ROTHKO MARK (1903-1970)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Projets d'ensemble

Comme Matisse, dont il poursuit l'esthétique du décoratif – même s'il a rejeté à plusieurs reprises ce terme, il a lui-même rappelé à quel point l'observation de l'Atelier rouge de 1911, entré dans les collections du Museum of Modern Art de New York en 1949, avait été importante pour lui –, Rothko n'aura de cesse, à partir des années 1950, de trouver des occasions de réaliser des ensembles visibles dans des lieux particuliers, à l'écart. S'il avait pu croire un moment à la solidarité de groupe, participant aux principales expositions collectives qui définissent l'expressionnisme abstrait et posant pour la fameuse photographie des Irascibles en 1951, s'il a pu penser sporadiquement que sa conception de l'art pouvait se diffuser par la pédagogie (son enseignement des étés 1947 et 1949 à San Francisco a une influence immédiate sur plusieurs jeunes artistes de la côte ouest, comme Sam Francis), il prend désormais une voie plus solitaire. Il avait écrit en 1947 qu'« un tableau vit de ses compagnonnages » : il va tout faire pour que ces derniers soient limités à ses propres créations, à leur relation avec une architecture neutralisée et aux échanges avec des spectateurs qui pénètrent dans ces ensembles clos sur eux-mêmes. Il refuse la plupart du temps les expositions collectives, préférant les expositions personnelles parce que, comme il l'explique à l'occasion de sa première rétrospective, à l'Art Institute de Chicago, en 1954, « en saturant la salle avec la sensibilité des œuvres, on fait capituler les murs ». Ce qu'il confirmera lorsque des musées accepteront de rassembler ses tableaux dans une seule salle, ainsi que la Phillips Collection de Washington le fait à partir de 1960. Il n'envisage cependant son premier « projet d'ensemble » permanent que lorsque lui est proposée la décoration d'une salle de restaurant pour l'immeuble Seagram de New York. Il y travaille de 1958 à 1959, avant d'abandonner, parce qu'il en trouve finalement la destination trop mondaine. Ce projet le conduit à expérimenter de nouvelles compositions, semblables à des fenêtres intérieures en deux tons proches, qui invitent à la projection mentale et physique des spectateurs. Les mêmes principes formels seront d'ailleurs repris pour son deuxième projet décoratif, quant à lui réalisé, pour une salle à manger de l'université Harvard, à Cambridge (1962-1963). Ils seront pratiquement inversés pour sa réalisation d'ensemble la plus significative, celle de la chapelle de Houston, commandée par John et Dominique de Menil en 1964 et achevée en 1967. Les tableaux y adoptent de nouvelles compositions, toutes dans des violet-brun particulièrement sombres, niant l'image pour mieux insister sur ce que l'artiste appelle « l'ambiance » : soit des monochromes au sens strict du terme [certains tableaux antérieurs flirtaient avec la monochromie mais sans s'y réduire exactement, comme Sans titre (bleu, vert, marron), 1952 Fondation Pinault], soit une seule forme rectangulaire au bord net sur un fond d'un ton à peine différent.

La décoration selon Rothko est paradoxale, dans la mesure où les couleurs qu'il choisit sont particulièrement sourdes, peu accueillantes selon les critères conventionnels. Il serait faux cependant de penser que les couleurs vives qu'il a pu employer précédemment aient jamais eu pour lui des connotations de gaieté ou de légèreté. S'il a lui-même insisté sur le fait qu'à partir de 1957 sa palette s'est assombrie, c'est moins ce changement qui frappe que le fait que les tableaux de cette période font moins usage des transparences et des glacis pour concentrer leurs effets. Ils se présentent comme la superposition de deux ou trois rectangles clairement séparés, sur un fond très large et sans modulations (Rouge léger au-dessus de noir, 1957, Tate Gallery, Londres). Cette simplification et ce changement sont plus forts encore dans la série des tableaux Sans titre (noir sur gris) de 1969-1970 (Guggenheim Museum, New York), qui superposent deux rectangles dans une fine marge blanche, un noir au dessus d'un gris, sans transition. Le fait que cette série soit la dernière achevée avant le suicide de l'artiste lui a fait attribuer une valeur prémonitoire et plus tragique que le reste de l'œuvre. Elle coexiste pourtant avec un important ensemble d'œuvres sur papier dont les couleurs sont particulièrement vives, sans que leur caractère dramatique soit moindre. La notoriété de l'artiste a fixé son image sur les malentendus qui voient en lui es [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art, École normale supérieure de Lyon, directeur de l'Institut national d'histoire de l'art, Paris

Classification

Autres références

«  ROTHKO MARK (1903-1970)  » est également traité dans :

MARK ROTHKO (exposition)

  • Écrit par 
  • Hervé VANEL
  •  • 784 mots

« C'est notre fonction en tant qu'artiste de faire voir le monde au spectateur de notre façon – pas de la sienne », écrivait Mark Rothko en 1943, affirmant que la portée de son art reposait sur une force de persuasion brutale. Cette capacité de l'art à convertir le spectateur dépend en premier lieu de la faculté qu'a l'artiste de se transformer lui-même. […] Lire la suite

ABSTRAIT ART

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 6 699 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Abstraction et formalisme »  : […] Il va de soi que ce que dit la peinture ou la sculpture ne peut pas être communiqué par le langage verbal. S'il en était autrement, il serait inutile de peindre ou de sculpter. Abstrait ou non, l' art, quand il aspire à devenir cosa mentale , ne cherche pas à transcrire ou à illustrer une pensée préexistante ; il est pensée en acte, incarnée dans un médium spécifique. C'est pourquoi il ne saurait […] Lire la suite

BEYELER FONDATION

  • Écrit par 
  • Daniel HARTMANN
  •  • 1 139 mots

Située à Riehen, commune limitrophe de Bâle, dans le parc du Berower, la Fondation Beyeler frappe par sa simplicité et son harmonie. Le long bâtiment rectangulaire aux façades de porphyre rouge de Patagonie conçu par l'architecte italien Renzo Piano s'inscrit tout naturellement dans le paysage campagnard avoisinant ; les grandes baies vitrées ménagent des échappées sur les plans d'eau ou les arbre […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 484 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Vers le triomphe de l'art américain : l'expressionnisme abstrait »  : […] Pour tous les artistes, ceux qui déclarent leur intérêt exclusif pour ce qui se passe aux États-Unis comme ceux qui suivent avec attention les derniers développements de l'art européen, le déclenchement de la guerre sur le Vieux Continent, et plus encore l'entrée en guerre du pays en 1941 vont fondamentalement changer la situation. Le résultat le plus immédiat en est certes la fourniture d'images […] Lire la suite

NEW YORK ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 1 578 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une peinture sans limites »  : […] Refusant le formalisme de l'abstraction géométrique et son fondement conceptuel, les artistes empruntent aux surréalistes la notion d'automatisme psychique qui accorde une priorité absolue au mode de conception. Par ailleurs, de nouveaux matériaux et de nouvelles pratiques font leur apparition et ouvrent des perspectives sans fin d'improvisation et d'expérimentation. Pollock utilise de la peintur […] Lire la suite

Pour citer l’article

Éric de CHASSEY, « ROTHKO MARK - (1903-1970) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mark-rothko/