LUZI MARIO (1914-2005)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des livres-cathédrales

Le primat de plus en plus marqué de l'éthique sur l'esthétique, la conscience de la responsabilité du poète envers le présent, gouvernent encore davantage la troisième et dernière partie de l'œuvre. À partir de Pour le baptême de nos fragments (1984), Luzi bâtit des livres-cathédrales, de grandes architectures où résonnent des voix multiples. Le vrai, a-t-il compris au cours des années précédentes, ne peut advenir que dans l'affrontement des discours, Au feu de la controverse (titre d'un recueil paru en 1978). Le nœud de la modernité réside dans le naufrage des dogmes monolithiques. Mais si la modernité est éclatement et violence, le baptême chrétien, qui est reconstitution de l'unité d'être par-delà l'épreuve de la fracture et de la mort, lui semble le modèle qui permet de pressentir le refaçonnement de la personne humaine, dont tout l'art moderne aura exprimé l'irrémédiable fragmentation. Sous l'influence du Coup de dés de Mallarmé, la typographie fait alors voler en éclats le poème sur la page, en même temps que le travail du souffle, de la voix, du rythme, assure la continuité du discours. Cette période « polyphonique » de l'œuvre sera celle de tous les renouvellements : le Voyage terrestre et céleste de Simone Martini (1994) est un quasi-roman en vers, mais où la narration reste fragmentaire ; À l'image de l'homme (2000) est le journal sans date d'un double fictif du poète en quête de sérénité. Enfin, l'ouverture de l'écriture à des voix multiples a également amené Mario Luzi à écrire pour le théâtre : d'Hypatie (1971-1973) au drame sacré Opus florentinum (2000), près d'une vingtaine de pièces en vers, représentées avec succès, ont fait de lui un authentique dramaturge.

Au cours des vingt dernières années de sa vie, Mario Luzi devint un personnage public. Il accepta d'incarner, aux yeux de l'opinion, la figure du poète, sans reculer devant des tâches officielles. Sa nomination comme sénateur à vie, le jour de ses quatre-vingt-dix ans, put apparaître comme l'ultime étape de ce parcours. Mais jusqu'à la veille de sa mort, le poète s'employa [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : écrivain, traducteur, directeur de collections aux éditions Verdier, professeur de littérature comparée à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  LUZI MARIO (1914-2005)  » est également traité dans :

ITALIE - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Dominique FERNANDEZ, 
  • Pierre LAROCHE, 
  • Angélique LEVI, 
  • Jean-Paul MANGANARO, 
  • Philippe RENARD, 
  • Jean-Noël SCHIFANO
  •  • 29 122 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « « Hermétisme » et réalisme »  : […] Nous voici parvenus à la troisième génération, celle du « milieu », comme on dit en Italie. Elle regroupe des poètes que l'on est en train de découvrir en France aujourd'hui. Nés à partir de 1910, ils prennent le relais de l'extraordinaire constellation qui les a précédés. Leur jeunesse se déroule au temps du fascisme triomphant. L'horizon culturel des écrivains se restreint alors considérablement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-langue-et-litterature/#i_96040

SUR D'INVISIBLES FONDEMENTS, Mario Luzi - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SIMEONE
  •  • 682 mots

Dans l'œuvre du poète Mario Luzi (1914-2005) , né à Florence, qui, se libérant de Pétrarque et de Mallarmé, semble, sur un arc de sept décennies, tendre toujours davantage vers une poésie polyphonique, perpétuellement évolutive, dont le modèle fut Dante, Sur d'invisibles fondements occupe une place unique. Publié en 1971, dans l'Italie chaotique et violente des « années de p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sur-d-invisibles-fondements/#i_96040

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Yves MASSON, « LUZI MARIO - (1914-2005) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mario-luzi/