MARINE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les puissances navales dans le monde contemporain

Depuis le milieu du xixe siècle, les possibilités techniques, le rôle et la répartition des forces navales ont complètement changé. Au risque de schématiser, on pourrait distinguer quatre phases caractéristiques : les premières expériences de la nouvelle marine de guerre (guerres de Crimée et de Sécession), l'apparition de marines nationales et le développement des marines impériales, enfin la guerre navale à l'échelle mondiale.

Propulsion à vapeur, canons-obusiers, blindage des navires, tous fruits de la révolution industrielle, ont transformé la silhouette des navires de guerre, créé de nouveaux types en quelques décennies et modifié la composition des flottes militaires plus rapidement que celle des flottes marchandes. L'accroissement de vitesse acquis grâce à la vapeur bouleversait les conditions de la guerre, permettait la surprise, affranchissait la manœuvre des servitudes du vent, accélérait le transport à longue distance de corps expéditionnaires nombreux.

Mais ces progrès dispendieux n'étaient accessibles qu'aux États riches. La France en attendait son renouveau naval, l'Angleterre industrielle le maintien de sa prééminence et de son expansion. Toutes deux, de concert, avec le concours italien, expérimentèrent la nouvelle marine contre un adversaire fort éloigné, la Russie. La logistique réussit un premier coup de maître : le transport et le ravitaillement en armes, munitions et vivres d'une armée qui s'éleva à 150 000 hommes. Opération combinée sur mer et sur terre, appuyée par une puissance de feu inusitée. L'expérience de la guerre de Sécession, aux États-Unis, fut un peu différente. Elle démontra la supériorité navale du Nord industriel, et c'est au cours de ce conflit que fut livré le premier combat de l'histoire entre navires cuirassés ; la compétition entre le blindage et le canon commençait, et l'on s'aperçut par ailleurs que c'était à partir des tourelles que l'artillerie disposait du champ de battage le plus étendu. Toutefois, le conflit terminé, l'isolationnisme américain laissa à d'autres marines le soin de tirer parti des expériences.

Le rôle de la marine dans l'expansion coloniale des puissances européennes a été fondamental. Les méthodes ont cependant été différentes selon les pays. Ainsi la marine française a, très souvent, ouvert le chemin à la pénétration militaire par des opérations de détail et l'occupation de points d'appui (Courbet en Indochine, Pierre à Madagascar, Brazza au Congo). La répression de la traite des Noirs en a été l'occasion, à plusieurs reprises. L'Angleterre disposait déjà en Afrique et en Asie de bases de départ, et sa flotte a surtout joué un rôle de soutien (Égypte, Afrique du Sud, Afrique orientale, Birmanie). Quant aux points d'appui, leur fonction était technique (approvisionnement en eau et en charbon) et stratégique (escales sur les routes propres à chaque pays et aux points de passage obligés de la circulation mondiale) : Gibraltar, Malte, Chypre, Alexandrie, Aden, Ceylan, Singapour, Hong Kong, Maurice, Le Cap, Sainte-Hélène, les Falkland, pour l'Angleterre ; Bizerte, Djibouti, Saigon, Nouméa, Diego-Suarez, Dakar, Fort-de-France, pour la France.

Le golfe d'Aden

Photographie : Le golfe d'Aden

Navires dans le golfe d'Aden, en 1962. 

Crédits : Fox Photos/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Tard venus à l'unité politique ou à l'industrialisation, entre 1870 et 1914, l'Allemagne et l'Italie, la Russie et le Japon se dotèrent de flottes non négligeables. Les États-Unis, qui avaient désarmé après la guerre de Sécession, reconstruisirent la leur, instrument de leur expansion de la fin du siècle (Hawaii, Cuba). Venaient ensuite l'Autriche-Hongrie, la Chine et les États sud-américains (Chili, Pérou surtout). La flotte japonaise, pourvue de trois escadres modernes, infligea un désastre à la marine russe, hétérogène et gênée par l'extension de ses lignes de communication. La bataille de Tsushima (1905) mit en évidence les problèmes de la stratégie maritime mondiale : répétition, avant les drames ultérieurs. Guillaume II, de son côté, proclamait : « Notre avenir est sur l'eau. » En 1914, la marine allemande venait au second rang, après l'Angleterre, et elle était neuve.

