MAROC, histoire jusqu'en 1956

‘ABD AL-MU'MIN (entre 1094 et 1106-1163)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis MIÈGE
  •  • 716 mots

Propagateur d'un mouvement qui provoquera une révolution sans précédent dans l'histoire de l'Occident de l'islam, créateur d'un empire et d'une dynastie, revendiqué comme héros national par l'Algérie nouvelle, ‘Abd al-Mu'min est une des plus grandes figures de l'Occident musulman, figure encore mal connue, malgré les importantes découvertes des manuscrits de la bibliothèque de l'Escorial par E. Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abd-al-mu-min/#i_5390

ABD EL-KRIM (1882-1963)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis MIÈGE
  •  • 1 500 mots
  •  • 3 médias

Symbole de l'indépendance marocaine et de la lutte anticoloniale, Abd el-Krim a lutté, jusqu'à la fin de sa vie, pour la libération de l' Afrique du Nord. Combattant souvent victorieux, diplomate habile, propagandiste avisé, tant par ses méthodes que par son exemple, il a été un des pionniers de la décolonisation. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abd-el-krim/#i_5390

AFRIQUE (Histoire) - De l'entrée dans l'histoire à la période contemporaine

  • Écrit par 
  • Hubert DESCHAMPS, 
  • Jean DEVISSE, 
  • Henri MÉDARD
  •  • 9 664 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les Portugais »  : […] L'unité de leur royaume achevée, les Portugais se lancent à la conquête de territoires africains ; dès 1415, ils prennent Ceuta ; peu à peu, ils transforment l'économie marocaine, affaiblie sous des dynastes évanescents, en satellite de l'économie portugaise . Longeant les côtes vers le sud, ils reprennent des itinéraires que beaucoup d'autres ont jalonnés avant eux, Arabes, Catalans ou même Ital […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-histoire-de-l-entree-dans-l-histoire-a-la-periode-contemporaine/#i_5390

AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

  • Écrit par 
  • Marc MICHEL
  •  • 12 312 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Le Maroc et la Tunisie »  : […] Au moment où la Libye accédait à l'indépendance et allait grossir les rangs du groupe afro-asiatique à l'O.N.U., les questions marocaine et tunisienne faisaient irruption sur cette même scène dans des conditions infiniment plus dramatiques. Les positions de départ avaient été clairement affirmées à travers les manifestes de l' Istiqlāl en 1943, puis celui, en août 1946, du Front national tunisien, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-histoire-les-decolonisations/#i_5390

AL-ANDALUS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 277 mots

711 Arrivée des Omeyyades en Espagne. 756 ‘Abd al-Rahm̄an I er fonde l'émirat omeyyade de Cordoue. 859 Exécution d'Euloge de Cordoue, qui prônait le martyre contre l'arabisation de la société. 929 ‘Abd al-Rahm̄an III proclame le califat de Cordoue. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-andalus-reperes-chronologiques/#i_5390

ALCÁCER-QUIBIR BATAILLE D' (4 août 1578)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 333 mots

Appelée bataille d'Oued al-Makhazine (Wādī al-Makhāzin) par les Marocains, Alcácer-Quibir est un désastre pour l'armée d'invasion du roi de Portugal, Sébastien, vaincue par le sultan du Maroc, Moulay ‘Abd al-Mālik, le 4 août 1578. Dom Sébastião, catholique exalté, était obnubilé par un projet de croisade au Maroc en vue de convertir les musulmans au christianisme. Une première expédition ayant éch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bataille-d-alcacer-quibir/#i_5390

ALMOHADES

  • Écrit par 
  • Maxime RODINSON
  •  • 963 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'ascension »  : […] Le fondateur, né vers 1080, en fut Muḥammad ibn ‘Abdallāh Ibn Tūmart, de la tribu Harġa du groupe des Masmuda. Étudiant en Orient, il subit l'influence des idées théologiques aš ‘arites, du grand docteur G̣azālī et aussi du shī‘isme. De retour au Maghreb vers 1110-1120, il attaqua les mœurs jugées contraires à la loi musulmane et aussi les fuqahā' (« clergé » des spécialistes en sciences religieu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/almohades/#i_5390

