MARSEILLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La formation de la cité

Marseille a été fondée vers 600 avant J.-C. par des Grecs venus de Phocée, en Asie Mineure. Le site primitif de Massalia est celui d'une calanque bien protégée de la houle. Les versants des collines orientés au sud, à l'abri des vents du nord-ouest, dominent directement la baie du Lacydon, où se jetait un petit fleuve côtier (talweg suivi approximativement par la Canebière aujourd'hui). Sur le sommet des collines, des temples sont édifiés par les Grecs, puis par les Romains. Le mur d'enceinte hellénistique (ier siècle avant J.-C.), dont les vestiges sont visibles dans le jardin du Centre Bourse, épouse les courbes de niveau au bas de la pente. Les entrepôts du port de commerce romain ont été construits au ier siècle après J.-C., sur les plages littorales, au pied de la butte des Moulins (occupée aujourd'hui par le quartier du Panier).

Au Moyen Âge, un rempart enferme la vieille ville : au sommet de la butte, la ville haute, ou ville épiscopale ; la ville basse ou vicomtale, vouée aux activités de commerce, s'étendait autour du port (aujourd'hui le Vieux-Port). Au xviie siècle, les plaines alluviales des ruisseaux de Rome et de Longchamp qui se jetaient dans l'anse du Lacydon, marécageuses à l'époque antique, sont choisies comme site d'extension de la ville. Le plan des nouveaux quartiers, pour une ville dont la population a fortement augmenté aux xvie et xviie siècles, est mis en œuvre, à partir de 1660, sur une trame orthogonale. La superficie de la cité est doublée. Un nouveau rempart, qui comprend dix portes s'ouvrant sur des voies radiales, est construit. Il s'appuie sur les forts Saint-Jean et Saint-Nicolas, constructions militaires de l'époque de Vauban, qui dominent toujours la ville et le Vieux-Port. Celui-ci est désormais le point central de la cité. Au xviie siècle, un axe important nord-sud est créé, de la porte de Rome à la porte d'Aix. Il englobait le Cours, espace central de promenade à l'époque classique, sur lequel est plantée une double rangée d'arbres. Aujourd'hui, les cours Saint-Louis et Belsunce, de part et d'autre de la Canebière, en demeurent les témoignages patrimoniaux. Avec les rues en damier du centre-ville dessinées au xviie siècle, ils constituent les axes à fonctions centrales de Marseille.

Au xixe siècle, la ville connaît un important développement économique et démographique. Les quartiers industriels et ouvriers s'étendent très largement au nord-ouest, en arrière du nouveau port de la Joliette, créé au milieu du siècle ; sur le littoral de la rade de Marseille, au nord ; le long de la route vers Aubagne et Toulon, dans la vallée de l'Huveaune, à l'est. Ces faubourgs, structurés autour des gares et des noyaux villageois, sont à dominante de couches sociales populaires. Dans la seconde moitié du xxe siècle, une grande partie des établissements industriels installés dans la ville (industries métallurgiques, chimiques, alimentaires et industries nées du commerce colonial du port) migrent vers la périphérie, laissant la place à des espaces en friches ou à des zones d'entrepôts en voie de requalification. Les grands ensembles ont comblé les interstices entre les noyaux villageois : construction de près de mille logements collectifs de 1950 à 1975. À partir de 1970, la ville s'étire jusqu'à 20 ou 30 kilomètres du centre. Les anciens terroirs agricoles du bassin de Marseille sont réduits à une peau de chagrin. Les collectifs et les pavillonnaires les submergent. De nouvelles centralités apparaissent autour des grands complexes commerciaux localisés près des autoroutes et des voies rapides (Plan de Campagne ; Saint-André ; Bonneveine ; la Valentine ; Aubagne). La banlieue accueille les zones industrielles et les technopôles (Château-Gombert et Luminy). Dans les années 1980, les communes périurbaines sont gagnées par l'urbanisation pavillonnaire, en lotissements le plus souvent. La périurbanisation sort même du bassin de Marseille et s'étale en nappe autour des villages. Elle suit l'axe des autoroutes de liaison urbaine vers Aix-en-Provence, Marignane, Toulon et Nice.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Provence-Alpes-Côte d'Azur : carte administrative

Provence-Alpes-Côte d'Azur : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Cathédrale de la Nouvelle-Major à Marseille

