BLAIS MARIE-CLAIRE (1939- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Faire bouger les lignes

Après avoir vécu en Nouvelle-Angleterre durant les années 1960, elle choisit en 1972 la Bretagne comme nouveau port d’attache. Entretemps, son œuvre n’a cessé de se ramifier. Moderne dans son écriture, Marie-Claire Blais mêle les genres littéraires (Les Voyageurs sacrés, 1962) ou passe de l’un à l’autre (le recueil de poèmes Existences, 1964 ; la pièce de théâtre L’Exécution, 1968). Dans cet itinéraire polygraphique, un roman fait date : Une saison dans la vie d’Emmanuel (1965). Ce récit en forme de palimpseste agrège divers types d’écrits, comme le journal intime, la lettre ou le poème, et vaut à l’écrivaine de recevoir le prix Médicis en 1966. Elle prend ici à rebours le roman de terroir en se jouant de ses thèmes traditionnels, comme la famille nombreuse ou les paysages de neige. La Nouvelle-France d’avant la « révolution tranquille », souvent présentée comme une terre d’utopie catholique, subit ici des secousses aussi malignes que violentes, et ses habitants n’ont plus grand-chose à voir avec l’imagerie traditionnelle des Canadiens français. L’auteure place au premier plan un jeune poète tuberculeux, Jean le Maigre, sorte de double d’Émile Nelligan, le Rimbaud québécois, mort en 1941 dans un hôpital psychiatrique, et une vierge sujette à des crises mystiques, Héloïse. Celle-ci n’échappera à la pesanteur familiale et au couvent que pour tomber entre les griffes de madame Enbonpoint, patronne de bordel.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages






Écrit par :

  • : maître de conférences, habilité à diriger des recherches, formateur en lettres à l'École supérieure du professorat et de l'éducation, Paris-Sorbonne

Classification


Autres références

«  BLAIS MARIE-CLAIRE (1939- )  » est également traité dans :

CANADA - Arts et culture

  • Écrit par 
  • Andrée DESAUTELS, 
  • Roger DUHAMEL, 
  • Marta DVORAK, 
  • Juliette GARRIGUES, 
  • Constance NAUBERT-RISER, 
  • Philip STRATFORD
  • , Universalis
  •  • 25 025 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le roman »  : […] Le roman fait son entrée dans la littérature canadienne avec l'œuvre d'un vieillard cultivé, Philippe Aubert de Gaspé ( Les Anciens Canadiens ) : il se penche sur le passé franco-canadien. Antoine Gérin-Lajoie ( Jean Rivard ), journaliste-juriste, également épris du passé national, se fait l'avocat de la colonisation et du retour à la terre. Célibataire sensible et mélancolique, Laure Conan ( Angé […] Lire la suite

QUÉBEC

  • Écrit par 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Henri ROUGIER, 
  • Antony SORON
  •  • 14 454 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Vitalité du roman »  : […] Jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, le roman québécois est essentiellement rural et idéaliste. Il pose avec Damase Potvin ( L'Appel de la terre , 1919) le problème de la succession sur la terre paternelle : les fils sauront-ils résister à l'appel de la ville et resteront-ils attachés à leur terroir ? Trente Arpents (1938) de Ringuet, à la suite du Menaud maître-draveur (1937) de Félix-Antoine S […] Lire la suite

Pour citer l’article

Antony SORON, « BLAIS MARIE-CLAIRE (1939- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-claire-blais/