ALMORAVIDES

  • Écrit par 
  • Maxime RODINSON
  •  • 1 082 mots
  •  • 1 média

Dynastie musulmane qui domina l'Afrique du Nord et l' Espagne, les Almoravides (étymologie arabe : al-mūrabiṭūn ) tirent leur origine d'un groupe de tribus berbères sahariennes qui nomadisaient entre le Sénégal et le sud du Maroc, les Lamtūna et les Juddala. Ces deux tribus faisaient partie du grand groupe berbère des Sanhāǧa. Elles étaient connues par leur coutume de porter […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/almoravides/#i_5390

ALMORAVIDES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean BOULEGUE
  •  • 152 mots

1048-1049 Dans l'ouest du Sahara, Yahya ibn Ibrahim, un chef juddala (fraction des Berbères sanhaja), revient de pèlerinage accompagné du cheikh Abdallah ibn-Yasin. 1049-1054 Ibn Yasin établit son autorité sur les Juddala et leurs voisins, les Lamtuna. 1054-1055 Prises d'Awdaghost et Sijilmasa, principales villes d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/almoravides-reperes-chronologiques/#i_5390

BALAFREJ AHMED (1908-1990)

  • Écrit par 
  • Françoise MEUSY
  •  • 591 mots

Né à Rabat, fils de notable, Ahmed Balafrej, après des études secondaires à Rabat, puis supérieures au Caire et à Paris (licence ès lettres, diplôme de sciences politiques), milite très tôt dans des mouvements nationalistes. Dès 1926, il crée la Société des amis de la vérité à Rabat, qui se fond l'année suivante avec une association nationaliste présidée par Allal el-Fassi, puis, à Paris, il crée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ahmed-balafrej/#i_5390

BEN BARKA AL-MAHDI (1920-1965)

  • Écrit par 
  • Emile SCOTTO-LAVINA
  •  • 679 mots
  •  • 1 média

Issu du petit peuple de la médina de Rabat, al-Mahdi ben Barka, servi par d'exceptionnelles qualités intellectuelles et par une opiniâtreté exemplaire, prépare l'agrégation de mathématiques lorsque l'action politique le requiert et l'accapare. Il s'impose vite par l'étendue de ses connaissances, sa capacité d'analyse et son pouvoir d'entraînement. Dès sa jeunesse, il a été celui qui explique et le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-mahdi-ben-barka/#i_5390

BEN ARAFA MOHAMMED (1890-1976)

  • Écrit par 
  • Magali MORSY
  •  • 891 mots

Moulay Mohammed Ben Arafa el-Alaoui est entré presque malgré lui dans l'histoire du Maroc : du 20 août 1953 au 30 septembre 1955, son nom fut opposé par les passions coloniales à celui du sultan exilé, Mohammed V. Le roi Mohammed V, qui avait progressivement lié son destin au mouvement nationaliste, fut, après la Seconde Guerre mondiale, jugé par le pouvoir français du protectorat comme l'homme de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mohammed-ben-arafa/#i_5390

CAÏD

  • Écrit par 
  • Georges BOHAS
  •  • 149 mots

De l'arabe qā‘id , celui qui mène un animal en marchant devant lui, qui conduit, dirige une armée, le chef. Qā‘id est un terme général employé pour désigner un chef militaire, quel que soit son grade : signification étendue et peu précise. Plus que d'une fonction, il s'agit d'un titre honorifique que l'on attribue aussi bien au chef d'une tribu qu'à un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/caid/#i_5390

CASABLANCA

  • Écrit par 
  • Raffaele CATTEDRA
  •  • 923 mots
  •  • 2 médias

Capitale économique du Maroc , au cœur du corridor urbain atlantique, le Grand Casablanca ( Dār al-Bayda 'en arabe : « la maison blanche ») est avec 3,75 millions d'habitants (2008) la principale métropole d'Afrique du Nord après Le Caire. Première agglomération du pays dès 1930, elle doit son essor contemporain à la colonisation française et à la volonté de Lyautey d'y cons […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/casablanca/#i_5390