Cathédrale de la Nouvelle-Major à Marseille
Crédits : Frédéric Soltan/ Corbis/ Getty Images

photographie

Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée, Marseille

Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée, Marseille
Crédits : L. Riciotti

photographie

Afficher les 3 médias de l'article

Écrit par :

  • : maître de conférences honoraire, agrégé de géographie, université de Provence

Classification

Autres références

«  MARSEILLE  » est également traité dans :

CARPITA PAUL (1922-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 297 mots

Cinéaste français. Né à Marseille, membre de la Résistance puis du Parti communiste, Paul Carpita participe après la fin de la Seconde Guerre mondiale à la création de la société Ciné-Pax, qui tente jusqu'en 1954 de proposer des contre-actualités : séries de reportages sur la reconstruction de Marseille, les manifestations contre la guerre d'Indochine ou la grande grève des dockers de 1950. C'est […] Lire la suite

DEFFERRE GASTON (1910-1986)

  • Écrit par 
  • Christian SAUVAGE
  •  • 1 390 mots

Gaston Defferre est né le 14 septembre 1910 à Marsillargues (Hérault), dans une famille protestante. Son père, avoué, le conduit à choisir des études de droit. Après le lycée de Nîmes, Gaston Defferre s'inscrit à la faculté d'Aix-en-Provence, où il obtient une licence de droit et un diplôme supérieur d'économie politique. Souci d'indépendance ? Il quitte à vingt et un ans sa famille pour Dakar, où […] Lire la suite

FRANÇAIS EMPIRE COLONIAL

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 16 598 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « 1830-1848 : période de transition »  : […] Quant à l'expédition d' Alger (juin-juill. 1830), c'est surtout après coup qu'on s'aperçut qu'elle constituait le point de départ d'un deuxième empire colonial . Elle a pour origine un différend financier : le non-paiement au dey d'Alger de livraisons de grains effectuées sous le Directoire. La piraterie dont il fut alors beaucoup question est à cette date pratiquement inexistante, surtout vis-à-v […] Lire la suite

HÔTEL DE VILLE

  • Écrit par 
  • Pascal LIÉVAUX-SENEZ
  •  • 3 692 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un exemple : la France »  : […] En France, par manque d'argent ou de volonté politique, les édiles se contentèrent d'abord d'installations improvisées. Il faut attendre la fin du xv e  siècle et surtout le xvi e  siècle pour que se réalisent quelques entreprises d'envergure telles que Compiègne, Saumur, Beaugency et surtout Paris, où l'architecte italien Dominique de Cortone dit le Boccador dessine les plans du premier grand p […] Lire la suite

INCENDIES

  • Écrit par 
  • Jean-Luc CARTAULT, 
  • Benoit CLAIR, 
  • David KAPP
  •  • 8 276 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les services d'incendie et de secours en France »  : […] En France, la lutte contre l'incendie est confiée aux services d'incendie et de secours qui en détiennent l'exclusivité de compétence (article L.1424-2 du Code général des collectivités territoriales). Leur histoire institutionnelle s'inscrit initialement dans les lois des 16 et 24 août 1790 qui instaurent l'obligation légale de services de lutte contre l'incendie sans pour autant les rendre obli […] Lire la suite

LOGEMENTS COLLECTIFS DE L'APRÈS-GUERRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 811 mots

1947-1952 Unité d'habitation, Marseille, Le Corbusier (1887-1965). Grâce à l'appui du ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme, Le Corbusier peut, pour la première fois, mettre à l'épreuve son projet de « Cité radieuse » imaginé avant-guerre. Ce bâtiment, posé sur pilotis, accueille environ 400 logements de 23 types différents, desservis à chaque étage par une rue intérieure, ainsi que de […] Lire la suite

MÉDITERRANÉE HISTOIRE DE LA

  • Écrit par 
  • André BOURDE, 
  • Georges DUBY, 
  • Claude LEPELLEY, 
  • Jean-Louis MIÈGE
  • , Universalis
  •  • 18 417 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Permanences et mutations »  : […] Du fait de la raréfaction des échanges à long rayon, les tendances « cantonalistes » se sont renforcées, avec l'association plaine-montagne et les étroites navigations côtières. Les grands courants sont lents à reprendre, gênés par la conjoncture économique, les troubles politiques, les épidémies, les exploits des corsaires grecs. Dans les années 1835-1845, entre ces mondes en grande partie isolés […] Lire la suite

