MARQUETERIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Salle de lecture de la bibliothèque Laurentienne, Florence

Salle de lecture de la bibliothèque Laurentienne, Florence
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Palais ducal, Urbin: studiolo

Palais ducal, Urbin: studiolo
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie


Définition. Techniques voisines

On entend généralement par marqueterie une technique qui consiste à appliquer sur de la menuiserie toute une série d'éléments découpés dans différentes matières, telles que le bois, le métal, etc., dans l'intention d'obtenir des effets ornementaux ou figuratifs. Cette technique a trouvé son application dans la décoration du petit et du grand mobilier de l'Antiquité.

D'autres techniques présentent des affinités avec celle de la marqueterie. En particulier, l'incrustation qui consiste à enchâsser dans une matière quelconque, sans grande valeur, une autre plus précieuse. Elle est utilisée, elle aussi, dès l'Antiquité dans la décoration du mobilier comme on peut le voir notamment dans les cuivres incrustés d'argent syro-égyptiens. On la rencontre également dans l'art oriental et musulman, en Espagne, en France aussi dès le Moyen Âge, mais surtout au xvie siècle, dans la décoration des armes, et aux xixe et xxe siècles. C'est l'Extrême-Orient qui produira, dès les époques les plus reculées, les exemples les plus nombreux de bois incrustés de nacre. L'effet obtenu grâce à ce procédé est très voisin de celui de la marqueterie, mais la technique est essentiellement différente : tout d'abord, dans l'incrustation, l'artiste doit creuser le fond (bois, métal, etc.), tandis que, dans la marqueterie, il ne lui fait subir aucun traitement. De plus, dans la marqueterie, le fond est toujours de bois, alors que, dans l'incrustation, il peut varier.

Le damasquinage est une variante de l'incrustation. Ce procédé consiste à creuser dans une plaque de cuivre, de fer ou d'acier, un dessin à bords vifs et à marteler dans la cavité ainsi obtenue un fil d'argent, d'or ou de cuivre de telle manière que les bords du dessin enchâssent le fil. Une lime douce et un polissage à l'émeri terminent ensuite le travail. Le damasquinage est utilisé dès la plus haute antiquité en Égypte, en Grèce, à Rome. Au xvie siècle, il co[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MARQUETERIE  » est également traité dans :

BOULLE ANDRÉ-CHARLES (1642-1732)

  • Écrit par 
  • Francis John Bagott WATSON
  •  • 2 102 mots
  •  • 3 médias

Créateur et dessinateur français d'ameublement, André-Charles Boulle donna son nom à une technique de placage des meubles par marqueterie d'écaille et de métal : celle-ci connut une grande célébrité dans toute l'Europe à la fin du xviie siècle et au xviiie, mais il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-charles-boulle/#i_7933

B.V.R.B. (Bernard Van Risenburgh)

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 274 mots
  •  • 1 média

Dynastie d'ébénistes parisiens, d'origine hollandaise. L'activité des Van Risenburgh s'étend du début du xviiie siècle (arrivée de Bernard Ier à Paris) à 1775 environ (date où son petit-fils Bernard III abandonne le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-van-risenburgh/#i_7933

DUBOIS JACQUES (1693 env.-1763)

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 161 mots
  •  • 1 média

Artisan ébéniste parisien, Jacques Dubois produit comme B.V.R.B. (Bernard van Risen Burgh) des œuvres de luxe, en laque ou en marqueterie, très élaborées, ornées de bronzes mouvementés, assez dissymétriques, telles que les voulaient les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-dubois/#i_7933

ÉBÉNISTERIE

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 533 mots

Dans son acception la plus large, le terme « ébénisterie » est employé pour désigner la fabrication de meubles en bois massif ou plaqué. En fait, seuls les meubles en bois plaqué sont à proprement parler « d'ébénisterie ». Les meubles en bois massif sont l'œuvre de menuisiers qui débitent le bois, l'assemblent, le sculptent. Cette technique, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ebenisterie/#i_7933

LENDINARA LES

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 449 mots

Famille de sculpteurs sur bois et de marqueteurs de la seconde moitié du xve siècle, originaire de Lendinara (province de Rovigo en Vénétie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-lendinara/#i_7933

