ROTHKO MARK (1903-1970)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une figuration expressionniste

Marcus Rothkowitz, né en Russie, est arrivé aux États-Unis à l'âge de dix ans. Après des études inachevées à la prestigieuse université Yale, où il suit une formation littéraire, il s'installe en 1923 à New York et y reçoit son premier enseignement artistique. Ses œuvres de jeunesse manifestent l'influence d'un de ses enseignants, le peintre Max Weber, ex-moderniste pratiquant désormais une figuration expressionniste, sur des sujets pittoresques principalement. Cette influence se renforce très vite de celle issue de sa régulière fréquentation de Milton Avery, coloriste grinçant, spécialiste des scènes de genre et lui aussi adepte de déformations expressionnistes mesurées. Jusqu'au tournant des années 1940, les tableaux de Rothko s'inscrivent parfaitement dans cette tendance expressionniste qui constitue l'un des principaux courants de l'art américain de l'époque. Montrés dans des expositions personnelles à partir de 1933, ils n'affichent pas de traits particulièrement saillants, même si l'historiographie a souvent cherché à y déceler les signes avant-coureurs de l'œuvre à venir, tels que l'homogénéisation de la palette au profit de quelques tons dominants, l'aplatissement et la géométrisation des figures et des décors. D'autres traits caractéristiques ont également été cherchés parmi les thèmes iconographiques qui renvoient à une description de la ville moderne comme espace de l'aliénation, notamment dans une suite de tableaux sur le thème du métro, peints entre 1935 et 1940 (Fantaisie en sous-sol, 1940, National Gallery of Art, Washington), qui coexiste cependant avec des scènes de baignade, des nus, des intérieurs et quelques portraits (Autoportrait, 1936, collection Christopher Rothko). Nombre de ces traits, y compris une iconographie marquant un désenchantement à l'égard du monde tel qu'il est (plutôt qu'un engagement politique explicite), se retrouvent dans les œuvres des artistes auxquels Rothkowitz s'associe en 1935 au sein du groupe des Dix (qui se dissout à la fin de 1939) tout en éma [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art, université François-Rabelais, Tours, membre de l'Institut universitaire de France

Classification


Autres références

«  ROTHKO MARK (1903-1970)  » est également traité dans :

MARK ROTHKO (exposition)

  • Écrit par 
  • Hervé VANEL
  •  • 784 mots

« C'est notre fonction en tant qu'artiste de faire voir le monde au spectateur de notre façon – pas de la sienne », écrivait Mark Rothko en 1943, affirmant que la portée de son art reposait sur une force de persuasion brutale. Cette capacité de l'art à convertir le spectateur dépend en premier lieu de la faculté qu'a l'artiste de se transformer lui-même. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mark-rothko-exposition/#i_15314

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 475 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Vers le triomphe de l'art américain : l'expressionnisme abstrait »  : […] Pour tous les artistes, ceux qui déclarent leur intérêt exclusif pour ce qui se passe aux États-Unis comme ceux qui suivent avec attention les derniers développements de l'art européen, le déclenchement de la guerre sur le Vieux Continent, et plus encore l'entrée en guerre du pays en 1941 vont fondamentalement changer la situation. Le résultat le plus immédiat en est certes la fourniture d'images […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-les-arts-plastiques/#i_15314

NEW YORK ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 1 577 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une peinture sans limites »  : […] Refusant le formalisme de l'abstraction géométrique et son fondement conceptuel, les artistes empruntent aux surréalistes la notion d'automatisme psychique qui accorde une priorité absolue au mode de conception. Par ailleurs, de nouveaux matériaux et de nouvelles pratiques font leur apparition et ouvrent des perspectives sans fin d'improvisation et d'expérimentation. Pollock utilise de la peintur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-de-new-york/#i_15314

ABSTRAIT ART

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 6 698 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Abstraction et formalisme »  : […] Il va de soi que ce que dit la peinture ou la sculpture ne peut pas être communiqué par le langage verbal. S'il en était autrement, il serait inutile de peindre ou de sculpter. Abstrait ou non, l' art, quand il aspire à devenir cosa mentale , ne cherche pas à transcrire ou à illustrer une pensée préexistante ; il est pensée en acte, incarnée dans un méd […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-abstrait/#i_15314

BEYELER FONDATION

  • Écrit par 
  • Daniel HARTMANN
  •  • 1 139 mots

Située à Riehen, commune limitrophe de Bâle, dans le parc du Berower, la Fondation Beyeler frappe par sa simplicité et son harmonie. Le long bâtiment rectangulaire aux façades de porphyre rouge de Patagonie conçu par l'architecte italien Renzo Piano s'inscrit tout naturellement dans le paysage campagnard avoisinant ; les grandes baies vitrées ménagent des échappées sur les plans d'eau ou les arbre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fondation-beyeler/#i_15314

Voir aussi

Pour citer l’article

Éric de CHASSEY, « ROTHKO MARK - (1903-1970) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mark-rothko/