RAJOY MARIANO (1955- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Formation et premiers pas politiques

Mariano Rajoy Brey naît le 27 mars 1955 à Saint-Jacques-de-Compostelle, en Galice. Il est l’aîné de quatre enfants d’une famille conservatrice de la classe moyenne très liée à la vie politique de la région. Son père est magistrat, et la famille déménage souvent au gré de ses affectations. Mariano Rajoy passe ainsi son enfance entre Oviedo, Orense et, surtout, León, où il est élève chez les jésuites. Il fait ensuite des études de droit à l’université de Saint-Jacques-de-Compostelle, où il obtient une licence en 1977. Un an plus tard, à vingt-trois ans seulement, il devient le plus jeune lauréat du concours de conservateur des hypothèques. Ses années d’études à Saint-Jacques-de-Compostelle coïncident avec celles de la transition démocratique, qu’il vit avec « une grande intensité » d’après ses Mémoires, ce qui lui aurait donné envie de se consacrer à la politique.

Mariano Rajoy exerce sa profession de conservateur des hypothèques à Padrón (Galice), puis à Villafranca del Bierzo (León). Il effectue son service militaire à Valence quelques mois avant le coup d’État militaire raté de février 1981. La même année, il entre en politique au sein d’Alianza popular (Alliance populaire, AP), une formation conservatrice, et devient le plus jeune député du Parlement galicien, la Xunta, lors des premières élections autonomistes de l’histoire de la Galice. Mais il abandonne son siège pour occuper le poste de directeur général des relations institutionnelles de la Xunta, avant d’être élu, en 1983, conseiller municipal à Pontevedra puis, en 1986, président du conseil général de la province de Pontevedra et vice-président de la Xunta. Toutefois, en septembre 1987, le gouvernement régional, victime d’une motion de censure, doit céder la place à un gouvernement de coalition présidé par un socialiste. Mariano Rajoy se retrouve sans charge élective. Mais, depuis 1987, il fait partie du comité exécutif national de l’AP, où il jouit d’une réputation de politicien modéré, discret et efficace. Il collabore ainsi à la refondation de l’AP en Parti populaire [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur des Universités à l'université de Paris-VIII, membre de l'Institut universitaire de France

Autres références

«  RAJOY MARIANO (1955- )  » est également traité dans :

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - Le retour à la démocratie

  • Écrit par 
  • Guy HERMET, 
  • Mercedes YUSTA RODRIGO
  •  • 10 708 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « De la crise économique à la crise politique »  : […] Malgré ces tensions, le P.S.O.E. remporte les élections législatives de mars 2008 avec une marge confortable (43,9 p. 100 des votes face à 39,9 p. 100 pour le P.P.). Mais la crise économique mondiale, déclenchée en 2007 par la crise des subprimes aux États-Unis et l'effondrement de la banque Lehman Brothers, va toucher l'Espagne dès la fin de 2008. L'économie espagnole, qui repose essentiellement […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - Économie

  • Écrit par 
  • Nacima BARON, 
  • Sabine LE BAYON
  •  • 8 410 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « 2012 : L'Europe au secours des finances espagnoles »  : […] À partir du printemps 2012, les chefs d’État européens organisent une mobilisation politique intense pour sauver l'euro. Le nouveau président du gouvernement, Mariano Rajoy, obtient l'assurance que le refinancement de la dette sera sécurisé par une opération qui consolidera en même temps les banques espagnoles. La Banque centrale européenne émet des eurobons en direction des établissements financ […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

28 avril 2019 Espagne. Victoire socialiste aux élections législatives.

Mariano Rajoy (Parti populaire, PP, conservateur) en juin 2018 et du rejet du budget par le Congrès des députés en février. Le PSOE progresse, obtenant 28,7 p. 100 des suffrages et 123 sièges sur 350. Avec 16,7 p. 100 des voix et 66 élus, le PP de Pablo Casado s’effondre. Ciudadanos (centre droit) d’Albert Rivera est en léger progrès avec 15,9 p. 100 […] Lire la suite

1er-13 juin 2018 Espagne. Élection du socialiste Pedro Sánchez à la tête du gouvernement.

Mariano Rajoy. Celle-ci avait été déposée par le secrétaire général du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) Pedro Sánchez à la suite de la condamnation, en mai, du Parti populaire (PP) au pouvoir dans le procès de l’« affaire Gürtel ». La motion recueille 180 voix contre 169 – celles des élus du PP et de Ciudadanos – et une abstention. Pedro Sánchez […] Lire la suite

24 mai 2018 Espagne. Condamnation du Parti populaire dans le procès de l'« affaire Gürtel ».

Mariano Rajoy elle-même qui doit restituer près de 250 000 euros de financement illégal. Le président de Ciudadanos Albert Rivera annonce son intention de reconsidérer ses relations avec le gouvernement minoritaire de Mariano Rajoy, tandis que le Parti socialiste ouvrier espagnol de Pedro Sanchez dépose une motion de défiance contre le gouvernement […] Lire la suite

3-4 mai 2018 Espagne. Dissolution de l'ETA.

Mariano Rajoy annonce la poursuite des actions judiciaires à son encontre. Le 4, la dissolution de l’ETA est officialisée à Cambo-les-Bains (Pyrénées-Atlantiques), lors d’une conférence parrainée par des personnalités internationales. […] Lire la suite

8 mars 2018 Espagne. Mobilisation en faveur de l'égalité salariale.

Mariano Rajoy refusent de travailler par solidarité. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Mercedes YUSTA RODRIGO, « RAJOY MARIANO (1955- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mariano-rajoy/