MARGES CONTINENTALES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les marges continentales passives de divergence

Aux marges actives, on oppose généralement les marges passives, ou stables, qui sont des régions calmes, sans manifestation géodynamique perceptible. Mais, en réalité, les marges passives sont très différentes selon qu'elles sont construites sur une ancienne faille transformante (cf. Les marges de coulissage) ou sur une ancienne frontière de plaques divergentes.

On distingue sur les marges passives de divergence (ou marges d'arrachement) trois grandes unités morphologiques. Bordant la côte, la plate-forme continentale (ou plateau continental) est large de 70 kilomètres en moyenne, peu profonde (de 0 à 200 m) et doucement inclinée vers le large. Successivement émergée et submergée au rythme des glaciations (régressions) ou des déglaciations (transgressions) de l'ère quaternaire, la plate-forme conserve les traces de phases successives d'érosion ou de sédimentation. En période de haut niveau marin, comme c'est le cas à l'époque actuelle, la plate-forme progresse par le dépôt frontal de couches meubles qui construisent ainsi un prisme sédimentaire « progradant ». Un peu plus au large, la pente continentale s'étage entre 200 et 3 000 ou 4 000 mètres de profondeur ; sa déclivité est de 7 p. 100 en moyenne. Elle est entamée, souvent profondément, par des vallées ou des canyons sous-marins, par où transitent les sédiments. Enfin, le glacis continental est situé en eau profonde (de 3 000 à 5 000 m), à cheval sur la croûte continentale amincie de la marge et la croûte océanique. Là viennent s'accumuler les sédiments transportés depuis le continent via les canyons. Ainsi se construisent notamment les deltas sous-marins profonds, où se reconnaissent les chenaux et leurs méandres, des levées latérales bordant les chenaux, et des glacis profonds qui se raccordent à la plaine abyssale océanique.

Marge passive

Dessin : Marge passive

Bloc diagramme d'une marge continentale passive de divergence (ou d'arrachement). Les hauteurs sont multipliées par quatre par rapport aux distances horizontales. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Le « rifting » et la naissance des marges passives de divergence

Les marges passives de divergence (ou d'arrachement) gardent la mémoire du stade initial de la dérive continentale, lorsque le continent originel a été partagé en deux par une déchirure lithosphérique (en anglais : rift), qui est en quelque sorte l'embryon d'un océan. À cet endroit, la lithosphère (y compris la croûte continentale) a été étirée et amincie par le début d'écartement des deux plaques, avant d'être complètement brisée par la naissance d'un jeune océan. Les marges passives d'arrachement sont construites sur l'ancien rift, partagé en deux moitiés par l'ouverture océanique. À chaque rift continental correspondent ainsi deux marges « conjuguées », autrefois jointives, maintenant situées de part et d'autre de l'océan, parfois à plusieurs milliers de kilomètres l'une de l'autre.

Ainsi s'expliquent la nature continentale de la croûte sous la marge et son amincissement depuis la côte (de 30 à 35 km d'épaisseur) jusqu'à sa frontière avec le domaine océanique néoformé (de 10 à 7 km d'épaisseur). Ainsi s'explique aussi la structure superficielle de cette croûte, enfouie sous d'épais sédiments, mais où la sismique met en évidence les anciennes failles et les blocs crustaux affaissés et basculés (espacement moyen entre les blocs : 15 km), qui sont des structures d'extension, héritées du rift continental initial. Enfin, cette évolution permet de classer les sédiments accumulés sur les marges d'arrachement en trois grands ensembles, selon qu'ils se sont disposés avant le « rifting » (quand le continent n'était pas encore brisé), pendant l'extension de la croûte (les sédiments s'accumulent alors sur les panneaux de socle effondrés entre des failles actives), enfin après la période d'activité du rift, c'est-à-dire pendant l'ouverture océanique et la création de nouvelle lithosphère à l'axe des dorsales océaniques.

