MARRAKECH

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La capitale des Almohades

Après une âpre lutte d'une quinzaine d'années, les Almohades, sous le commandement de 'Abd al-Mu'min, cheminant d'abord à l'abri de la montagne, firent peu à peu la conquête du Maroc, puis remportèrent devant Tlemcen une victoire décisive. Revenant alors vers le Maroc, ils s'emparèrent en 1147 de Marrakech, où ils massacrèrent les princes almoravides.

Pour 'Abd al-Mu'min victorieux, la prise de Marrakech posait un cas de conscience. Les Almohades allaient-ils détruire la capitale de ceux qu'ils avaient toujours condamnés comme de mauvais musulmans ? 'Abd al-Mu'min, héritier d'un empire, était conscient des devoirs nouveaux qui s'imposaient à lui. Une consultation des docteurs de la loi lui permit d'adopter la solution de sagesse qu'il avait sans doute conçue : il suffisait de détruire les mosquées et les palais almoravides – ce qui fut fait – et Marrakech, désormais sous la garde et non plus sous la menace des Berbères Masmūda de la montagne, devint la capitale de l'Empire almohade.

Mais Marrakech ne pouvait rester sans grande mosquée. Sur l'emplacement des palais almoravides – et cela était une purification –, 'Abd al-Mu'min fit édifier un des plus beaux sanctuaires de l'Occident musulman, la Kutubiyya. Mais il ne voulut pas adopter la luxueuse décoration andalouse qui s'était étalée dans les monuments almoravides : les artistes espagnols auxquels il s'adressa surent composer, en choisissant et en simplifiant les éléments de l'art almoravide, un décor qui, en laissant des espaces vides, des repos pour l'œil, simulait l'austérité.

À ce décor large ainsi créé pour complaire aux Almohades l'art hispano-mauresque dut de connaître une sobriété et un équilibre tout classiques. Le même style régna à la mosquée funéraire que 'Abd al-Mu'min fit élever à Tinmāl sur le tombeau d'Ibn Tūmart et qui devint la nécropole de la dynastie. Toutefois le minaret qui domine la mosquée de la Kutubiyya, et qui reste comme le signe de Marrakech, fut d'une grande richesse ornementale.

'Abd al-Mu'min dépassa l'œuvre politique des Almoravides : il conquit l'Afrique du Nord jusqu'à la Tripolitaine et maintint sous son joug l'Espagne musulmane. Marrakech, qui commandait à tout l'Occident musulman, devint un centre de civilisation. Jamais la ville ne fut aussi prospère.

Les Almohades bâtirent au sud de la cité commerçante une ville de gouvernement : la qasba (al-qaṣaba). Il n'en subsiste, avec la façade sculptée d'une porte monumentale, Bāb Agnāū, que la grande mosquée du palais et son minaret. La vigueur et la pureté classiques de l'art almohade s'affirment toujours dans ces grands monuments du xiie siècle.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Maroc : carte administrative

Maroc : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

1500 à 1600. Expansion ibérique et Réforme

1500 à 1600. Expansion ibérique et Réforme
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Bassin de la Ménara, Marrakech, Maroc

Bassin de la Ménara, Marrakech, Maroc
Crédits : K. Kozlowski/ Shutterstock

photographie

Souk de Marrakech

Souk de Marrakech
Crédits : Shostal Assoc.-EB Inc.

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  MARRAKECH  » est également traité dans :

ÉVOLUTION DE LA VILLE ISLAMIQUE

  • Écrit par 
  • Janine SOURDEL
  •  • 3 967 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Villes fortifiées du monde islamique morcelé »  : […] Mais bientôt, de la désagrégation de ces capitales d'empire et du morcellement du monde islamique lui-même, un autre type de ville naquit, sensiblement différent de la métropole abbasside et plus proche de la ville féodale de l'Europe occidentale. Son essor ne se limite pas aux régions syriennes, mais il est tentant d'aller en chercher les exemples dans une province relativement bien étudiée. Là e […] Lire la suite

MAROC

  • Écrit par 
  • Raffaele CATTEDRA, 
  • Myriam CATUSSE, 
  • Fernand JOLY, 
  • Luis MARTINEZ, 
  • Jean-Louis MIÈGE
  • , Universalis
  •  • 20 335 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Mobilités et urbanisation »  : […] Plus du tiers de la population marocaine vit au-dessous du seuil de pauvreté. L'exode rural a drainé vers les villes de nouvelles inégalités sociales, et le chômage y est plus élevé. Les bidonvilles, l'« habitat sous-intégré » et, plus généralement, l'habitat non réglementaire continuent de marquer les paysages urbains. Les héritages de la colonisation, avec notamment un balancement spectaculaire, […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

18 octobre 2019 France. Condamnation des époux Balkany pour blanchiment de fraude fiscale.

Marrakech (Maroc). Le couple, dont les biens immobiliers sont saisis, est également condamné à dix ans d’inéligibilité. […] Lire la suite

13 octobre 2019 Maroc. Démission du dirigeant patronal Salaheddine Mezouar.

Marrakech. Salaheddine Mezouar avait déclaré que « l’armée au pouvoir » devait « composer avec le peuple pour ouvrir la voie à la démocratisation du pays ».  […] Lire la suite

13 septembre 2019 France. Condamnation de Patrick Balkany.

Marrakech (Maroc), soit une soustraction d’impôts sur le revenu et sur la fortune estimée à 4,3 millions d’euros entre 2009 et 2015. Le verdict du second procès impliquant le couple – pour blanchiment de fraude fiscale et corruption – doit être rendu en octobre. Patrick et Isabelle Balkany font appel de leurs condamnations, ce qui suspend la peine  […] Lire la suite

30-31 mars 2019 Vatican – Maroc. Visite du pape François au Maroc.

Marrakech en décembre 2018. Enfin, le pape et le roi – et « commandeur des croyants » – Mohammed VI signent un appel commun à « préserver » Jérusalem comme patrimoine commun de l’humanité et par-dessus tout pour les fidèles des trois religions monothéistes, comme lieu de rencontre et symbole de coexistence pacifique, où se cultivent le respect réciproque […] Lire la suite

3-21 décembre 2018 Belgique. Démission du gouvernement de Charles Michel.

Marrakech où doit être proclamé le « pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières ». Le Premier ministre Charles Michel s’est engagé à défendre ce texte approuvé en juillet par les membres de l’ONU. La N-VA, qui avait soutenu la position favorable à ce pacte adopté par le gouvernement en septembre, a modifié sa position après la […] Lire la suite

Pour citer l’article

Daniel NOIN, Henri TERRASSE, « MARRAKECH », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/marrakech/