CHÉRIFAT

  • Écrit par 
  • Georges BOHAS
  •  • 256 mots

De l'arabe sharīf  : titre donné à celui qui se distingue par l'honneur, la gloire, la noblesse de sa personne et de son lignage. Le sharīf occupant un haut rang social, on comprend donc que ce titre ait été revendiqué en propre par une famille illustre entre toutes, celle du Prophète, les Banū Hāshim. (Jusqu'à ce jour, les Hāshimites portent le titre de sharīf.) Les deux pri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cherifat/#i_5390

CHUTE DE L'EMPIRE SONGHAY

  • Écrit par 
  • Jean BOULEGUE
  •  • 205 mots

L'Empire songhay avait été fondé à partir de Gao, dans la seconde moitié du xv e  siècle, par Sonni Ali. Il s'étendait sur la moyenne vallée du Niger et ses confins sahariens. Sans posséder les régions aurifères, plus méridionales, il exportait une partie de l'or par les villes commerçantes de Jenné et Tombouctou, qui étaient aussi d'importants fo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chute-de-l-empire-songhay/#i_5390

DÉCOLONISATION

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON
  •  • 7 273 mots
  •  • 33 médias

Dans le chapitre « La décolonisation française »  : […] La décolonisation française commença pendant la Seconde Guerre mondiale, avec la fin des mandats de la S.D.N. sur les États du Levant ( Liban et Syrie). Les nationalistes arabes avaient cru obtenir satisfaction à la fin de 1936 par des accords conclus avec le gouvernement français, mais ceux-ci ne furent pas ratifiés par le Parlement. En mai 1941, lorsque Vichy admit le passage d'avions allemands […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decolonisation/#i_5390

EMPIRE SONGHAY - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean BOULEGUE
  •  • 166 mots

1353 Passage d'Ibn Battuta à Gao, qui dépend alors de l'empire du Mali. 1400 Un roi de Gao attaque le Mali, ce qui indique que le royaume s'est détaché de l'empire. 1464-1492 Règne de Sonni Ali à Gao. Conquête de Tombouctou et de Jenné. 1493 Renversement de la dynastie des Sonni par cell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empire-songhay-reperes-chronologiques/#i_5390

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - De l'unité politique à la guerre civile

  • Écrit par 
  • Henri LAPEYRE
  •  • 14 270 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Effacement international »  : […] Pendant toute cette période, l'Espagne ne joua qu'un rôle secondaire dans les affaires internationales. La Restauration conserva une attitude de neutralité entre les blocs de puissances européennes. Elle réussit en 1878 à apaiser l'insurrection cubaine. Mais, à la fin du siècle, les partisans de l'indépendance se soulevèrent de nouveau à Cuba (1895) , puis aux Philippines (1896), obligeant ainsi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-le-territoire-et-les-hommes-de-l-unite-politique-a-la-guerre-civile/#i_5390

EXPLORATIONS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis MIÈGE
  •  • 13 774 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les missions »  : […] L'action des missionnaires étend sur terre le domaine acquis par la mer. L'œuvre des grands ordres mendiants est décisive dans le domaine ibérique : dominicains et augustins aux marges du Mexique, mercédaires aux franges du Pérou. Les grands missionnaires franciscains relaient les conquistadores de la première conquête. Saint François Solano (1549-1610) découvre le Chili, le nord de l'Argentine a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/explorations/#i_5390

FASSI MOHAMMED ALLAL EL- (1906-1974)

  • Écrit par 
  • Emile SCOTTO-LAVINA
  •  • 769 mots

Descendant d'une célèbre famille dont le rayonnement intellectuel a été particulièrement brillant à Fès, Allal el-Fassi (‘Allāl al-Fāssī) a fortement marqué la vie sociale et politique du Maroc pendant près d'un demi-siècle. À peine entré à l'université de la Qarawiyyīn en 1927, il forme, avec quelques fils de famille, une association de jeunesse contestataire. Nourri de la pensée de mystiques et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mohammed-allal-el-fassi/#i_5390