Marge passive de Galice : sismique réflexion

Dessin : Marge passive de Galice : sismique réflexion

Profil de sismique réflexion enregistré sur la marge passive de la Galice, à l'ouest de l'Espagne, montrant les blocs crustaux basculés hérités du « rifting » de la marge. La vitesse des ondes sismiques est de l'ordre de 2,5 km/s dans les sédiments post-rift (1), dont l'épaisseur... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Il reste à comprendre les modalités de l'amincissement crustal sous les rifts continentaux. Jusqu'au début des années quatre-vingt, cet amincissement était expliqué par un simple étirement horizontal de la lithosphère, comparable à une pâte qui se déforme de façon homogène. À mesure du progrès des connaissances, on a cependant découvert que les rifts continentaux sont des structures géologiques dissymétriques, et que les marges de divergence maintenant séparées par un océan ne sont pas de simples images l'une de l'autre. Pour expliquer ces particularités, on pense maintenant que la lithosphère n [...]

Origine d'une marge passive de divergence : hypothèse 1

Dessin : Origine d'une marge passive de divergence : hypothèse 1

Coupes expliquant l'origine d'une marge continentale passive de divergence. Hypothèse 1 : étirement homogène de la lithosphère (d'après X. Le Pichon et coll., 1982). a : mise en extension de la lithosphère continentale ; b : amincissement de la lithosphère résultant de son étirement... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Marges actives, passives de divergence et passives de coulissage

Marges actives, passives de divergence et passives de coulissage
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Schéma simplifié de la tectonique des plaques

Schéma simplifié de la tectonique des plaques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Arc insulaire actif

Arc insulaire actif
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Marge passive

Marge passive
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 9 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie, directeur du laboratoire de géodynamique sous-marine du Cerov à Villefranche-sur-Mer

Classification

Autres références

«  MARGES CONTINENTALES  » est également traité dans :

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Anne FAURE-MURET
  •  • 18 709 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Évolution des marges orientales de l'Afrique »  : […] Nous avons vu, au cours du Karoo, se manifester, dès la fin du Permien et au Trias, des influences marines, mais relativement brèves. La véritable transgression n'a lieu qu'à partir du Lias supérieur et elle ne prend toute sa valeur qu'au Jurassique moyen. La mer du Lias à Bouleiceras (une Ammonite caractéristique de la faune mésogéenne indo-malgache) a sans doute couvert toute l'île de Madagasca […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • René BLANCHET, 
  • Jacques BOURGOIS, 
  • Jean-Louis MANSY, 
  • Bernard MERCIER DE LÉPINAY, 
  • Jean-François STEPHAN, 
  • Marc TARDY, 
  • Jean-Claude VICENTE
  •  • 24 183 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Les Amériques et les modèles d'orogenèses »  : […] Les Amériques fournissent donc des modèles d'orogenèses liées à la subduction, où elles sont exemplaires, et à l'obduction et à la collision, où elles apportent des compléments d'information. À cela s'ajoute la mise en évidence de puissantes translations longitudinales conduisant à des « collages » qui s'opposent aux « charriages » transversaux liés aux subductions et aux collisions. Le modèle or […] Lire la suite

ANDÉSITES ET DIORITES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CARRON, 
  • Maurice LELUBRE, 
  • René MAURY
  • , Universalis
  •  • 2 065 mots
  •  • 2 médias

Lorsque le magma surgit en surface, il se refroidit rapidement en donnant une masse pâteuse où s'expriment peu de cristaux aux formes macroscopiques : c'est une roche volcanique. En revanche, si le magma refroidit en profondeur, donc lentement, la cristallisation a le temps de s'exprimer pour donner une roche grenue (les grains sont les cristaux) : c'est une roche plutonique. Ainsi, les andésite […] Lire la suite

