HEIDEGGER MARTIN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Heidegger, ou la question du sens de l'être

Martin Heidegge st né à Messkirch en pays souabe, le 26 septembre 1889. Sa première école est l'école communale de sa ville. Il entre en 1903 au lycée de Constance, puis en 1906 au lycée de Fribourg-en-Brisgau, où il termine ses études secondaires trois ans plus tard. Après quatre semestres (1909-1911) à la faculté de théologie, il s'inscrit à la faculté des lettres et à celle des sciences. Promu docteur en 1913 par Heinrich Rickert, il est habilité en 1915. Jusqu'en 1922, il demeure à l'université de Fribourg en tant que privatdozent, aux côtés de Husserl, qui avait succédé à Rickert. Il est appelé en 1922 à enseigner à Marbourg. Sein und Zeit (L'Être et le Temps) paraît en 1927. En 1928, Heidegger est nommé professeur « ordinaire » à Fribourg, succédant ainsi à Husserl selon le vœu de celui-ci. Sa leçon inaugurale fut Qu'est-ce que la métaphysique ? Cinq ans plus tard, Hitler arrive à la chancellerie. Heidegger a été souvent dénoncé comme un sectateur du nazisme. Il faut ici être précis. Ses rapports avec le nazisme, entre 1933 et 1945, comportent dix mois de coopération administrative et d'accord publiquement proclamé, sur la base de son élection non sollicitée au rectorat de l'université de Fribourg en 1933. C'est à cette occasion qu'il prononce, le 27 mai, le Discours du rectorat, sur la mission spirituelle de l'Université et le destin du peuple allemand. Suivent onze ans de retrait total à partir de sa démission du rectorat en février 1934. Non seulement il s'abstient de publier, sinon dans de rares recueils collectifs, mais son enseignement le rend assez indésirable aux autorités pour qu'il soit, en 1944 éloigné de l'Université par son affectation à un chantier de terrassement, puis par son incorporation au Volkssturm. Cette mesure d'éloignement sera en 1945 prorogée par les autorités françaises d'occupation et c'est seulement en 1951 qu'il reprendra son enseignement, pour le poursuivre jusqu'en 1957. La Lettre sur l'humanisme, adressée en 1947 à Jean Beaufret, rompt le silence d'écrivain que Heidegger avait gardé depuis 1929. En 1955, invité à Cerisy-La-Salle en Normandie, il fait son premier séjour en France, où il rencontre notamment René Char et Georges Braque. Dans les trois années qui suivent, il se rend à trois reprises en Provence, où, après deux voyages en Grèce, il revient en 1966, en 1968, en 1969, sur l'invitation de René Char. C'est à cette époque qu'eurent lieu les séminaires du Thor. Un autre séminaire se tint chez lui, à Zähringen, dans la banlieue de Fribourg, en 1973. Martin Heidegger, mort le 26 mai 1976, repose dans le cimetière de Messkirch, son pays natal.

Martin Heidegger

Photographie : Martin Heidegger

En affirmant que la conscience était le «là de l'être» (ou Dasein), Martin Heidegger (1889-1976) jette, avec Être et Temps (1927), les bases d'une «ontologie fondamentale» qui distingue radicalement l'être du phénomène et conduit à relire, c'est-à-dire repenser, l'ensemble de la... 

Crédits : G. Schütz/ AKG-images

Afficher

Le projet initial de Heidegger

À la vérité – et Husserl ne s'y trompa point, bien qu'il n'ait jamais compris le véritable sens de l'œuvre de celui qui fut d'abord son disciple –, L'Être et le Temps inaugura dès le départ une réflexion qui était très différente de celle de Husserl et qui devait s'en éloigner toujours davantage. Les premières lignes du livre nous en avertissent déjà : c'est l'ontologie (terme plus tard proscrit) et le problème de l'être qui formeront le thème central, et en quelque sorte unique, de l'ouvrage, comme aussi de toute pensée ultérieure de Heidegger.

Un tel projet ne peut s'articuler indifféremment. Il est de fait que, parmi tous les étants, un seul, l'homme, a la possibilité de s'interroger sur l'être. Cette interrogation (ou sa possibilité) constitue même l'être de cet étant. Certes, si l'être du Dasein (de l'être-le-là) exerce nécessairement, et de par cela même qu'il est, quelque compréhension ou appréhension de l'être en général ou en totalité, cela ne signifie point que cette compréhension soit explicite et pleinement élevée au concept. Procéder à cette explicitation est la tâche même de l'ontologie et du philosophe.

