MARELLE, Julio CortázarFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une quête métaphysique

C'est par un processus de « refondation » que passe Horacio Oliveira, le personnage central de Marelle, au cours d'une trajectoire bohème, marquée par l'absurde et le pathétique, qui le mène de Paris à Buenos Aires et qui le laisse, selon un final à la fois énigmatique et ouvert, au bord de la folie et du suicide. Le roman s'achève de manière insolite sur la vision d'une marelle, dans laquelle Oliveira croit trouver l'achèvement de son périple intérieur. Oliveira incarne cette « quête » qui hante tous les personnages de Cortázar et qui implique une dissolution des « fausses dichotomies » (contemplation/action, raison/intuition, matière/esprit), afin d'aboutir à une sorte de « dépaysement » d'ordre ludique et à la perception d'un « autre ordre plus secret et moins communicable ». D'où l'abondance des jeux sur le langage, des « carambolages de sens » qui remettent en cause notre conception du temps, de l'espace et de la causalité. Il n'y a donc dans Marelle aucune « révélation », aucune « culmination », mais plutôt un appel permanent à cette « simplicité », à cette « disponibilité » qu'on découvre chez un des plus beaux personnages inventés par Cortázar : la Sibylle, maîtresse d'Oliveira, femme étrange et fantasque, dont le regard intérieur est constamment tourné vers un nouvel espace à vivre et à rêver.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  MARELLE, Julio Cortázar  » est également traité dans :

CORTÁZAR JULIO (1914-1984)

  • Écrit par 
  • Jacqueline OUTIN, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 4 201 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un romancier métaphysique »  : […] Dans ses deux grands romans, Cortázar institue à la fois plusieurs dimensions. Chacun est à lui seul plusieurs livres. Les Gagnants ( Los Premios , Buenos Aires, 1960), réunis par le hasard à bord du Malcolm , se groupent ou s'affrontent dans l'espace clos du bateau, où l'insolite fait son apparition dès le début. Mais cette croisiè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/julio-cortazar/#i_25403

Pour citer l’article

Claude FELL, « MARELLE, Julio Cortázar - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marelle-julio-cortazar/