MONTI MARIO (1943- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un acteur influent du monde économique

Mario Monti est né en Lombardie le 19 mars 1943. Il est connu, avant sa prise de fonction le 16 novembre 2011, pour quatre activités principales. C'est d'abord un économiste, spécialisé dans l'étude de la monnaie et des banques. Après ses études à la prestigieuse université de la Bocconi à Milan, il y devient professeur, puis il en est recteur de 1989 à 1994 et enfin président. Ensuite, il assume des responsabilités importantes au niveau européen : il est commissaire au Marché intérieur, aux Services, aux Douanes et à la Fiscalité en 1995, puis commissaire à la Concurrence de 1999 à 2004. C'est également un expert dont les compétences reconnues sont mobilisées, par exemple, comme International advisor de la banque Goldman Sachs (depuis 2005) ou en tant que président, depuis 2010, de la section Europe de la Commission trilatérale, une organisation fondée en 1973 qui travaille à favoriser la coopération économique mondiale.

Mario Monti

Photographie : Mario Monti

Par son pragmatisme et sa sobriété comparée aux excès de son prédécesseur, Mario Monti a su séduire les Italiens ainsi que ses partenaires européens. 

Crédits : Olivier Hoslet/ EPA

Afficher

Enfin, c'est un acteur influent du débat public tant au niveau européen que dans son propre pays. En effet, il est membre de divers think tanks (Friends of Europe, Bruegel), auteur, en 2010, à la demande du président de la Commission européenne, d'un Livre blanc intitulé Revitaliser le marché unique. Il joue également un rôle très actif et remarqué en France au sein de la commission Attali en 2007 : il propose ensuite de s'inspirer de cette expérience pour l'Italie en créant, avec d'autres personnalités, un forum international appelé Économie et société ouverte. Au cours des réunions de celui-ci comme dans ses nombreux éditoriaux au quotidien milanais le Corriere della Sera, très lus et commentés, il développe sa pensée, celle d'un Européen, adepte du libéralisme économique tempéré, comportant une large ouverture aux marchés et à la concurrence, mais combiné à des politiques sociales d'accompagnement.

L'année 2011 marque un tournant dans son parcours. En effet, le 12 novembre, le président du Conseil Silvio Berlusconi est c [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur d'histoire et de sociologie politique à Sciences Po, Paris

Classification

Autres références

«  MONTI MARIO (1943- )  » est également traité dans :

ITALIE - La vie politique depuis 1945

  • Écrit par 
  • Geneviève BIBES, 
  • Marc LAZAR
  • , Universalis
  •  • 31 399 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le gouvernement de techniciens de Mario Monti  »  : […] Aussitôt, le président de Giorgio Napolitano propose la présidence du Conseil à Mario Monti, ancien commissaire européen, président de la prestigieuse université milanaise de la Bocconi, qu’il venait de nommer sénateur à vie. Celui-ci forme un gouvernement entièrement composé de technocrates que les principaux partis politiques (P.D.L., P.D. et U.D.C., mais pas la Ligue du Nord ni l’I.d.V.) souti […] Lire la suite

Les derniers événements

20-30 avril 2013 Italie. Réélection du président Giorgio Napolitano et nomination d'Enrico Letta à la présidence du Conseil

Mario Monti, dans le but de mettre fin à la crise politique née des élections législatives de février. Le P.D., qui dispose de la majorité à la Chambre des députés, mais pas au Sénat, n'est pas parvenu depuis lors à constituer une coalition gouvernementale viable. Le 24, Giorgio Napolitano demande à Enrico Letta, vice-président du P.D. et ancien ministre […] Lire la suite

24-25 février 2013 Italie. Élections législatives sans majorité

Mario Monti, qui avait démissionné en décembre 2012 à la suite de la perte du soutien parlementaire du Peuple de la liberté (P.D.L.) de Silvio Berlusconi, avait été chargé des affaires courantes jusqu'à la date prévue du scrutin. La coalition de centre gauche, réunie autour du Parti démocrate (P.D.) de Pier Luigi Bersani, arrive en tête avec 29,6 p […] Lire la suite

5-28 décembre 2012 Italie. Démission du président du Conseil Mario Monti

Mario Monti présente sa démission. Le 28, Mario Monti annonce qu'il prendra la direction d'une coalition de petits partis centristes, catholiques et libéraux en vue des élections générales programmées pour février 2013.  […] Lire la suite

28-29 juin 2012 Union européenne. Accord sur le pacte de croissance et sur l'assouplissement de l'intervention des fonds de secours

Mario Monti et de l'Espagnol Mariano Rajoy, les Dix-Sept conviennent d'autoriser le Mécanisme européen de stabilité créé par le pacte budgétaire à recapitaliser directement des banques en difficulté sans grever la dette des pays, ce qui satisfait l'Espagne. Dans ce cadre, la Banque centrale européenne est chargée d'une mission de supervision des banques […] Lire la suite

2-30 mars 2012 Union européenne. Mesures de sauvetage et montée du mécontentement social dans la zone euro

Mario Monti menace de démissionner en cas de rejet de la réforme par le Parlement. Le 28, le Parlement grec ratifie le traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance, par 194 voix contre 59 et 47 abstentions. Le 30, les ministres des Finances de l'Eurogroupe, réunis à Copenhague, fixent le montant du fonds de sauvetage européen à 800 milliards […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marc LAZAR, « MONTI MARIO (1943- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mario-monti/