Mais, avant d'opérer ce passage, certains préliminaires s'avèrent indispensables. Puisque le Dasein est la voie d'accès unique et obligée à l'être, à toute compréhension de tout être, il faudra, pour commencer, que ce Dasein porte l'interrogation sur lui-même, qu'il scrute son propre être et sa relation à tout être. Telle est l'« analytique fondament [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HEIDEGGER MARTIN (1889-1976)  » est également traité dans :

HEIDEGGER MARTIN - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 298 mots

26 septembre 1889 Naissance de Martin Heidegger, à Messkirch.1914 Thèse de doctorat sur La Théorie du jugement dans le psychologisme. Thèse d'habilitation dédiée à Heinrich Rickert : Le Traité des catégories et de la signification chez Duns Scot. […] Lire la suite

HEIDEGGER MARTIN, en bref

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 181 mots
  •  • 1 média

Avec Husserl, le fondateur de la phénoménologie, Martin Heidegger est, sans conteste, le philosophe allemand le plus important du xxe siècle. Être et Temps, paru en 1927, a eu une influence considérable sur la […] Lire la suite

DE L'ESSENCE DE LA VÉRITÉ et PLATON LE SOPHISTE (M. Heidegger) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 602 mots

Il faut espérer que la traduction des tomes 19 et 34 de la Gesamtausgabe, qui rassemblent les cours des semestres d'hiver 1924-1925 et 1931-1932 : Platon « Le Sophiste » (Gallimard, 2001) et De l'essence de la vérité. Approche de l'« allégorie de la caverne » et […] Lire la suite

ESSAIS ET CONFÉRENCES, Martin Heidegger - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 924 mots
  •  • 1 média

Les onze textes recueillis dans ce volume, regroupés en trois massifs distincts et cependant secrètement reliés entre eux, constituent certainement la meilleure introduction à la seconde pensée de Martin Heidegger (1889-1976) pour reprendre la distinction devenue classique depuis la thèse de W. Richardson (1963). C'est en 1954 que paraissent les Vorträge und Aufsätze, qui seron […] Lire la suite

ÊTRE ET TEMPS, Martin Heidegger - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 793 mots
  •  • 1 média

Du seul véritable livre de Martin Heidegger (1889-1976) publié en 1927, Être et Temps (Sein und Zeit, 1927), certainement le traité de philosophie le plus important paru au xxe siècle, ne seront menées à bien et ne paraî […] Lire la suite

ABBAGNANO NICOLA (1901-1990)

  • Écrit par 
  • Sergio MORAVIA
  •  • 873 mots

Esprit extrêmement précoce, Abbagnano débute sur la scène intellectuelle dans les années 1920 – un début caractérisé par une vive, surprenante originalité. Dans Le Sorgenti irrazionali del pensiero (1923) et dans Il Problema dell'arte (1925), il repousse nettement le néo-idéalisme de Croce et de Gentile, dont l'hégémonie spéculative dans la pensée italienne de l'entre-deux-guerres est bien connu […] Lire la suite

AFFECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Marc RICHIR
  •  • 12 253 mots

Dans le chapitre « La disjonction de l'affectivité et de la subjectivité : Heidegger »  : […] Ce n'est pas le lieu, ici, de redéployer toute la problématique, difficile par sa subtilité et par sa nouveauté, d' Être et Temps . Rappelons que, au lieu de caractériser l'homme par la subjectivité ou la conscience – ce qui sous-tend toujours, par l'autonomie de ce que ces concepts sont censés désigner, l'équivoque d'un être qui pourrait être tout autant hors du monde qu'être dans le monde ou au […] Lire la suite

ANALOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre DELATTRE, 
  • Alain de LIBERA
  • , Universalis
  •  • 10 454 mots

Dans le chapitre « Les domaines de l'analogie »  : […] Entées sur un complexe de textes hétérogènes, pénétrées d'influences contradictoires, travaillées par des problèmes partiellement étrangers à l'univers d'Aristote, les principales théories médiévales de l'analogie se sont édifiées soit dans un sens « avicennien », soit dans un sens « averroïste ». Le composant avicennien prédomine dans toutes les théories qui font de l'analogie un sous-ensemble de […] Lire la suite

ANGOISSE EXISTENTIELLE

  • Écrit par 
  • Jean BRUN
  •  • 2 548 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'angoisse de l'être »  : […] Ce qui nous angoisse, c'est donc l'environnement du monde dans son ensemble et, en même temps, l'absolue inconsistance de celui-ci. Telle est l'idée essentielle sur laquelle a insisté Heidegger en précisant que « ce qui angoisse l'angoisse est l'être-au-monde comme tel ». Il est bien remarquable, note-t-il, que, lorsque l'angoisse est passée, nous disons volontiers : Ce n'était rien du tout, car […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE ET ONTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Frédéric KECK
  •  • 1 251 mots

Si l’anthropologie s’est définie contre la métaphysique classique en remplaçant un discours sur Dieu comme fondement de toutes choses par un discours sur l’homme comme sujet et objet de connaissance (Foucault, 1966), elle a renoué depuis les années 1980 avec l’ontologie, définie comme un discours sur ce qui est, pour affirmer la réalité des phénomènes sur lesquels porte son enquête. L’anthropolog […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean BEAUFRET, Alphonse DE WAELHENS, Claude ROËLS, « HEIDEGGER MARTIN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/martin-heidegger/