Les épreuves des deux guerres mondiales donnèrent raison aux partisans de la force navale. La conquête du terrain, qui assure la victoire, est, sans doute, l'œuvre des armées terrestres ; mais, lors de conflits mondiaux, la maîtrise de la mer – et celle de l'air, qui lui est liée – s'est révélée une condition absolue. Ainsi s'explique le rôle assigné à la Home Fleet anglaise et le soin mis par les marines alliées dès 1914-1915 à chasser des mers les croiseurs ennemis, comme à verrouiller la Baltique, l'Adriatique et les Dardanelles. La réplique allemande fut le sous-marin, qui, depuis les essais du Gustave-Zédé (1893) et du Narval (1899) en France, avait démontré son efficacité contre les gros navires de surface (type Dreadnought, 1907). Étendue à toute forme de navigation (torpillage du paquebot anglais Lusitania, le 7 mai 1915) pour répondre au blocus allié, l'action sous-marine en arriva à intercepter, en 1917, le quart du ravitaillement britannique, mais la réplique fut dure (199 sous-marins allemands coulés en 1917) et les excès des attaques allemandes furent une des raisons de l'intervention des ÉtatsUnis. Or, dès ce moment, le repérage et la chasse aux sous-marins par des flottilles spécialisées, le minage des chenaux menacés et la protection des convois avaient réussi à neutraliser l'action des sous-marins allemands, et le rythme de leur destruction était plus rapide en 1918 que celui de leur renouvellement. L'acheminement vers l'Europe d'un million de soldats américains et de leur train de combat se fit sans pertes.

Torpillage du Lusitania

Photographie : Torpillage du Lusitania

Le 7 mai 1915, au large de l'Irlande, un sous-marin allemand coule le paquebot britannique Lusitania, causant la mort de plus de 1 200 passagers dont 128 Américains. Une crise grave éclate entre Washington et Berlin. La guerre sous-marine menée par l'Allemagne finira par provoquer l'entrée... 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

U-Boote de la Première Guerre mondiale

Photographie : U-Boote de la Première Guerre mondiale

Les sous-marins (U-Boote) sont une arme clé de la stratégie allemande au cours de la Première Guerre mondiale. 

Crédits : Corbis

Afficher

Vulnérable aux sous-marins et aux avions, le navire de surface fut cependant loin de disparaître, et l'entre-deux-guerres vit le développement et la concentration des forces navales au profit des plus grandes puissances. La conférence de Washington (1921) classa au premier rang les États-Unis et la Grande-Bretagne, puis le Japon, et enfin, à égalité, l'Italie et la France. Cette dernière put construire, sous l'impulsion de Georges Leygues, une flotte moderne. L'Allemagne pour sa part, en dépit du traité de Versailles, disposait de « cuirassés de poche » et d'une flotte de sous-marins à grand rayon d'action, et le Japon, qui avait, comme les États-Unis, accordé une attention toute spéciale à l'aéronavale, possédait plusieurs porte-avions.

Considérée dans son ensemble, la guerre navale de 1939-1945 a confirmé l'efficacité du sous-marin, capable, grâce au [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Médias de l’article

Boat people

Boat people
Crédits : Evening Standard/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Trière athénienne

Trière athénienne
Crédits : J. Hios/ AKG

photographie

Trafalgar

Trafalgar
Crédits : Hulton Getty

photographie

Le golfe d'Aden

Le golfe d'Aden
Crédits : Fox Photos/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 10 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  MARINE  » est également traité dans :

AMIRAL

  • Écrit par 
  • Ulane BONNEL
  •  • 538 mots

Venu du mot arabe amīr ou emīr (chef), le terme « amiral » désigne dès le xvi e  siècle, selon Jal ( Glossaire nautique , 1848), « le chef des flottes, des armées et de la police navale d'un État ». Il s'applique, d'une part, à celui qui est revêtu de la charge d'amiral, d'autre part, à celui qui est investi du commandement à la mer. La dignité d'amiral de France sous la royauté, ou de grand ami […] Lire la suite

AZTÈQUES

  • Écrit par 
  • Rosario ACOSTA, 
  • Alexandra BIAR, 
  • Mireille SIMONI
  •  • 11 273 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « La navigation chez les Aztèques »  : […] Dans la continuité de ces découvertes archéologiques, Alexandra Biar s’est spécifiquement intéressée aux embarcations et installations lacustres aztèques sur les lacs du bassin de Mexico. L’utilisation de documents historiques et archéologiques réunissant les données provenant à la fois de l’eau et de la terre lui a permis de « dynamiser » un paysage décrit par ses prédécesseurs, et de démontrer q […] Lire la suite

