SOLAL MARTIAL (1927- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Distanciation et ironie

Rassembler, disperser. À l'une et à l'autre de ces tentations permanentes, Solal refuse d'accorder sa préférence parce que ce sont chez lui les deux expressions d'un même désir. Et voilà justement ce qui le rend unique, dans ses improvisations comme dans son écriture. Avec beaucoup d'autres, il partage l'obsession de l'unité et de la plénitude. Mais il ne lui sacrifie pas les commentaires, les parenthèses, les incises, les échappées, les dérapages qui, à ses yeux, assurent la cohésion du discours en l'intégrant au mouvement même de la vie. D'aucuns prendraient prétexte de cette philosophie pour excuser une démarche erratique. Il ne veut y voir que l'obligation de faire, avec les cartes qu'on a brouillées, une réussite : de construire un château, même si ce n'est qu'un château en Espagne. Ennemi de la linéarité, briseur acharné de ces « climats » que lui-même instaure, il ne supporte pas davantage, en dépit de ce qu'affirment ses détracteurs, les fantaisies gratuites. Dans l'univers solalien, tout se paie, parce que tout a sa place et sa fonction. À chaque instant, n'importe quelle contradiction peut (doit) être apportée à ce qui s'énonce : encore faut-il qu'elle soit résolue d'une manière ou d'une autre. Elle l'est toujours. Avec tant de malice, tant d'élégance, tant de finesse parfois que l'auditeur inattentif manque ce dénouement.

Au moins n'aura-t-il pu se soustraire à l'évidence : le génie manifesté par l'artiste dans sa jonglerie avec ces « variations » qui l'avaient tant fasciné lorsqu'il était enfant. Jonglerie ? Voire... Là encore, aucune ostentation, rien d'aléatoire. La multiplication des points de vue relève d'une volonté d'exposer l'« objet » musical dans toutes ses dimensions, sous toutes ses faces à la fois. En cela, on a pu rapprocher Solal des cubistes. D'autres analogies pourraient être risquées avec le simultanéisme en littérature. Pour quel profit ? L'essentiel est d'établir que le créateur se place à distance de sa création et porte sur elle un regard non dénué d'ironie (comme en témoigne l'humour avec lequel il baptise so [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : docteur en psychologie, membre du Collège de pataphysique et de l'Académie du jazz, romancier

Classification


Autres références

«  SOLAL MARTIAL (1927- )  » est également traité dans :

WOODS PHIL (1931-2015)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 632 mots

Avec Julian Cannonball Adderley, Jackie McLean et Sonny Stitt, Phil Woods occupe une place de choix dans la lignée des saxophones alto issue de Charlie Parker. Mais, bien loin de se définir comme un simple épigone, il saura imposer une manière très personnelle dans les grands orchestres qui le réclament et les petites formations qu’il anime. Philip Wells Woods naît à Springfield (Massachusetts, Ét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phil-woods/#i_21893

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain GERBER, « SOLAL MARTIAL (1927- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/martial-solal/