MARIONNETTES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Animations

Parmi les marionnettes, il convient de distinguer d'abord celles qui jouent directement à la vue du public et celles dont l'ombre, projetée par une source lumineuse, se découpe sur un écran (silhouettes découpées ou personnages formés par l'ombre de la main et des doigts dans « l'ombre à la main »). Les ombres présentent des profils et jouent sur deux dimensions, mais elles acquièrent une troisième dimension dans le flou qui s'institue et crée un relief dès que la silhouette n'est plus appliquée rigoureusement sur l'écran ; le manipulateur peut en tirer les nuances de son expression.

Pourtant, c'est le procédé d'animation qui différencie le plus le style de vie, soit que le manipulateur se trouve en dessous, au-dessus ou derrière la poupée.

Animation inférieure

La tige : la marotte, la plus élémentaire, est animée seulement par une tige qui supporte la tête (exemple : la marotte des fous) ; dans les autres cas, une tige principale porte le corps, et des tiges secondaires, plus fines, accrochées aux mains, permettent d'animer les bras souples ou articulés. Ainsi, à Java, des wayang-golek, poupées en relief, des wayang-klitik, poupées plates, découpées de profil, sculptées en médaille, richement peintes, montrées le plus souvent directement au public, parfois en ombre (les membres inférieurs atrophiés sont immobiles, les bras sont animés), et des wayang-koelit, ombres javanaises proprement dites, découpées dans du cuir de buffle, ajourées, peintes et fixées au sol par un pied vertical. Ainsi des ombres chinoises (qualificatif appliqué à partir du xviie siècle aux jeux d'ombres européens) et turques, qui ont la particularité d'être animées à l'aide de baguettes perpendiculaires autorisant les déplacements en toutes directions, horizontalement ou verticalement, avec une extrême fantaisie (un personnage saute sur le dos d'un autre, grimpe aux arbres ou sur les maisons).

La gaine : la tête est en bois ou tout autre matériau ; le corps est fait d'un sac de tissu fixé à la base du cou. La marionnette est animée par la main et les doigts du manipulateur passés dans la gaine et placés dans la tête, les bras, éventuellement, les jambes. Exemple : Guignol et les burattini (Italie).

Animation supérieure

Le fil : la marionnette est animée à l'aide de fils fixés d'une part à ses membres, de l'autre au « contrôle » que le manipulateur tient dans sa main. Le contrôle, ou croix d'attelle, est un instrument en bois, en forme de croix, vertical ou horizontal, fixé ou articulé. Exemple : les fantoccini (Italie).

La tringle : la marionnette est suspendue par la tête à une tringle de métal que le manipulateur tient dans sa main. Elle comporte éventuellement des fils secondaires pour animer, par exemple, les bras ou les jambes. Exemple : les marionnettes siciliennes ou liégoises.

Un clavier peut relier les fils, passés dans le corps et fixés à la tête et aux membres, à des touches accrochées à la tige. Le jeu des doigts sur les touches anime la marionnette.

Animation antérieure

C'est dans la première moitié du xviiie siècle que la technique des marionnettes japonaises se transforme : aux poupées à manchon succèdent les grandes marionnettes (de 0,80 à 1,30 m) figurant le corps humain tout entier. Chacune est manipulée par trois hommes, les ningyō-tsukai, installés derrière elle, à la vue du public, parfois revêtus d'une combinaison et d'une cagoule noires ; le premier (omo-tsukai) anime tout le visage et le bras droit de la poupée, le second (hi-dari-tsukai) son bras gauche et le troisième (ashi-tsukai) ses pieds (cf. théâtres du monde, Le théâtre japonais).

Au dramaturge Chikamatsu Monzaemon et au chanteur Takemoto Gidayū (xviie s.), qui avaient fait évoluer le ningyojōruri d'origine, succéda Takeda Izumo (1691-1756). Ce dernier enrichit un répertoire déjà important, encore en vogue aujourd'hui au fameux Bunraku-za d'Ōsaka.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : président d'honneur du Syndicat de la critique dramatique et musicale, chef du service culturel et critique dramatique de France-Inter, secrétaire général du Centre français de l'Institut international du théâtre

Classification

Autres références

«  MARIONNETTES  » est également traité dans :

BREAD AND PUPPET THEATRE

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 940 mots

À travers le Bread and Puppet Theatre, et grâce à son créateur, Peter Schumann, sculpteur d'origine allemande, le spectacle américain des années 1960 a rencontré les marionnettes siciliennes issues d'une très vieille tradition du xiv e siècle et, peut-être, subi l'influence du carnaval allemand et de certaines représentations médiévales de la vie des saints. Cette forme de théâtre s'est manifesté […] Lire la suite

BREAD AND PUPPET THEATRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 397 mots

