FONTEYN MARGOT (1919-1991)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une grande dame de la danse

De son vrai nom Peggy Hookham, Margot Fonteyn est née le 18 mai 1919 à Reigate, au sud de Londres. Elle passe une partie de son enfance à Shanghai, où elle étudie la danse sous la direction de Gontcharov, puis à Londres où elle est l'élève d'Astafieva.

Margot Fonteyn

Photographie : Margot Fonteyn

Margot Fonteyn (1919 - 1991) et David Blair (1932-1976), lors d'une répétition de Cendrillon, à Covent Garden, à Londres, en 1965. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Elle débute, en 1934, dans la troupe du Sadler's Wells Ballet, interprétant le petit rôle du flocon de neige dans Casse-Noisette. Elle est alors remarquée par Ninette de Valois, collaboratrice de Diaghilev et fondatrice du Sadler's Wells Ballet (l'actuel Royal Ballet), qui lui trouve son nom de scène.

En 1935, dans une œuvre de Frederick Ashton, Le Baiser de la fée, sur une musique de Stravinski, elle se voit confier son premier grand rôle. Sous la direction du même chorégraphe, Margot Fonteyn interprète l'année suivante La Femme en robe de bal, où elle rencontre celui qui sera son partenaire, Robert Helpmann. Lors de ce ballet, Ashton a trouvé en elle l'interprète capable de révéler les plus profonds aspects de son art. Elle apparaîtra dans la plupart de ses œuvres : Nocturne (1936), Les Patineurs (1937), Première Arabesque, un solo (1937), Cupidon et Psyché (1939) puis Un pas de deux (1939) sur un Prélude de Chopin, avec Robert Helpmann comme partenaire.

Pendant la guerre, Margot Fonteyn continue d'illustrer le ballet anglais avec Dance Sonata (1940) sur une musique de Liszt et Wise Virgins sur une musique de Bach (1940). The Quest (1943) est une adaptation du poème de Spenser : The Faerie Queene, où elle personnifie la vérité. Margot Fonteyn est alors la première Ballerina assoluta surgie d'une compagnie anglaise. On vante l'élégance de sa danse, toute britannique, son sens inné des proportions, sa réserve exemplaire. On l'apprécie dans la reprise des plus grands rôles : la princesse Aurore dans La Belle au bois dormant (1946), Sylvia (1952), La Péri (1956), Ondine (1958), Odette dans Le Lac des cygnes (1967). Très romantique par nature, Margot Fonteyn n'a aucune peine à imaginer le personnage de Giselle, tendre et timide, vivant son premier amour : [...]

Margot Fonteyn

Photographie : Margot Fonteyn

La Britannique Margot Fonteyn (1919-1991), ici dans «L'Oiseau de feu» en 1956, a été l'une des plus grandes et des plus gracieuses ballerines du XXe siècle. Elle a formé, sur scène, avec Rudolf Noureev, le plus célèbre et le plus talentueux couple de la danse classique. 

Crédits : Baron/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Margot Fonteyn

Margot Fonteyn
Crédits : Hulton Getty

photographie

Margot Fonteyn

Margot Fonteyn
Crédits : Baron/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Margot Fonteyn et Rudolf Noureev

Margot Fonteyn et Rudolf Noureev
Crédits : Victor Blackman/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  FONTEYN MARGOT (1919-1991)  » est également traité dans :

ASHTON FREDERICK (1904-1988)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 368 mots

Danseur et chorégraphe britannique né le 17 septembre 1904 à Guayaquil (Équateur), mort le 18 août 1988 dans le Suffolk (Angleterre). Ashton étudie la danse à Londres auprès de Léonide Massine, Nikolaï Legat et Marie Rambert. Cette dernière encourage ses premières tentatives chorégraphiques, The Tragedy of Fashion (1926) et Capriol Suite (1930). Ashton intègre en 1933 la compagnie du Vic-Wells […] Lire la suite

NOUREEV RUDOLF (1938-1993)

  • Écrit par 
  • Ariane DOLLFUS
  •  • 2 296 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Avec Margot Fonteyn »  : […] Fortement médiatisée, la défection du danseur transfuge est interprétée comme un geste « dissident », terme par ailleurs impropre, puisque son choix de rester en Occident fut plus artistique que politique. Cible de choix pour le KGB, Noureev se voit condamné dans son pays à sept ans de prison pour « acte de trahison ». En Occident, après sa demande d'asile, il est aussitôt engagé par les ballets d […] Lire la suite

Pour citer l’article

Agnès IZRINE, Pierre LARTIGUE, « FONTEYN MARGOT - (1919-1991) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/margot-fonteyn/