e siècle"/ >

MARINE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Boat people

Boat people
Crédits : Hulton Getty

photographie

Trière athénienne

Trière athénienne
Crédits : J. Hios/ AKG

photographie

Trafalgar

Trafalgar
Crédits : Hulton Getty

photographie

Le golfe d'Aden

Le golfe d'Aden
Crédits : Hulton Getty

photographie

Tous les médias


Les marines à voile des grands États européens modernes (XVIe-XIXe s.)

Il ne faut pas exagérer, dans l'Europe de la Renaissance, le déclin des marines méditerranéennes. Venise, sous l'impulsion d'un Cristoforo Da Canal, chercha à adapter sa flotte de galères à la défense de ce qui lui restait d'empire contre une piraterie croissante et un nouvel ennemi, la flotte turque. À partir des guerres d'Italie, les marines atlantiques franchirent en force le détroit de Gibraltar, si bien que la bataille de Lépante (1571) fut un affrontement collectif – le dernier – de la Chrétienté et de l'Islam. En fait, les acteurs étaient maintenant les principaux États européens, dont les rivalités s'étendaient à toutes les mers.

Durant la période allant du xvie siècle au milieu du xixe, l'initiative appartint à l'Occident et l'histoire navale suivit le cours des transformations politiques et des progrès techniques de celui-ci. Une certaine coïncidence historique fait correspondre la grande époque du voilier avec le développement des puissances maritimes européennes. En conséquence, à des missions nouvelles les marines durent adapter des moyens nouveaux.

Un premier trait, commun à tous les États, fut la possession permanente de flottes de guerre. Un second, résultant de l'extension aux nouveaux mondes de la domination politique de l'Espagne et du Portugal d'abord, de la France, de l'Angleterre et des Provinces-Unies ensuite, fut l'allongement des lignes de communication sur lesquelles devaient s'exercer les actions de surveillance, de défense ou d'attaque. D'autre part, à la faveur de possibilités techniques nouvelles, les marines recherchèrent la mobilité et la puissance de feu. La première fut acquise grâce aux progrès constants de la construction navale et à la démultiplication du gréement, favorables à l'allongement du rayon d'action des marines. Il y eut désormais des types caractérisés de navires de guerre ; le premier bien défini fut, sans doute, le [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  MARINE  » est également traité dans :

AMIRAL

  • Écrit par 
  • Ulane BONNEL
  •  • 538 mots

Venu du mot arabe amīr ou emīr (chef), le terme « amiral » désigne dès le xvi e  siècle, selon Jal ( Glossaire nautique , 1848), « le chef des flottes, des armées et de la police navale d'un État ». Il s'applique, d'une part, à celui qui est revêtu de la charge d'amiral, d'autre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amiral/#i_47709

AZTÈQUES

  • Écrit par 
  • Rosario ACOSTA, 
  • Alexandra BIAR, 
  • Mireille SIMONI
  •  • 11 264 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « La navigation chez les Aztèques »  : […] Dans la continuité de ces découvertes archéologiques, Alexandra Biar s’est spécifiquement intéressée aux embarcations et installations lacustres aztèques sur les lacs du bassin de Mexico. L’utilisation de documents historiques et archéologiques réunissant les données provenant à la fois de l’eau et de la terre lui a permis de « dynamiser » un paysage décrit par ses prédécesseurs, et de démontrer q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/azteques/#i_47709

BREST

  • Écrit par 
  • Jean OLLIVRO
  •  • 1 062 mots
  •  • 2 médias

Principale ville du Finistère (dont Quimper est le chef-lieu), Brest, avec 143 902 habitants dans la commune et 314 844 dans l'aire urbaine (en 2012), est la deuxième ville de la Bretagne administrative, après Rennes, la capitale régionale. La localisation de Brest est si exceptionnelle qu'elle explique en grande partie l'histoire de la ville. Brest occupe en effet une situation stratégique près d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/brest/#i_47709

GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE) - Mutineries et désobéissances collectives

  • Écrit par 
  • André LOEZ
  •  • 2 953 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Mutineries navales en Allemagne et en Autriche-Hongrie »  : […] L’infanterie allemande, dans laquelle l’indiscipline croît également durant l’année 1917, ne connaît pas de faits identiques, contrairement à la flotte où, à l’image de la situation russe, les protestations se multiplient pendant l’été de 1917. Deux des matelots arrêtés, Albin Köbis et Max Reichpietsch, marqués par des idées de gauche, sont fusillés. Des mutineries de plus grande ampleur survienn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-mondiale-premiere-mutineries-et-desobeissances-collectives/#i_47709

NAVIRES - Navires de guerre

  • Écrit par 
  • Régis BEAUGRAND, 
  • André BERNARDINI, 
  • Jean LE TALLEC, 
  • Marc MENEZ, 
  • Jean TOUFFAIT
  •  • 12 476 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les grandes tendances »  : […] Les marines modernes se trouvent aujourd'hui confrontées à différentes préoccupations sociétales, économiques et opérationnelles qui ont des répercussions sur les navires de combat en cours de conception. Sur le plan sociétal, beaucoup d'États n'acceptent plus les pertes et les accidents de personnes, même en cas de conflit. Cela se traduit par une amélioration de la furtivité, par une réduction […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/navires-navires-de-guerre/#i_47709

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel MOLLAT DU JOURDIN, « MARINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marine/