CONDORCET MARIE JEAN ANTOINE NICOLAS CARITAT marquis de (1743-1794)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La science sociale mathématique

Dans la dernière partie de l'Esquisse (neuvième et dixième époques), Condorcet est cependant revenu avec insistance sur ce qui lui paraissait être essentiel : l'application du « calcul des combinaisons et des probabilités » aux sciences politiques et, d'une façon plus générale, l'union des sciences physiques et des sciences morales, qui avait été le thème de son Discours de réception à l'Académie française en 1782 (Ar.I). À cet égard, il était parfaitement conscient d'avoir ouvert « la route entièrement nouvelle » évoquée par Arago, en découvrant, dans l'organisation judiciaire et politique des sociétés modernes, des « anomalies » qu'on n'avait pas encore soupçonnées. Mais celui qui lui rendait ainsi hommage n'a pas cru devoir recueillir le génial Essai sur l'application de l'analyse à la probabilité des décisions rendues à la pluralité des voix (1785), dont le « Discours préliminaire » contient l'exposé du fameux paradoxe, appelé depuis « effet Condorcet », qui consiste en la formation d'une réponse collective contradictoire à partir de réponses individuelles cohérentes.

La voie n'était pas « entièrement » neuve : l'exploitation des statistiques démographiques relayant les spéculations sur les jeux, l'Essai sur les probabilités de la vie humaine (1746) de Deparcieux avait consacré l'introduction de la mesure et du calcul dans les sciences morales et politiques. Dans plusieurs des articles qu'il rédigea en 1784 pour l'Encyclopédie méthodique (« Probabilités », « Arithmétique politique », « Absent »), Condorcet a d'ailleurs rappelé les premières tentatives d'application à l'étude des phénomènes sociaux de la notion pascalienne d'espérance mathématique (Witt, Halley, Graunt, Petty) et fortement souligné l'importance de l'Ars conjectandi de J. Bernoulli, publié en 1713. Même si l'on tient compte de ce que doivent l'Essai de 1785 et les six études sur le calcul des probabilités qui le précèdent (1781-1784) aux Mémoires de Bayes (1764), de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-V-Sorbonne, secrétaire général de L'Année sociologique

Classification

Autres références

«  CONDORCET MARIE JEAN ANTOINE NICOLAS CARITAT marquis de (1743-1794)  » est également traité dans :

ESQUISSE D'UN TABLEAU HISTORIQUE DES PROGRÈS DE L'ESPRIT HUMAIN, Marquis de Condorcet - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 281 mots
  •  • 1 média

Aussitôt élevée, lors de sa publication en l'an III par Mme de Condorcet et Daunou, au rang des œuvres nationales, l'Esquisse est souvent considérée, pour le contexte tragique qui a entouré sa composition, comme une œuvre de circonstance écrite quelques mois avant le décès de son auteur. Après l'échec de son projet de créer une constitution « girondine » et dénoncé en juillet 1 […] Lire la suite

CONDORCET SOPHIE DE GROUCHY marquise de (1764-1822)

  • Écrit par 
  • Denise BRAHIMI
  •  • 574 mots

La vie de Sophie de Condorcet est loin de s'identifier à celle de son mari, dont elle a pourtant épousé les idées et partagé les travaux. Sophie de Grouchy est née en Normandie en 1764, dans une assez illustre famille. Sa mère, sœur du président Dupaty, était une femme d'esprit et de sens. Sophie montre très tôt des dispositions pour l'étude, un caractère solide et beaucoup de sérieux. À l'occasio […] Lire la suite

CULTURE - Culture et civilisation

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 14 332 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Ordre politique, Lumières et « Kultur » »  : […] Au regard de Hobbes, la satisfaction que l'individu trouve dans la société ne consacre pas la jouissance de certains biens, mais l'assurance d'en pouvoir éventuellement disposer. Ainsi entre l'impulsion et le pouvoir politique n'y a-t-il pas incompatibilité. Le désir de puissance s'est converti en une puissance garante du désir – à la limite la puissance de l'État – et la rationalité du pacte tra […] Lire la suite

ÉDUCATION - Types et fins de l'éducation

  • Écrit par 
  • Viviane ISAMBERT-JAMATI
  •  • 3 810 mots

Dans le chapitre « L'émergence d'un système scolaire »  : […] Le premier dans la civilisation occidentale, Comenius préconise vers le milieu du xvii e  siècle une école commune à tous, non seulement garçons et filles, mais enfants de toutes conditions : on décèlera mieux ceux qui sont capables de suivre l'enseignement à des degrés scolaires supérieurs, déclare-t-il, si l'on renonce à toute différenciation au cours des premières années, et si l'on fait en so […] Lire la suite

INFORMATION : L'UTOPIE INFORMATIONNELLE EN QUESTION

  • Écrit par 
  • Armand MATTELART
  •  • 8 081 mots

Dans le chapitre « Vers une nouvelle Atlantide ? »  : […] Il n'y a de citoyen que par l'instruction et par l'information, affirmait en 1793 Condorcet dans son Esquisse d'un tableau historique des progrès de l'esprit humain . De la langue à l'écriture puis à l'imprimerie, le philosophe et mathématicien révolutionnaire tissait dans cet ouvrage, médiologique avant la lettre, un lien entre l'évolution des techniques de transmission et le façonnement des inst […] Lire la suite

UTOPIE (arts et architecture)

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 1 694 mots

Dans le chapitre « Art et utopie au siècle de l'industrie »  : […] Les liens entre l'utopie et la production artistique commencent à se renforcer avec la première révolution industrielle. À cette époque, l'utopie change de nature, rompant avec les caractéristiques que lui avait imprimées Thomas More. Elle se présentait sous la forme d'une fiction littéraire, décrivant un pays situé littéralement nulle part – le terme d'utopie avait été en effet forgé par More à […] Lire la suite

PÉDAGOGIE - Les courants modernes

  • Écrit par 
  • Antoine LÉON
  •  • 4 232 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La formation continue dans le rapport de Condorcet »  : […] Héritier du mouvement encyclopédiste, Condorcet considère que l'individu et l'espèce humaine sont perfectibles et que cette perfectibilité découle des progrès corrélatifs de l'instruction et des sciences. En outre, le progrès technique est censé libérer l'homme pour des activités de formation. Aussi, Condorcet préconise-t-il la gratuité, la laïcité et l'égalité des sexes vis-à-vis de l'instructi […] Lire la suite

PROGRÈS

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 8 634 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Énoncés et démonstrations »  : […] En tant que loi objective inscrite dans les choses, nécessaire à la nature, étendue du domaine scientifique et technique au plan moral et social, enveloppant changements, transformations, devenir et impliquant un sens défini, une orientation, le progrès a reçu sa dimension proprement sociologique dans la France des Lumières, où il est demeuré associé à des aspirations plus ou moins confuses. On ne […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard VALADE, « CONDORCET MARIE JEAN ANTOINE NICOLAS CARITAT marquis de (1743-1794) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-jean-antoine-nicolas-condorcet/