1962 À New York, Peter Schumann (né en 1934) crée, avec Bob Ernstthal et Bruno Eckhardt, le Bread and Puppet Theatre. 1963 The King's Story , premier spectacle avec des marionnettes à tiges en papier mâché. Les manipulateurs sont encore dissimulés par un rideau rouge, les acteurs masqués. 1965 The Piep Piper of Harlem , travail collectif avec les habitants de Harlem, s'inspire de la légende all […] Lire la suite

CHIKAMATSU MONZAEMON (1653-1724)

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 2 860 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les marionnettes (1703-1714) »  : […] Pour la première fois en 1703, Chikamatsu rompt avec une tradition bien établie en portant sur la scène des marionnettes un fait divers tragique sous le titre de Sonezaki-shinjū ( Double Suicide à Sonezaki ). Le kabuki , dans des improvisations assez sommaires, avait déjà usé du procédé, mais le propos de Chikamatsu est tout autre que l'utilisation à des fins publicitaires de drames sordides qui […] Lire la suite

CINÉMA (Cinémas parallèles) - Le cinéma d'animation

  • Écrit par 
  • Bernard GÉNIN, 
  • André MARTIN
  •  • 17 835 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le film de marionnettes et d'objets »  : […] Le principe du tournage image par image peut également s'appliquer à des objets tridimensionnels, qui, à une échelle réduite, posent des problèmes d'espace scénographique et d'éclairage comparables à ceux de la prise de vues réelles. La position ou la forme d'objets familiers peuvent être légèrement déplacées pour chaque image tournée, en fonction d'une trajectoire ou d'une transformation prévue […] Lire la suite

CRÉATION DU BREAD AND PUPPET THEATRE

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 351 mots

Persuadé que le théâtre « est aussi indispensable à l'homme que le pain », l'Américain d'origine allemande Peter Schumann (né en 1934), sculpteur, musicien et chorégraphe, crée en 1962 une troupe, dans un quartier de Manhattan, pour présenter des spectacles hors des théâtres, dans la rue et autres espaces publics. À partir de matériaux simples – papiers, terre glaise, toiles –, il réalise des masq […] Lire la suite

DANSE

  • Écrit par 
  • Marie-Françoise CHRISTOUT, 
  • Serge JOUHET
  •  • 5 069 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « La danse théâtrale »  : […] Lorsque la danse se présente sous la forme du ballet et qu'elle devient un spectacle en Europe, la plastique prend une place considérable qui l'éloigne de ses origines magiques et religieuses. La définition qu'en donne Théophile Gautier ressortit à l'esthétique du spectateur : « La danse est l'art de montrer les formes élégantes et correctes dans diverses positions favorables au développement des […] Lire la suite

GUIGNOL LYONNAIS

  • Écrit par 
  • Paul FOURNEL
  •  • 918 mots

Après la Révolution française, nombre de canuts lyonnais sont en chômage. Laurent Mourguet (1769-1844) décide de se reconvertir et se fait marchand forain. Il vend d'abord des peignes, des aiguilles, du bois de chauffage, puis devient arracheur de dents. Comme le voulait la tradition, il joue des marionnettes pour attirer la clientèle. Il joue le répertoire italien. Bien vite, il abandonne la dent […] Lire la suite

HARRYHAUSEN RAY (1920-2013)

  • Écrit par 
  • Alison ELDRIDGE
  •  • 604 mots

Spécialiste américain des effets spéciaux, Ray Harryhausen fut l’un des premiers à tourner des séquences image par image. La technique qu’il mit au point, baptisée Dynamation par la suite, donnait l’impression que les acteurs interagissaient avec des maquettes animées (souvent de taille réduite) : elle apporta un réalisme sans précédent à des films tels que Jason and the Argonauts (1963, Jason e […] Lire la suite

INDONÉSIE - Les arts

  • Écrit par 
  • Albert LE BONHEUR
  •  • 8 142 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les époques moderne et contemporaine »  : […] L'art religieux traditionnel s'est perpétué à Bali pratiquement jusqu'à nos jours. Les temples ( pura ) y sont innombrables. Outre un nombre immense de chapelles domestiques et quelques sanctuaires consacrés aux divinités de la mer ou de la montagne, il y a, en principe, trois temples par village : un pour les dieux, un pour les morts et un pour assurer la fertilité des champs. Le plus important d […] Lire la suite

JAPON (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS, 
  • Cécile SAKAI, 
  • René SIEFFERT
  •  • 20 418 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Du récit épique au jōruri »  : […] La tradition du hei-kyoku , récitation à la manière du Heike , s'est maintenue sans interruption jusqu'à nos jours. Rien d'étonnant donc que l'influence des récits épiques se soit manifestée tout au long des siècles. Au xiv e  siècle, elle avait été déterminante pour la mise au point du nō . Mais la postérité directe de l'épopée est représentée vers le milieu du xvi e siècle par le cycle pseudo-é […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul-Louis MIGNON, « MARIONNETTES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/marionnettes/