MENÉNDEZ Y PELAYO MARCELINO (1856-1912)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du nationalisme à l'humanisme

Si La Science espagnole est surtout un pamphlet, discutable, mais profondément significatif du « complexe culturel » dont souffre alors l'Espagne, l'Historia de los Heterodoxos, publiée de 1880 à 1882, établit définitivement la réputation de l'écrivain. Dans ses trois gros volumes, il fait le relevé de toutes les déviations de la pensée religieuse espagnole. Une telle somme ne pouvait être écrite que par un auteur se souciant peu d'une approche véritablement « critique » des doctrines exposées. Menéndez y Pelayo ne cherche pas à comprendre et encore moins à justifier d'un point de vue historique, social ou même psychologique la série monotone des « errements » que sont pour son esprit militant les diverses hérésies ou déviations. Seuls trouvent grâce à ses yeux les écrivains qui par un heureux privilège sont restés « espagnols » de cœur et surtout de style. Ainsi s'explique sa relative compréhension dans le cas d'un Juan de Valdés ou d'un abbé Marchena. Passionné de la Renaissance, Menéndez y Pelayo porte toujours une grande admiration aux auteurs qui ont su garder intact l'héritage classique, en particulier celui d'Horace. Ici encore se manifeste son nationalisme culturel. Plus que les « hérétiques » de toutes sortes, il blâme les auteurs dont la pensée ou le style lui semblent un reflet des grandes cultures européennes non latines. La pensée libérale est moins condamnée comme telle que comme pensée sans racines dans le sol hispanique. Malgré le parti pris de l'auteur, franchement étalé, malgré ses jugements abrupts, Les Hétérodoxes, dont certaines appréciations seront plus tard nuancées dans les notes, restent une œuvre incomparable et d'influence idéologique durable.

Malheureusement, ce fut l'aspect militant de cette œuvre qui valut plus tard à Menéndez y Pelayo le discutable honneur de devenir la référence idéologique officielle de la culture nationale au lendemain de la guerre civile. Œuvre de jeunesse et de combat, l'Histoire des Hétérodoxes est loin de constituer le plus solide fondement de sa gloire. Conservateur en politique et [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MENÉNDEZ Y PELAYO MARCELINO (1856-1912)  » est également traité dans :

ROMANCERO

  • Écrit par 
  • Daniel DEVOTO
  •  • 2 892 mots

Dans le chapitre « Romancero viejo »  : […] Fréquemment employé dès le xiii e siècle, il faut attendre la seconde moitié du xv e siècle pour que le terme romance recouvre son sens actuel. C'est précisément à cette époque que remontent les romances les plus anciens que l'on possède. D'illustres chercheurs ont déployé des trésors d'ingéniosité afin de faire reculer cette date, mais sans succès. S. Griswold Morley a dressé la liste des premi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/romancero/#i_14336

Pour citer l’article

Edouardo DE FARIA, « MENÉNDEZ Y PELAYO MARCELINO - (1856-1912) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcelino-menendez-y-pelayo/