MARSUPIAUX ou MÉTATHÉRIENS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Kangourou

Kangourou
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Marsupiaux : squelette céphalique

Marsupiaux : squelette céphalique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Marsupiaux : appareil génital femelle

Marsupiaux : appareil génital femelle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Embryon

Embryon
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


Caractères morphologiques et anatomiques

Le marsupium

La poche marsupiale (ou marsupium), caractère si frappant de ces animaux qu'elle a servi à les nommer, est un repli cutané permanent de la région abdominale de la femelle. Son développement varie considérablement selon les espèces, mais aussi en fonction du cycle sexuel. Lorsqu'elle est bien développée, elle comporte une importante musculature et en particulier un sphincter, autour de l'ouverture orientée vers l'avant (Didelphis, Chironectes, Phalangéroïdes) ou vers l'arrière (Dasyurus, Perameles) [fig. 1]. La poche est parfois réduite à une paire de replis (Notoryctes), ou même absente (Marmosa, beaucoup de Dasyuridés, Myrmecobius).

Le marsupium est en principe l'apanage de la femelle, mais, chez le mâle de quelques espèces, il en existe un, bien développé (Chironectes) ou rudimentaire (Notoryctes, Thylacinus).

Les glandes mammaires sont bien constituées ; leur nombre et leur disposition varient largement suivant les genres et même entre espèces voisines. Lorsque leur nombre est peu élevé, elles se localisent à la région abdominale, dans le marsupium ou à son voisinage immédiat. Si les mamelles sont nombreuses, elles s'étendent vers l'avant en deux – et quelquefois quatre – rangées parallèles. Chez les Didelphidés, il en existe généralement une médiane et leur nombre est ainsi impair.

Le squelette

L'ensemble du squelette des Marsupiaux est typiquement mammalien, et l'on se bornera à mentionner quelques particularités.

La cavité crânienne est toujours moins spacieuse que chez les Placentaires, bien que l'architecture crânienne y soit semblable : extension des pariétaux, incorporation à la boîte crânienne des squamosaux et des alisphénoïdes, ces derniers édifiant en outre autour de l'oreille moyenne une bulle tympanique généralement peu développée. Le palais secondaire est largement fenêtré. La portion jugale de l'arcade zygomatique s'étend loin en arrière et participe à la cavité articulaire de la mandibule. Celle-ci présente une inflexion [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

  • : professeur au Muséum national d'histoire naturelle, ancien directeur des collections
  • : ancien professeur à la faculté des sciences, université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  MARSUPIAUX ou MÉTATHÉRIENS  » est également traité dans :

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Biogéographie

  • Écrit par 
  • Marston BATES
  •  • 4 974 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Le royaume néotropical ou Néotropis »  : […] L'isolement de l'Amérique du Sud, véritable île séparée des continents eurasiatique et nord-américain pendant des millénaires, a déterminé l'apparition de formes biologiques extrêmement originales, tout comme en Australie. On y trouve d'ailleurs aussi des Marsupiaux : 14 genres (contre 64 en Australie) dont l'opossum , qui pénètre en Amérique du Nord. Ces marsupiaux de la Néotropis sont petits et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amerique-structure-et-milieu-biogeographie/#i_7330

AUSTRALIE

  • Écrit par 
  • Benoît ANTHEAUME, 
  • Jean BOISSIÈRE, 
  • Bastien BOSA, 
  • Harold James FRITH, 
  • Yves FUCHS, 
  • Alain HUETZ DE LEMPS, 
  • Isabelle MERLE, 
  • Xavier PONS
  • , Universalis
  •  • 26 539 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « La faune »  : […] Les Vertébrés terrestres et dulçaquicoles groupent une centaine de Mammifères placentaires, plus de 100 Marsupiaux, 2 Monotrèmes, plus de 500 Oiseaux, près de 400 Reptiles, une centaine de Batraciens anoures (pas de salamandres ni de tritons) et 180 Poissons. Chez les Invertébrés, 700 Mollusques et, selon Keast (1959), 50 000 Insectes sont à mentionner. Les Oiseaux, qui constituent le groupe le mi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/australie/#i_7330

CÉNOZOÏQUE

  • Écrit par 
  • Marie-Pierre AUBRY
  •  • 7 573 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La radiation du Paléocène »  : […] C'est le plancton calcaire qui nous renseigne le mieux sur l'histoire de la diversité océanique durant le Cénozoïque. En effet, les tests (foraminifères planctoniques comme les Globigérines) et les plaques calcaires (coccolithes des coccolithophoridées comme chez Emiliania huxleyi et Coccolithus pelagicus ) qu'il sécrète s'accumulent aux fonds des océan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cenozoique/#i_7330

ÉPIGÉNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre-Antoine DEFOSSEZ, 
  • Olivier KIRSH, 
  • Ikrame NACIRI
  •  • 5 972 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Empreinte parentale »  : […] Le génome humain, diploïde, contient deux copies de chaque gène, les allèles : l’une est portée par le chromosome apporté par le père, et l’autre par le chromosome d’origine maternelle. Dans la plupart des cas, les deux allèles s’expriment de manière équivalente dans la cellule. Toutefois, une centaine de gènes échappent à cette règle et sont exprimés spécifiquement par l’un ou l’autre des deux a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epigenetique/#i_7330

EXTINCTION DE MARSUPIAUX EN AUSTRALIE AU QUATERNAIRE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis HARTENBERGER
  •  • 702 mots
  •  • 1 média

Depuis le début du xxi e  siècle, une controverse agite les spécialistes du Quaternaire d'Australie : l'homme est-il le premier et seul responsable de la disparition des grands mammifères de cette île-continent ? N'est-ce pas plutôt les variations climatiques qui ont entraîné la disparition de nombreux végétaux et, par là, celle des herbivores q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/extinction-de-marsupiaux-en-australie-au-quaternaire/#i_7330

KANGOUROU

  • Écrit par 
  • Marie-Claude BOMSEL
  •  • 627 mots
  •  • 1 média

Herbivore, caractérisé par sa stature bipède et ses membres antérieurs atrophiés, vivant en Australie, Nouvelle Guinée, et Tasmanie. Classe : Mammifères ; ordre : Diprotodontes ; famille : Macropodidés. Les vrais kangourous sont les marsupiaux qui appartiennent à la famille des Macropodidés. Ils sont représentés par une cinquantaine d'espèces réparties en onze genres. Par extension, les petits […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kangourou/#i_7330

KOALA

  • Écrit par 
  • Marie-Claude BOMSEL
  •  • 431 mots
  •  • 1 média

Marsupial arboricole à l'allure d'un petit ours, vivant exclusivement dans les forêts d'eucalyptus de l'est et du sud de l'Australie. Classe : Mammifères ; ordre : Diprotodontes ; famille : Phascolarctidés. Effectifs : plus de 300 000. Le koala , représenté par une seule espèce ( Phascolarctos cinereus ), possède un corps ramassé dépourvu de queue, une tête ronde ornée de gra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/koala/#i_7330

MAMMIFÈRES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Robert MANARANCHE, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ, 
  • Michel TRANIER
  •  • 10 776 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Appareil génital »  : […] Chez le mâle, la gonade (ou testicule) peut demeurer intra-abdominale (cryptorchidie), comme chez les Proboscidiens et les Cétacés, ou plus généralement migrer dans un scrotum de manière permanente ou temporaire durant la période de reproduction (Rongeurs, Lémuriens, etc.). Le canal évacuateur des produits sexuels est constitué, comme chez tous les amniotes, à partir de l'uretère primaire (canal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mammiferes/#i_7330

MEMBRES

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 15 020 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Adaptation à la bipédie »  : […] La bipédie, qu'il ne faut pas confondre avec la verticalité telle qu'elle est réalisée chez l'homme, apparaît indépendamment dans de très nombreuses lignées, chez des Tétrapodes de taille variée. Chez les Reptiles, une démarche bipède était réalisée dès le Trias par les Thécodontes. Dans ce cas, les membres antérieurs étaient petits ; les membres postérieurs plus allongés et parasagittaux. Tout l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/membres/#i_7330

VOL ANIMAL

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 8 251 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Autres Vertébrés volants »  : […] Parmi les Poissons cartilagineux, ou Chondrichthyens, les énormes raies Manta sont capables d'effectuer des sauts hors de l'eau, mais on ne peut qualifier de vol ces incursions très limitées dans le milieu aérien. Chez les Téléostéens, les poissons volants les plus connus sont les Exocets qui planent au moyen de leurs grandes nageoires pectorales . L'élan nécessaire à l'envol est fourni par la mu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vol-animal/#i_7330

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel TRANIER, Yves FRANÇOIS, « MARSUPIAUX ou MÉTATHÉRIENS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marsupiaux-metatheriens/