FRANÇAIS EMPIRE COLONIAL

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 16 589 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Les deux guerres mondiales et la fin de l'empire colonial »  : […] La Première Guerre mondiale est suivie d'une certaine expansion du domaine colonial français, puisque la Société des Nations accorde à la France des mandats sur l'est du Togo, sur la majeure partie du Cameroun, sur la Syrie et le Liban. Si la France concède à la Libye devenue italienne 150 000 kilomètres carrés, elle retrouve les territoires de l'Afrique-Équatoriale qu'elle avait abandonnés à l'Al […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empire-colonial-francais/#i_5390

HAFSIDES

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 1 348 mots

Au début du xiii e siècle, le Maghreb était encore soumis à la domination unique des souverains almohades du Maroc qui déléguaient une partie de leurs pouvoirs à des gouverneurs. Celui de l'Ifrīqiyya (c'est-à-dire la Tunisie actuelle, l'Algérie orientale et la Tripolitaine) fut, de 1207 à 1221, Abou Mohammed b. Abī Hafs, fils du cheikh Abou Hafs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hafsides/#i_5390

HASSAN Ier (1836-1894), sultan du Maroc (1873-1894)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis MIÈGE
  •  • 1 101 mots

Dernier grand sultan du Maroc pré-colonial, Moulay Hassan (Moūlāy Ḥasan) occupe une place particulière dans la galerie des souverains chérifiens, par sa personnalité, riche et complexe, par son rôle dans l'ultime sauvegarde du pays face à l'impérialisme européen, par l'image populaire, enfin, qu'en a conservée le folklore national. Il avait, à son avènement, trente-sept ans. Le sultan Sidi Mohamme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hassan-ier/#i_5390

‘ĪSAWIYYA

  • Écrit par 
  • Mostafa Ibrahim MORGAN
  •  • 213 mots

Confrérie religieuse marocaine fondée au xv e  siècle par Muḥammad ibn ‘Īsá, la ‘Īsawiyya s'apparente, dans une large mesure, à la confrérie appelée shāḍiliyya, mais elle s'en distingue par certaines pratiques particulières telles que le dhīkr , qui est une danse litanique se terminant par une sorte de convulsion où le sujet, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isawiyya/#i_5390

JUIN ALPHONSE (1888-1967) maréchal de France

  • Écrit par 
  • Pierre GOBERT
  •  • 677 mots
  •  • 1 média

Né en Algérie dans une famille modeste (il se plaisait à rappeler qu'il était fils de gendarme), sorti major de Saint-Cyr en 1912 dans la promotion du général de Gaulle, Alphonse Juin se bat au Maroc jusqu'en 1914 puis sur le front français avec les tabors marocains. Il y est cinq fois cité et y perd définitivement l'usage de son bras droit. Aide de camp du général Lyautey, il passe par l'École de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alphonse-juin/#i_5390

LAPRADE ALBERT (1883-1978)

  • Écrit par 
  • François LOYER
  •  • 762 mots

Architecte français né à Buzançais en 1883. Après des études à l'École nationale des beaux-arts de Paris, il est appelé au Maroc par Henri Prost dont il devient l'adjoint à partir de 1916, sous les ordres du maréchal Lyautey. La dévotion qu'il porte à ce dernier se conjugua avec l'influence de son maître, l'un des premiers praticiens de l'urbanisme moderne en France. Il réalise ainsi le plan de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-laprade/#i_5390

LYAUTEY LOUIS HUBERT GONZALVE (1854-1934)

  • Écrit par 
  • Jean-Marcel CHAMPION
  •  • 766 mots
  •  • 2 médias

Fils d'un ingénieur des Ponts et Chaussées, issu lui-même d'une famille d'officiers, Lyautey naît dans un milieu d'aristocratie et de grande bourgeoisie lorraine dont il conservera toujours les sentiments monarchiques ainsi que le sens de l'autorité et de la hiérarchie qu'il équilibre, sous l'influence d'Albert de Mun, par un christianisme social à la fois généreux et paternaliste. Il entre à Sain […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-hubert-gonzalve-lyautey/#i_5390