MOBILIER

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 4 416 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La Renaissance »  : […] En Allemagne, on retrouve la même richesse d'ornementation augmentée encore par des scènes en marqueterie placées à l'intérieur des portes. Le plus célèbre exemple en est le Wrangelschrank (Landesmuseum de Münster […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mobilier/#i_7933

MONT-CASSIN ABBAYE DU

  • Écrit par 
  • Élisabeth ZADORA
  •  • 408 mots

Érigé sur les bords du Rapido, au sommet d'une montagne de l'Italie méridionale qui lui a laissé son nom, le monastère du Mont-Cassin fut fondé, en 529, par saint Benoît. Entièrement détruit, en 1944, par les bombardements, il est aujourd'hui reconstruit. En 578, les moines bénédictins, chassés par les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abbaye-du-mont-cassin/#i_7933

MONTIGNY PHILIPPE CLAUDE (1734-1800)

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 139 mots

Fils de Louis Montigny, ébéniste du faubourg Saint-Antoine, Philippe Montigny, reçu maître en 1766, se fit une spécialité des meubles imitant les meubles de Boulle. On assiste, en effet, à la fin du xviiie siècle, à un renouveau de la mode des meubles d'ébène à marqueterie d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-claude-montigny/#i_7933

NACRE

  • Écrit par 
  • Catherine ARMINJON
  •  • 376 mots
  •  • 2 médias

Substance calcaire animale, dure, translucide et brillante, à reflets irisés et chatoyants, constituée de minces lamelles transparentes et superposées d'aragonite qui constituent la couche interne de la coquille d'un grand nombre de mollusques bivalves, la nacre est sécrétée par l'épithélium externe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nacre/#i_7933

ŒBEN JEAN-FRANÇOIS (1720 env.-1763)

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 306 mots
  •  • 1 média

Ébéniste d'origine allemande, Œben travaille à son arrivée à Paris dans l'atelier de Charles-Joseph Boulle au Louvre. La formation qu'il a reçue en Allemagne et l'influence de Boulle expliquent l'extraordinaire virtuosité de marqueteur qu'il déploiera. Son mariage en 1749 avec la sœur de Roger Van der Cruse dit Lacroix (R.V.L.C.) a certainement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-francois-oeben/#i_7933

PEINTURE - Les catégories

  • Écrit par 
  • Antoine SCHNAPPER
  •  • 4 719 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La hiérarchie des genres »  : […] e siècle) s'émancipe en même temps que le paysage et trouve comme lui sa source principale dans la marqueterie italienne ; toutefois il faut y ajouter les « grotesques » antiques, dont la mode est ranimée par Raphaël et son atelier (Giovanni da Udine) et d'où sort la peinture de fleurs et de fruits. Vers le milieu du siècle, grâce au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-les-categories/#i_7933

PERSPECTIVE

  • Écrit par 
  • Marisa DALAI EMILIANI
  •  • 8 119 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Théorie et pratique de la perspective pendant la Renaissance en Europe »  : […] 1450 ; Chambre des époux, au palais ducal, Mantoue, 1474). Illusionniste, de même, est la présentation perspective des motifs qui forment le répertoire des marqueteries en bois, lesquelles attestent la virtuosité perspective atteinte dans la pratique figurative italienne au Quattrocento […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perspective/#i_7933

RIESENER JEAN-HENRI (1734-1806)

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 344 mots
  •  • 1 média

Le plus célèbre des ébénistes du règne de Louis XVI, Riesener est né en Allemagne et s'est formé à Paris dans l'atelier de son compatriote Jean-François Œben. À la mort de ce dernier, en 1763, il aide sa veuve à maintenir l'activité de l'atelier et produit des œuvres qu'il continue, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-henri-riesener/#i_7933

ROENTGEN DAVID (1743-1807)

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 318 mots
  •  • 1 média

Fils d'Abraham Roentgen (1711-1792), ébéniste allemand installé à Neuwied près de Coblence. Formé par son père, David Roentgen lui succède en 1772. Il donne une grande extension à l'atelier de Neuwied, dont la production se distingua par l'habileté des mécanismes et la virtuosité des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-roentgen/#i_7933

Voir aussi

Pour citer l’article

Catherine ROSEAU-LÉVESQUE, « MARQUETERIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marqueterie/