangement avec les autorités fédérales et locales, il nie fermement. Le Voting Rights Act sera néanmoins adopté en août 1965.

Mais la philosophie religieuse et non violente que professe King, qui a remporté d'incontestables succès dans le Sud ségrégationniste, est de plus en plus remise en question dans les quartiers pauvres, qui forment les ghettos des grandes villes du Nord et de l'Ouest. L'émeute qui éclate dans le district de Watts, à Los Angeles (août 1965), témoigne de l'ampleur de l'agitation qui règne chez les habitants noirs de ces quartiers. Dans un effort visant à répondre aux attentes du ghetto, King et ses sympathisants lancent au début de l'année 1966, à Chicago, une manifestation contre la discrimination raciale visant surtout la ségrégation dans le logement. Après un début d'année ponctué par des rassemblements, des marches et des manifestations, un accord est signé entre la ville et une coalition de Noirs, de libéraux et de syndicats, prévoyant diverses mesures pour faire appliquer les lois existant déjà en la matière. Mais, en réalité, la campagne de King à Chicago a vu ses effets en grande partie annihilés par l'opposition du puissant maire de la ville, Richard Daley, mais aussi par la complexité inattendue du racisme dans les États non ségrégationnistes.

En Illinois, en Californie ou dans le Mississippi, King est désormais critiqué et même raillé en public par les jeunes sympathisants du Black Power. Tandis que King représente la patience, la respectabilité de la classe moyenne et une approche graduée des changements sociaux, les jeunes radicaux des villes, au langage cru et vêtus de jeans, incarnent la confrontation et l'exigence de changement immédiat. Pour ces révoltés, le chef de file des droits civiques, avec ses costumes impeccables et ses discours pacifiques, est bien trop passif et vieux jeu, même s'il n'a alors qu'une trentaine d'années : il représente la génération précédente alors que leur chef révolutionnaire, Malcolm X, va jusqu'à qualifier les méthodes de King de « criminelles ».

Face à ces attaques grandissantes, King cherche à élargir son audience en introduisant d'autres thèmes que la lutte contre le racisme. Le 4 avril 1967, à l'église Riverside de New York, et le 15 avril lors d'un rassemblement gigantesque en faveur de la paix dans la même ville, il s'oppose irrévocablement à l'intervention américaine au Vietnam. Il avait déjà condamné la guerre en janvier 1966, mais les pressions de la Maison-Blanche et l'opposition au sein même de la communauté noire l'avaient alors fait revenir sur ses propos. Il tente ensuite de former une coalition réunissant tous les pauvres, noirs comme blancs, ainsi que les militants étudiants et les intellectuels pacifistes pour s'attaquer à des problèmes économiques tels que la pauvreté et le chômage. Les efforts qu'il déploie en ce sens, non sans tomber dans un certain populisme, ne remportent cependant pas l'adhésion massive espérée. Dans le même temps, les tensions et l'évolution que connaît le mouvement pour les droits civiques déciment [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Martin Luther King, 1963

Martin Luther King, 1963
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Strong and Silent, E. Haas

Strong and Silent, E. Haas
Crédits : Ernst Haas / Hulton Getty

photographie

Marche pour les droits civiques, 1963

Marche pour les droits civiques, 1963
Crédits : National Archives

vidéo

" I have a dream " Martin Luther King, 1963

" I have a dream " Martin Luther King, 1963
Crédits : The Image Bank

vidéo

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur d'histoire à l'université de Rutgers, New Jersey

Classification

Autres références

«  KING MARTIN LUTHER (1929-1968)  » est également traité dans :

BOYCOTTAGE

  • Écrit par 
  • Berthold GOLDMAN
  • , Universalis
  •  • 4 918 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le boycottage par les citoyens et consommateurs »  : […] Le dernier type de boycottage, sans doute le plus connu du grand public, reste à évoquer. Il s'agit du boycottage à l'initiative de mouvements militants de citoyens. On y trouve plus explicitement que dans les types précédents des motivations d'ordre politique, ces mouvements recherchant par ce moyen simple de sanctionner économiquement les activités ou la politique d'une organisation, que celle- […] Lire la suite