MAROC

  • Écrit par 
  • Raffaele CATTEDRA, 
  • Myriam CATUSSE, 
  • Fernand JOLY, 
  • Luis MARTINEZ, 
  • Jean-Louis MIÈGE
  • , Universalis
  •  • 20 326 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Le Maroc antique »  : […] Le Maroc sort de l'ombre de la préhistoire et des mythes de la légende au moment où la thalassocratie phénicienne y établit ses comptoirs. Les premières installations à Liks (Larache), Tingi (Tanger) puis Tamuda (Tétouan) permettent les échanges avec l'intérieur et sont des relais sur la route de l'or. Le périple d'Hannon, entre 475 et 450 avant J.-C., mené jusqu'au Gabon, peut apparaître, malgré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maroc/#i_5390

MARRAKECH

  • Écrit par 
  • Daniel NOIN, 
  • Henri TERRASSE
  • , Universalis
  •  • 2 117 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La fondation de Marrakech »  : […] L'apparence saharienne de Marrakech (en arabe Marrākush) est le fait de l'histoire bien plus que de la géographie. Toutes les plaines du Sud marocain et aussi le pied du Grand Atlas nourrissaient, grâce à un riche réseau d'irrigation, une solide vie sédentaire et paysanne. Les mêmes tribus berbères étaient installées en montagne et dans le plat pays. Les bourgades qui étaient les marchés et les pe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marrakech/#i_5390

MÉRINIDES LES (XIIIe-XVe s.)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis MIÈGE
  •  • 949 mots
  •  • 2 médias

« Les villes et les monuments tombèrent en ruine, les routes et les chemins s'effacèrent, les maisons demeurèrent désertes, les gouvernements et leurs sujets connurent l'abaissement et tout ce qui était stable fut transformé. » En termes d'apocalypse Ibn Khaldoun, qui fut commensal des Mérinides, retrace la fin d'un monde dans lequel s'effondra leur dynastie . L'ébranlement de tout le domaine musu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/merinides-les/#i_5390

MOHAMMED V ou MUḤAMMAD V BEN YOUSSEF (1909-1961) sultan et roi du Maroc (1927-1961)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 520 mots

Sultan (1927-1957), puis roi du Maroc (1957-1961), né le 10 août 1909 à Fès, mort le 26 février 1961 à Rabat. Mohammed Ben Youssef est le troisième fils du sultan Moulay Youssef. Lorsque son père meurt en 1927, les autorités françaises le choisissent pour lui succéder, pensant qu'il sera plus accommodant que ses deux frères aînés. Mohammed V trahit pour la première fois ses sentiments nationalist […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mohammed-v-muhammad-v-ben-youssef/#i_5390

MOUVEMENT ALMORAVIDE

  • Écrit par 
  • Jean BOULEGUE
  •  • 178 mots

En 1048, des Berbères sanhaja de l'ouest du Sahara (actuelle Mauritanie) se coalisèrent sous l'impulsion d'un prédicateur malikite marocain, Abdallah ibn Yasin, et d'un chef local. On les a appelés Almoravides, de al-murabitun , « ceux du ribat  » (« forteresse », ou « monastère »). Leur territoire était traversé par l'un des grands axes commerciaux du m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mouvement-almoravide/#i_5390

MŪSĀ IBN NUṢAYR (640-716/17)

  • Écrit par 
  • Georges BOHAS
  •  • 340 mots

Général umayyade qui s'illustre dans la conquête du Maroc et de l'Espagne. D'abord haut fonctionnaire en Orient, Mūsā ibn Nuṣayr est nommé gouverneur de l'Ifrīqiyya (Tunisie actuelle) aux environs de 698. Il organise alors plusieurs campagnes et, aidé de ses fils, soumet les Berbères du Maroc. Il a l'habileté de pratiquer une large politique d'assimilation, faisant entrer des Berbères dans l'armée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musa-ibn-nusayr/#i_5390

OUFKIR MUḤAMMAD (1920-1972)

  • Écrit par 
  • Françoise MEUSY
  •  • 708 mots
  •  • 2 médias

Né à Aïn-Cheikh, aux confins sahariens, dans une tribu berbère, Muḥammad Oufkir est fils d'un caïd nommé par Lyautey en 1910. Après des études secondaires au collège d'Azrou, il sort en 1939 major de sa promotion de l'école des élèves-officiers marocains de Dar el-Beida, près de Meknès. Sous-lieutenant de réserve, puis d'active en 1943, il est affecté à la 2 e  division d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/muhammad-oufkir/#i_5390