BREST

  • Écrit par 
  • Jean OLLIVRO
  •  • 1 063 mots
  •  • 2 médias

Principale ville du Finistère (dont Quimper est le chef-lieu), Brest, avec 143 902 habitants dans la commune et 314 844 dans l'aire urbaine (en 2012), est la deuxième ville de la Bretagne administrative, après Rennes, la capitale régionale. La localisation de Brest est si exceptionnelle qu'elle explique en grande partie l'histoire de la ville. Brest occupe en effet une situation stratégique près d […] Lire la suite

GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE) - Mutineries et désobéissances collectives

  • Écrit par 
  • André LOEZ
  •  • 2 954 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Mutineries navales en Allemagne et en Autriche-Hongrie »  : […] L’infanterie allemande, dans laquelle l’indiscipline croît également durant l’année 1917, ne connaît pas de faits identiques, contrairement à la flotte où, à l’image de la situation russe, les protestations se multiplient pendant l’été de 1917. Deux des matelots arrêtés, Albin Köbis et Max Reichpietsch, marqués par des idées de gauche, sont fusillés. Des mutineries de plus grande ampleur survienn […] Lire la suite

NAVIRES - Navires de guerre

  • Écrit par 
  • Régis BEAUGRAND, 
  • André BERNARDINI, 
  • Jean LE TALLEC, 
  • Marc MENEZ, 
  • Jean TOUFFAIT
  •  • 12 481 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les grandes tendances »  : […] Les marines modernes se trouvent aujourd'hui confrontées à différentes préoccupations sociétales, économiques et opérationnelles qui ont des répercussions sur les navires de combat en cours de conception. Sur le plan sociétal, beaucoup d'États n'acceptent plus les pertes et les accidents de personnes, même en cas de conflit. Cela se traduit par une amélioration de la furtivité, par une réduction […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

21-26 avril 2021 France. Lettre ouverte de militaires contre le « délitement » de la patrie.

Marine Le Pen affirme, dans une tribune publiée par le même journal, partager l’« affliction » des signataires qu’elle engage à rejoindre son parti. Le 26, la ministre de la Défense Florence Parly demande au chef d’état-major des armées François Lecointre d’adopter des sanctions contre les militaires d’active signataires de la lettre ouverte. […] Lire la suite

21-25 avril 2021 Indonésie. Naufrage d'un sous-marin militaire.

marine nationale indique avoir perdu le contact avec un sous-marin de sa flotte, le KRI Nanggala (402), qui effectuait des manœuvres au nord de Bali avec cinquante-trois personnes à son bord. Le 25, elle annonce avoir localisé l’épave brisée du submersible, par plus de 800 mètres de fond, et confirme la mort de tous les membres d’équipage. […] Lire la suite

1er-22 avril 2021 Ukraine – Russie. Regain de tension.

marine russe effectue des manœuvres. Paris et Berlin sont les parrains des accords de Minsk de février 2015, qui visent à restaurer la paix dans le Donbass, dont l’Ukraine et la Russie sont également signataires. Le 22, l’annonce par Sergueï Choïgou du début du retrait des troupes russes massées aux frontières avec l’Ukraine met fin à l’un des plus […] Lire la suite

20 novembre 2020 États-Unis – Israël. Libération d'un espion juif américain.

marine américaine Jonathan Pollard, de confession juive, coupable d’avoir livré des renseignements à Israël, est libéré après trente années de prison et cinq ans de liberté conditionnelle. Arrêté en novembre 1985, Jonathan Pollard avait été condamné à la prison à vie en mars 1987. Sa remise en liberté conditionnelle en novembre 2015 était assortie  […] Lire la suite

6-31 août 2020 Grèce – Turquie – Égypte – France. Regain de tensions en Méditerranée orientale.

marine grecque au large de l’île de Kastellorizo. Le 27 puis le 31, les autorités turques annoncent la prolongation de la mission du navire d’exploration Oruç Reis en Méditerranée orientale. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel MOLLAT DU JOURDIN, « MARINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/marine/