ATLANTIQUE OCÉAN

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 8 383 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Marges continentales »  : […] Autour de chaque continent, la cassure de la Pangée a créé une marge fracturée et affaissée, qui a reçu ensuite une abondante sédimentation. Parfois, d'assez vastes aires de croûte continentale ont été affaissées d'un bloc, ce sont les plateaux marginaux (comme le plateau du Blake) situés à flanc d'escarpement continental, ou bien ont été franchement séparés du continent principal pour donner de […] Lire la suite

CANYONS SOUS-MARINS

  • Écrit par 
  • Maurice GENNESSEAUX
  •  • 7 529 mots
  •  • 4 médias

Les canyons sous-marins sont des vallées encaissées qui entaillent profondément – sur 1 000 à 1 500 mètres – les marges continentales, depuis le sommet de la pente (ou même parfois depuis le littoral) jusqu'au glacis, où le relief s'estompe rapidement. Leur ressemblance avec les cours fluviaux a très tôt fait naître de vives controverses quant à leur origine. Mais, depuis les années 1960, le déve […] Lire la suite

CARPATES

  • Écrit par 
  • André BLANC, 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Mircea SANDULESCU
  • , Universalis
  •  • 4 837 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les unités de la marge continentale pré-apulienne »  : […] Au sud et à l'ouest de la suture majeure téthysienne, la marge continentale pré-apulienne comprend un ensemble d'unités qui affleure au sein de la dépression pannonienne (monts Villányi, de Mecsek et de Bakom ou sur ses bordures (Carpates occidentales centrales, monts Apuseni). Les Tatrides (Slovaquie) et l'unité de Bihor (monts Apuseni) sont les plus profondes unités tectoniques et les plus exte […] Lire la suite

ÉPICONTINENTALES MERS

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 1 835 mots
  •  • 2 médias

Les mers épicontinentales sont des extensions de l'océan sur les continents, parmi les terres émergées. Au sens géophysique du terme, les continents sont des blocs d'une croûte plus légère que le manteau supérieur sur lequel elle repose, et ces blocs sont séparés les uns des autres par des espaces où n'existe qu'une croûte océanique beaucoup plus mince. Les marges des blocs continentaux sont sou […] Lire la suite

EUROPE - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Pierre RAT
  •  • 10 015 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'Europe du Nord : continents et océans »  : […] Malgré cette mobilité des continents, on parvient à retrouver certains traits de l'organisation géographique, de sorte que l'on peut esquisser un schéma pour la partie nord de l'Europe au Paléozoïque inférieur . Le dispositif paléogéographique s'ordonne autour du noyau précambrien (bouclier balte et plate-forme russe), qui est alors un continent solide, assez stable, définitivement aplani par l'é […] Lire la suite

LITHOSPHÈRE

  • Écrit par 
  • Marc DAIGNIÈRES, 
  • Adolphe NICOLAS
  •  • 6 967 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Subduction de la lithosphère océanique »  : […] Du point de vue de la dynamique des plaques, l'âge de 30 millions d'années présente pour la lithosphère océanique un intérêt particulier. La flottabilité sur l'asthénosphère se mesure en considérant ses deux composantes : la croûte océanique moins dense que l'asthénosphère et la partie mantellique de la lithosphère, plus froide et, par conséquent, plus dense que l'asthénosphère. Il s'avère que l'â […] Lire la suite

MÉDITERRANÉENNE AIRE

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Henri GAUSSEN, 
  • Hervé HARANT
  • , Universalis
  •  • 8 279 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Tectoniques superposées au cours du temps dans les chaînes alpines »  : […] L'ensemble des chaînes alpines du domaine méditerranéen – comme d'ailleurs de toute l' Eurasie méridionale – résulte de la collision de l'Eurasie avec les continents méridionaux, Afrique, Arabie et Inde, autrefois soudés en un Gondwana, aux dépens d'un océan aujourd'hui disparu, la Téthys, qui s'allongeait de l'Indonésie aux Caraïbes. La disparition de la Téthys se fit en deux étapes principales : […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gilbert BOILLOT, « MARGES CONTINENTALES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/marges-continentales/