PORTUGAL

  • Écrit par 
  • Roger BISMUT, 
  • Cristina CLIMACO, 
  • Michel DRAIN, 
  • José-Augusto FRANÇA, 
  • Michel LABAN, 
  • Jorge MORAÏS-BARBOSA, 
  • Eduardo PRADO COELHO
  •  • 40 038 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « L'ouverture au monde : l'expansion maritime aux xve et xvie siècles »  : […] La conquête de Ceuta, menée en 1415, conduit le Portugal et, derrière lui, l’Europe, vers une nouvelle ère, celle de l’« économie-monde ». L’expansion vers le Maghreb répond à la nécessité pour Jean I er de consolider le royaume, de légitimer la dynastie d’Avis et de s’affirmer face à la Castille. Mais elle doit être également rapprochée de la dynamique générale d’expansi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/portugal/#i_5390

PRIM JUAN (1814-1870)

  • Écrit par 
  • Louis URRUTIA-SALAVERRI
  •  • 975 mots
  •  • 1 média

Parmi les nombreux généraux espagnols qui ont joué un rôle prépondérant dans la politique espagnole, après la guerre d'Indépendance et surtout grâce aux guerres coloniales en Amérique et aux guerres carlistes en Espagne, Juan Prim y Prats est peut-être celui qui représente le mieux le héros militaire romantique aux yeux du peuple, un peu comme s'il était le successeur du général libéral Torrijos, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-prim/#i_5390

QUATRIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 7 078 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La politique à l'égard des colonies »  : […] Le grand échec de la IV e  République est de n'avoir pas su gérer l'évolution du statut de l'empire français et des différentes colonies. Certes la constitution de 1946 substitue à l'idée d'empire celle d'Union française, mais dans la pratique le pouvoir colonial reste inchangé. Des émeutes donnent lieu à des répressions sanglantes en 1945 à Sétif (Algérie) et en 1947 à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quatrieme-republique/#i_5390

SÉBASTIEN ou SEBASTIÃO (1554-1578) roi de Portugal (1557-1578)

  • Écrit par 
  • Jean de PINS
  •  • 470 mots

La naissance de dom Sebasti ao, petit-fils du roi Jean III et fils posthume de l'héritier du trône, fut accueillie avec d'autant plus d'allégresse qu'elle réglait un difficile problème dynastique : il eût été très dangereux pour la couronne que le trône fût occupé par l'autre petit-fils de Jean III, le prince dom Carlos, fils de Philippe II d'Espagne. L'enfant fut rapidement couronné et resta pend […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sebastien-sebastiao/#i_5390

SONGHAÏ ou SONGHAY EMPIRE

  • Écrit par 
  • Alfred FIERRO
  •  • 437 mots
  •  • 1 média

Comme celle du Mali, l'origine du Songhaï est obscure. C'est à Koukia, sur le Niger, en aval de Gao que vit la population Songhaï. La chefferie appartient aux Dia. Vers l'an 1000, l'un d'eux se convertit à l'islam et transfère la capitale à Gao, mieux située sur le Niger, au débouché d'une des grandes voies du commerce transsaharien. Le Songhaï passe dans l'obédience du Mali à la fin du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/songhai-songhay/#i_5390

TANGER DISCOURS DE (1947)

  • Écrit par 
  • Jean-Marcel CHAMPION
  •  • 174 mots

Prononcé le 10 avril 1947 par le sultan du Maroc, Mohammed ben Youssef (Mohammed V), qui s'exprimait publiquement en chef incontesté du nationalisme marocain, le discours de Tanger présente le Maroc comme un pays arabe lié aux autres pays musulmans et se réfère à la Ligue arabe dont les prises de position en faveur de la décolonisation et des indépendances nationales correspondaient aux aspiration […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/discours-de-tanger/#i_5390

