MARTÍN FIERRO, José HernándezFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au lendemain des guerres qui voient les anciennes possessions espagnoles d'Amérique, à l'exception de Cuba et de Porto Rico, accéder à l'indépendance, surgit un peu partout le désir de transformer la rupture politique en émancipation mentale, donc de contribuer à l'édification d'une culture nationale. Les Argentins sont parmi les premiers à tenter de concilier une aspiration à la modernité – représentée par les modes littéraires venues d'Europe – et la prise en compte de la réalité nationale. En 1845, en écrivant Facundo, Domingo Faustino Sarmiento, futur président de la République, imagine une coupure qui fera florès pendant des décennies : « Civilisation » (les villes) contre « Barbarie » (l'intérieur, la pampa, les gauchos). Dans le dernier quart du xixe siècle, la tendance se renverse : un certain nationalisme culturel se fait jour, et le plus beau fleuron de ce courant est sans aucun doute Martín Fierro, une longue épopée en vers, en deux parties respectivement parues en 1872 et en 1879, composée par José Hernández (1834-1886) et souvent présentée comme « l'anti-Facundo ».

José Hernández est né dans un village proche de Buenos Aires. Une grande partie de son enfance et de son adolescence se déroule à la campagne, où il s'imprègne des mœurs de la pampa. Il a dix-huit ans quand, en 1852, le dictateur Juan Manuel Rosas doit abandonner le pouvoir, mais le pays conserve une vie politique agitée, avec la rivalité entre le port de Buenos Aires et les provinces de l'intérieur, entre « unitaires » et « fédéralistes », le tout placé sous la menace permanente d'incursions des tribus indiennes de plus en plus repoussées vers le sud. Hernández va s'impliquer dans les luttes politiques nationales, en changeant d'ailleurs de camp et en passant des unitaires aux fédéralistes, à travers les nombreux journaux qu'il créera ou auxquels il collaborera. A [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  MARTÍN FIERRO, José Hernández  » est également traité dans :

HERNÁNDEZ JOSÉ (1834-1886)

  • Écrit par 
  • Jean ANDREU
  •  • 1 532 mots

Dans le chapitre « Le « Martín Fierro » »  : […] Le poème Martín Fierro est le récit, fait par le protagoniste, des aventures d'un gaucho. On y voit Martín Fierro dans le calme de sa vie campagnarde et familiale. Embrigadé de force dans les troupes régulières chargées de pacifier la pampa saccagée par les incursions indiennes, Martín Fierro doit quitter son foyer. À son retour, quelques années plus tard, son rancho a été détruit et sa famille […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude FELL, « MARTÍN FIERRO, José Hernández - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/martin-fierro/