RAETZ MARKUS (1941-2020)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dessinateur, peintre, sculpteur, graveur et photographe, Markus Raetz (né le 6 juin 1941 à Büren an der Aare, en Suisse) n’a cessé de découvrir, les jeux imprévus des lignes déplacées, des surfaces mouvantes, des volumes équivoques, des perspectives déconcertantes. À partir des années 1960, il va questionner l’espace et le langage à travers des œuvres hétérogènes qui paraissent d’abord ludiques, puis désorientent et donnent à penser. Poétiques, énigmatiques, elles interrogent.

Dans l’atelier bernois de Markus Raetz, branchettes d’arbres, miroirs, dessins, feuilles d’eucalyptus, cartons, tôles découpées étaient suspendus au plafond ou accrochés sur les murs. Les rayons du soleil sur ces objets légers formaient des ombres sur les murs de l’atelier. L’artiste suggérait un minuscule théâtre d’ombres indécises. Il aimait l’impondérable quand onze feuilles d’eucalyptus épinglées au mur formaient des visages (1982). Il employait également des matériaux plus denses : le basalte, la fonte et le bronze. Certains moteurs calmes évoquaient des têtes qui tournent et la danse des hanches d’une femme sculptée.

Chaque jour aura ainsi vu Markus Raetz tracer des traits nomades, des formes, des profils et des silhouettes, explorant la surface avec le dessin, l’aquarelle, la gravure, ou bien la troisième dimension de la sculpture. La tension de ses traits est maîtrisée, puis libérée. Il pratique l’art des écarts et des contours. Ces traits sont des signes, des pictogrammes, des hiéroglyphes sans message.

Après avoir été instituteur, il s’installe à Berne grâce à une bourse fédérale, puis vit à Amsterdam de 1969 à 1973. Là, à l’académie Rietveld, il pratique l’eau-forte. Il publie quinze planches (des boules étranges, une ombre chinoise sarcastique, etc.) sous le titre Rietveld Mappe (1970).

Révélé par l’exposition collective organisée en 1969 à la Kunsthalle de Berne, Quand les attitudes deviennent forme, Markus Raetz choisit souvent des lignes serpentines, qui évoquent celles des corps sensuels, des vagues, des nuages, des étreintes amoureuses, de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : professeur émérite de philosophie de l'art à l'université Paris-I-Panthéon-Sorbonne, critique d'art, écrivain

Pour citer l’article

Gilbert LASCAULT, « RAETZ MARKUS - (1941-2020) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/markus-raetz/