DÉSOBÉISSANCE CIVILE

  • Écrit par 
  • Christian MELLON
  •  • 2 258 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Histoire moderne de la notion »  : […] C'est à l'écrivain américain Henry David Thoreau (1817-1862) que l'on attribue la paternité de l'expression civil disobedience , dont l'expression française « désobéissance civile » est la traduction. En 1846, ayant refusé de payer l'impôt à un État dont il contestait la politique sur deux points (esclavage, guerre contre le Mexique), il fut mis en prison à Concord (Massachusetts). Pour justifier […] Lire la suite

MARCHE POUR LES DROITS CIVIQUES (28 août 1963)

  • Écrit par 
  • Christian HERMANSEN
  •  • 284 mots
  •  • 1 média

Réunissant plus de 200 000 personnes, la « marche sur Washington pour l'emploi et la liberté » du 28 août 1963, appelée en France « marche pour les droits civiques », marque l'apogée du mouvement non violent pour les droits civiques des Noirs, cent ans après leur émancipation par Abraham Lincoln. L'idée d'une manifestation dans la capitale fédérale venait du grand syndicaliste noir Asa Philip Rand […] Lire la suite

NICKEL BOYS (C. Whitehead) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Liliane KERJAN
  •  • 972 mots

Dans le chapitre « Une colonie pénitentiaire »  : […] Nickel Boys s’inspire de l’histoire très documentée de la Dozier School for Boys de Marianna (Floride). Colson Whitehead a pris connaissance en 2014, par la presse locale, des enquêtes et des recherches médico-légales qui révélaient, après de laborieuses négociations avec les autorités locales, les exactions commises sur plusieurs générations d’adolescents – en majorité noirs –, sacrifiés et vou […] Lire la suite

NOIRS AMÉRICAINS

  • Écrit par 
  • Claude FOHLEN, 
  • Daniel SABBAGH
  •  • 5 265 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La lutte pour la déségrégation »  : […] Ces données nouvelles ont cependant peu modifié les données du « problème noir » jusqu'au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Sans doute peut-on noter quelques progrès dans leur situation juridique, en liaison avec une attitude moins passive de la Cour suprême, mais il faut se garder d'exagérer les progrès, car ils demeurent très minces, dans le Sud, qui continue à refuser d'accorder les droi […] Lire la suite

NON-VIOLENCE

  • Écrit par 
  • Jacques SEMELIN
  •  • 5 880 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'affirmation du sujet résistant »  : […] Changer sa position d'esclave suppose un processus d'éducation, de « conscientisation » dirait-on en Amérique du Sud, par lequel l'esclave peut parvenir à briser sa mentalité de dominé. Autrement dit, le premier combat de l'opprimé doit être de s'affirmer en tant que personne, en tant que sujet affranchi de sa propre sujétion. Au commencement de l'action non violente est ce travail qui vise à rév […] Lire la suite

PARKS ROSA (1913-2005)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 173 mots

Militante américaine des droits civiques. Petite-fille et fille de Noirs contestataires de la ségrégation raciale américaine, Rosa Parks, devenue couturière, milite avec son mari dans la N.A.A.C.P., association pour l'émancipation des Noirs américains. Elle devient un vivant symbole de la lutte pour l'égalité civique en 1955, lorsqu'elle est condamnée par la justice du comté de Montgomery (Alaba […] Lire la suite

QUESTION NOIRE AUX ÉTATS-UNIS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 500 mots

1861 La sécession de onze États esclavagistes du Sud des États-Unis provoque une guerre civile qui va durer quatre ans. 18 décembre 1865 Approbation officielle du 13 e  amendement à la Constitution, qui abolit l'esclavage aux États-Unis. À cette date, 95 p. 100 des Noirs américains sont analphabètes. 1866 Fondation, dans le Tennessee, du Ku Klux Klan, société secrète rassemblant des partisans de l […] Lire la suite

WASHINGTON, ville

  • Écrit par 
  • Laurent VERMEERSCH
  •  • 1 658 mots
  •  • 1 média

Capitale fédérale et sixième agglomération des États-Unis , avec 6,2 millions d'habitants en 2018 (702 000 dans la ville même), Washington DC (District of Columbia) est le maillon méridional de la mégalopole BosWash (Boston-Washington), située au nord-est du pays . Édifiée sur la rive gauche du Potomac, à 180 kilomètres de son débouché dans la vaste baie de Chesapeake ouvrant sur l’Atlantique, ell […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

David L. LEWIS, « KING MARTIN LUTHER - (1929-1968) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/martin-luther-king/