DI SUVERO MARK (1933- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Artiste américain né en 1933 à Shanghai de parents italiens, Mark Di Suvero poursuit une carrière internationale partagée entre les États-Unis et plusieurs pays d'Europe. Ses sculptures monumentales, subtiles et violentes compositions de métal de grand gabarit, sont moins au service d'une démonstration technique que d'une ambition poétique singulière.

Installé aux États-Unis avec sa famille dès 1941, Mark Di Suvero s'initie en Californie au travail du bois et du bronze en même temps qu'il se forme de manière théorique à l'université. Il s'installe à New York en 1957, contribue à fonder une galerie coopérative et communautaire, March Gallery, puis expose en 1960, à la Green Gallery, un ensemble remarqué de sculptures en bois, chaînes et cordes, réalisées avec des matériaux récupérés dans des immeubles détruits de Manhattan – Hankchampion (1959). Après ce début de carrière prometteur, brisé par un grave accident qui le laisse paraplégique pendant deux ans, Di Suvero décide de travailler principalement l'acier, en grandes dimensions et en plein air, à l'aide de grues et de presses. Il réalise en 1967 sa première sculpture monumentale en acier peint, Are Years What ? (for Marianne Moore). Solidement posée sur le sol grâce à quatre poutres de métal, cette construction en hommage à l'écrivain disparu Marianne Moore, auteur du poème What are Years ?, prouve l'originalité du sculpteur. Son travail se réfère certes à la sculpture constructiviste russe des années 1920, de Tatline, Rodtchenko et Gabo et intègre la liberté formelle dont ont fait preuve Julio Gonzalez et Picasso dans leur maniement du métal à partir de 1928 ; mais, outre sa dimension monumentale qui produit un effet inédit, son parti esthétique se révèle en rupture avec cet héritage. Di Suvero refuse en effet la mise en valeur d'un noyau central plein ou vide dont les lignes extérieures sembleraient dériver et choisit une composition décentrée mettant en valeur des énergies violentes et des masses qui demeurent en suspens grâce à des filins.

Malgré cette ambition formelle, la sculpture est moins pour Di Suvero u [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire et de théorie de l'art contemporain à l'université de Paris-VIII

Classification

Pour citer l’article

Paul-Louis RINUY, « DI SUVERO MARK (1933- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mark-di-suvero/