MORETTI MARINO (1885-1979)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ayant d'abord abandonné les études classiques pour suivre des cours d'art dramatique à Florence, Moretti choisit enfin de se vouer totalement à la littérature. En 1910, il publie son recueil de poèmes, Poésies écrites au crayon (Poesie scritte col lapis), où l'influence de Pascoli apparaît dominante : il s'apparente manifestement aux « crepuscolari » (F. M. Martini, S. Corazzini, C. Govoni) dont Borgese fut le premier à parler en 1910. Mais les poètes « crepuscolari » ne formaient pas un mouvement proprement dit, bien qu'ils aient eu tous tendance à mettre en relief l'intimisme des menus détails : ce goût se manifeste chez Moretti dans son recueil, Poesie di tutti i giorni (1913). Cet auteur se distingue ensuite par toute une série de récits où il analyse avec tendresse le petit monde de la province italienne : Les Purs de cœur (I Puri di cuore, 1928). Dans son abondante production narrative de l'après-guerre, Il Tempo migliore (1953) notamment, on peut déplorer que l'attitude de l'auteur vis-à-vis des événements tragiques se traduise par une sorte de souriante supériorité.

—  Giovanni IOPPOLO

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MORETTI MARINO (1885-1979)  » est également traité dans :

CRÉPUSCULAIRES LES

  • Écrit par 
  • Norbert JONARD
  •  • 1 366 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La révolte d'une génération »  : […] Les « crépusculaires » se sont retournés contre leurs aînés parce que ceux-ci n'avaient pas tenu leurs promesses ; ils s'en sont pris à la tradition littéraire que ces aînés représentaient encore dans les années où eux-mêmes commençaient à écrire. Mais, auparavant, ils avaient tous rencontré l'esthétisme d'Andrea Sperelli, le héros du Piacere ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-crepusculaires/#i_2784

Pour citer l’article

Giovanni IOPPOLO, « MORETTI MARINO - (1885-1979) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marino-moretti/