MARTIN EDEN (P. Marcello)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une traversée du siècle

Premier film strictement fictionnel de Marcello, coécrit, comme Bella e perduta, avec Maurizio Braucci, Martin Eden est sorti en septembre 2019 en Italie avec un grand succès public, et en octobre en France où il a été également bien accueilli, après une sélection officielle au festival de Venise. Il s’agit donc de l’adaptation du roman éponyme de Jack London (1909), que beaucoup de lecteurs placent au premier rang de leur panthéon littéraire. L’interprète principal, Luca Marinelli, a reçu la coupe Volpi de la meilleure interprétation masculine. Il incarne ce personnage de marin maladroit devenu le symbole même de l’écrivain tourmenté et génial, de la jeunesse idéaliste, enthousiaste et finalement perdue. Après avoir parcouru le monde, Martin Eden, homme modeste, entre par hasard dans la vie d’une famille riche de San Francisco (devenue Naples dans le film de Marcello). Il est fasciné par Ruth, jeune fille cultivée mais sans véritable profondeur morale ou intellectuelle. Il l’idéalise, croit reconnaître en elle l’image de pureté et de perfection qu’il poursuit intimement. Cette fascination est l’élan qui va permettre à cet homme de peu d’écrire et d’envoyer infatigablement, héroïquement pourrait-on dire, ses manuscrits aux éditeurs. Quand la gloire littéraire survient enfin, imprévue, il est trop tard pour Martin Eden. La quête de vérité aboutit à la déception, à la chute de toute illusion dans un total effondrement.

Martin Eden, P. Marcello

Photographie : Martin Eden, P. Marcello

Photographie

Du mythique roman de Jack London, Pietro Marcello a fait une vaste fresque qui raconte les espoirs et les aveuglements du xxe siècle. Ici, Luca Marinelli dans le rôle-titre. 

Crédits : Francesca Errichiello/ Avventurosa/ IBC Movie/ Rai Cinema/ BBQ_DFY/ Aurimages

Afficher

Le père de Pietro Marcello ayant été lui-même marin (il lui avait parlé du port de Gênes, longuement montré dans La bocca del lupo), on imagine l’importance accordée par le cinéaste à ce récit qui commence et finit au cœur de l’océan. Océan cruel, moins pourtant que la bonne société cultivée, vaine et snob qui fait semblant d’accueillir Martin Eden dans ses salons. La Californie devient ici la Campanie, et le xxe siècle naissant de Jack London se révèle une bien étrange époque. Marcello laisse planer le doute, installant son spectateur dans un [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

René MARX, « MARTIN EDEN (P. Marcello) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/martin-eden-p-marcello/