MÉROVINGIENS

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG, 
  • Patrick PÉRIN
  •  • 15 050 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le décor architectural »  : […] Si le décor architectural des petits sanctuaires ruraux nous échappe presque totalement (il était peut-être pour l'essentiel en bois), celui des sanctuaires urbains et des grands monastères des campagnes nous est relativement bien connu, aussi bien par les monuments encore intacts que par les découvertes archéologiques. Comme l'illustre magnifiquement le baptistère de Poitiers (édifice du iv e  s. […] Lire la suite

PATRIMOINE PORTUAIRE EN EUROPE

  • Écrit par 
  • Louis BERGERON
  •  • 2 553 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Marseille »  : […] La vérité oblige à reconnaître que le patrimoine industriel et technique des grands ports nés de la révolution industrielle n'a rien à envier à celui des usines classiques quant à l'indifférence au milieu de laquelle il s'est bien souvent trouvé englouti et anéanti. En Amérique du Nord les grands ports historiques de Baltimore ou de Boston ont su préserver des éléments authentiques au milieu d'opé […] Lire la suite

POLLUTION

  • Écrit par 
  • François RAMADE
  •  • 20 855 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Rejets d'effluents urbains »  : […] Les rejets d'effluents urbains sont constitués par des eaux usées d'origine domestique et industrielle. Ainsi, sur la côte nord-méditerranéenne, depuis Gibraltar jusqu'à la frontière turque, les rejets s'accroissent en permanence sous l'effet conjugué de l'afflux des touristes et de la migration de la population vers le littoral. Pendant la saison estivale, l'activité de ces villes touristiques s […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

27 avril 2022 France. Publication du rapport sur l'institut hospitalier dirigé par Didier Raoult.

En octobre 2021, l’ANSM avait déjà saisi le parquet de Marseille à la suite des révélations du site d’information Mediapart relatives à une « expérimentation sauvage », au sein de l’IHU, d’un traitement contre la tuberculose potentiellement dangereux. En décembre 2021, l’ordre des médecins avait imposé un blâme à Didier Raoult pour avoir promu l’usage de l’hydroxychloroquine comme traitement contre la Covid-19. […] Lire la suite

2-25 mars 2022 France. Meurtre du nationaliste corse Yvan Colonna en prison.

Le 21, Yvan Colonna meurt à l’hôpital Nord de Marseille sans être sorti du coma. Le 25, plusieurs milliers de personnes assistent aux obsèques d’Yvan Colonna à Cargèse (Corse-du-Sud). […] Lire la suite

18 décembre 2021 France – Italie. Première circulation d'un train concurrent des TGV de la SNCF sur la ligne Paris-Lyon.

En octobre, la région Provence-Alpes-Côte d’Azur a attribué la première concession de service public sur une ligne TER en France à l’opérateur privé français Transdev, chargé d’exploiter la liaison ferroviaire entre Marseille et Nice à compter de 2025.  […] Lire la suite

3 décembre 2021 France. Blâme de l'ordre des médecins à l'encontre du microbiologiste Didier Raoult.

Saisie par le conseil de l’ordre des médecins des Bouches-du-Rhône et par le Conseil national de l’ordre, la chambre disciplinaire du conseil de l’ordre de Nouvelle-Aquitaine impose un blâme au microbiologiste Didier Raoult, directeur de l’institut hospitalo-universitaire en maladies infectieuses Méditerranée Infection de Marseille et promoteur de l’hydroxychloroquine comme traitement contre la Covid-19. […] Lire la suite

3-11 septembre 2021 Environnement. Congrès de l'Union internationale pour la conservation de la nature.

Du 3 au 11 se tient à Marseille le congrès de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Déclarant que « l’humanité a atteint un point de bascule » et que « la “réussite” économique ne saurait plus se faire aux dépens de la nature », le manifeste adopté par le congrès appelle les participants à agir « radicalement » sur les causes de la perte de biodiversité et à s’engager pour adopter un cadre mondial « ambitieux » pour les dix prochaines années, lors de la quinzième réunion de la Conférence des parties (COP 15) à la Convention des Nations unies sur la diversité biologique qui doit se tenir en Chine au printemps 2022. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Lucien TIRONE, « MARSEILLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/marseille/