URBANISME - L'urbanisme en France au XXe siècle

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 10 183 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'urbanisme français s'exporte »  : […] L'œuvre que les urbanistes français ne réaliseront pas en France, verra le jour dans les territoires de l'empire colonial, mais aussi dans un certain nombre de pays étrangers. Le Maroc constitue de ce point de vue le champ d'expérimentation le plus fécond. À la suite d'un premier voyage effectué par le paysagiste Jean Claude Nicolas Forestier en 1913, c'est Henri Prost qui, sous la direction du g […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/urbanisme-l-urbanisme-en-france-au-xxe-siecle/#i_5390

VOLUBILIS

  • Écrit par 
  • Gilbert-Charles PICARD
  •  • 466 mots
  •  • 1 média

Ville antique du Maroc située près de Meknès. Adossée au massif du Zerhoun, sur les bords de l'oued Khoumane, Volubilis fut en premier lieu une ville maure comportant un élément punique ou punicisé. Jérôme Carcopino a supposé que le roi Juba II, à qui Auguste confia le royaume de Mauritanie, en fit sa capitale occidentale ; ainsi s'expliquerait notamment le fait qu'on ait retrouvé à Volubilis des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/volubilis/#i_5390


Affichage 

Abd el-Krim

photographie

Abd el-Krim, symbole de l'indépendance marocaine, a soulevé le Rif, dès 1920, contre l'occupation espagnole 

Crédits : Alfonso Junr/ Getty Images

Afficher

Dans l'attente du retour de Mohammed V

photographie

Dans les rues de la médina de Casablanca, ces Marocains fêtent le retour imminent de Mohammed V (1909-1961), en 1955 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Guerre du Rif

photographie

Le nationaliste marocain Abd el-Krim soulève les tribus du Rif contre l'occupation espagnole à partir de 1920 Après la défaite espagnole d'Anoual, le 22 juin 1921, Abd el-Krim proclame la république indépendante du Rif 

Crédits : Topical Press Agency/ Getty Images

Afficher

La défense de Tétouan

photographie

Soldats espagnols assurant la défense du fort de Tétouan, vers 1923, menacé par une attaque durant le conflit ibéro-marocain 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

La résistance des colonisés

vidéo

Dépossédés de leurs terres, privés de leurs droits, humiliés, les peuples colonisés se sont partout révoltés contre la présence colonialeLe cacique péruvien José Gabriel Condorcan qui prend en 1780 la tête de la plus importante révolte indigène d'Amérique du Sud contre... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Le partage du Maroc, 1912

photographie

La signature des accords franco-espagnols sur la division administrative du Maroc, le 27 novembre 1912, permet à l'Espagne de conserver une zone d'influence au nord (Rif) et au sud (Tarfaya, Ifni) 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Le Troisième Larron

photographie

Caricature de 1905 représentant Édouard VII (1841-1910), Guillaume II (1859-1941) et le ministre français des Affaires étrangères Théophile Delcassé (1852-1923) sous la forme de chats prêts à dévorer une souris symbolisant le Maroc 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Lyautey et Moulay Youssef

photographie

Le maréchal de France Louis Hubert Gonzalve Lyautey (1854 -1934) dîne avec le sultan Moulay Youssef (1882-1927), en 1923, durant le conflit ibéro-marocain 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Maroc : drapeau

drapeau

Maroc Simple champ rouge, couleur de la dynastie royale depuis trois siècles, frappé en son centre, depuis 1915, de l'étoile chérifienne verte, en forme de pentacle (ou pentagramme, ou pentagone étoilé), qui n'est autre que l'emblème du sceau de Salomon 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Abd el-Krim
Crédits : Alfonso Junr/ Getty Images

photographie

Dans l'attente du retour de Mohammed V
Crédits : Hulton Getty

photographie

Guerre du Rif
Crédits : Topical Press Agency/ Getty Images

photographie

La défense de Tétouan
Crédits : Hulton Getty

photographie

La résistance des colonisés
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Le partage du Maroc, 1912
Crédits : Hulton Getty

photographie

Le Troisième Larron
Crédits : Hulton Getty

photographie

Lyautey et Moulay Youssef
Crédits : Hulton Getty

photographie

Maroc : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau