RADCLYFFE HALL MARGUERITE RADCLYFFE-HALL dite (1880-1943)

Romancière anglaise née le 12 août 1880 à Bournemouth (Hampshire), morte le 7 octobre 1943 à Londres.

Marguerite Radclyffe-Hall fait ses études à King's College à Londres puis en Allemagne. Elle commence sa carrière littéraire en écrivant des poèmes qui seront publiés plus tard dans un recueil de poésie en 5 volumes. The Blind Ploughman (« Le Laboureur aveugle »), un de ses poèmes les plus connus, est mis en musique par Conigsby Clarke. En 1924, elle a déjà écrit ses deux premiers romans, The Forge (« La forge ») et The Unlit Lamp (La Flamme vaincue). Dans ce dernier livre Radclyffe Hall aborde pour la première fois le thème des amours lesbiennes. Adam's Breed (Fils d'Adam), un roman plein de sensibilité sur la vie d'un homme qui travaille dans un restaurant, publié en 1926, remporte le prix Femina, très convoité, et le James Tait Black Memorial Prize du roman en 1927.

La célébrité de Radclyffe Hall se transforme en notoriété avec la publication de The Well of Loneliness (1928, Le Puits de solitude) dans lequel elle explore en détail les liens d'affection qui unissent une jeune fille à une femme plus âgée. L'histoire d'amour, intense et sincère, provoque un véritable scandale et est condamnée par les Britanniques. Un magistrat londonien, sir Chartres Biron, va même jusqu'à décréter que, bien que très digne et plein de réserve, le livre est un appel aux « honnêtes gens » non seulement à reconnaître l'existence du lesbianisme mais aussi à considérer que la personne concernée n'en est pas responsable. Il juge le livre obscène et ordonne que tous les exemplaires en soient détruits. Plus tard, un arrêt prononcé par une cour des États-Unis déclare, en désaccord avec Biron, que la discussion de l'homosexualité n'est pas obscène en soi. À la suite d'un appel, la censure britannique du Puits de solitude est finalement levée après la mort de son auteur.

Bien que le verdict américain ait donné raison à Radclyffe Hall, cette dernière n'écrit plus de roman prêtant à la controverse. Parmi ses autres écrits, on trouve Twixt Earth and Stars : Poems (« Entre la Terre et les étoiles : poèmes ») (1906), Songs of Three Counties and Other Poems (« Chants des trois comtés et autre poèmes ») (1913), The Master of the House (« Le maître de la maison ») (1932) et The Sixth Beatitude (« La sixième béatitude ») (1936). À sa demande, le roman sur lequel elle travaille à la fin de sa vie est détruit après sa mort.

—  Universalis

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Classification


Autres références

«  RADCLYFFE HALL MARGUERITE RADCLYFFE-HALL dite (1880-1943)  » est également traité dans :

HOMOSEXUALITÉ

  • Écrit par 
  • Frédéric MARTEL
  •  • 9 204 mots

Dans le chapitre « L'homosexualité féminine longtemps passée sous silence »  : […] Vivien, Djuna Barnes, Liane de Pougy... Le salon ne désemplit pas jusqu'à la guerre. Radclyffe Hall (l'auteur du fameux Puits de solitude, 1928) y débarque, comme Gertrude Stein et Alice Toklas. « Je suis très capable de prévoir votre légende future, écrit Marguerite Yourcenar à Natalie Barney, [...]. On admire surtout, sans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homosexualite/#i_30239

Pour citer l’article

« RADCLYFFE HALL MARGUERITE RADCLYFFE-HALL dite (1880-1943) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marguerite-radclyffe-hall/