Annales à l’écran et au décryptage des images" />

FERRO MARC (1924- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Épreuves historiques, travail d’historien

La vie de Marc Ferro est marquée par des événements et des engagements précoces qui orienteront en partie ses intérêts de recherche. Né à Paris le 24 décembre 1924, élève au lycée Racine, il connaît l’exode en 1940, puis le départ en zone non occupée en 1941, pour échapper à la politique antisémite de Vichy dont sa mère sera victime en déportation. Étudiant à Grenoble à partir de 1942, il rejoint au même moment un réseau de résistance dont fait également partie Annie Becker (la future historienne Annie Kriegel) puis, en juillet 1944, le maquis du Vercors où il survit à l’assaut donné par les Allemands.

Après-guerre, il devient professeur d’histoire à Paris, puis à Oran (Algérie) à partir de 1948, où il prend conscience du fait colonial. Alors que la guerre d’Algérie débute, en 1954, il contribue à fonder Fraternité algérienne, un mouvement progressiste qui disparaît avec l’amplification des violences en 1956. Bien que n’ayant pas obtenu l’agrégation d’histoire, il fait une série de rencontres qui vont influer sur sa carrière : celle de Pierre Renouvin qui oriente sa thèse de troisième cycle vers la révolution russe de 1917 et le fait entrer au C.N.R.S., celle de l’équipe des Cahiers du monde russe et soviétique, qui lui permet d’effectuer des séjours d’étude en U.R.S.S. où il parvient à obtenir l’accès à des archives rares, bien qu’il n’ait aucune prédisposition, linguistique en particulier, pour ce champ de recherches.

Colons et colonisés, Marc Ferro

Colons et colonisés, Marc Ferro

Vidéo

L'historien Marc Ferro, spécialiste de l'histoire de la Grande Guerre, de la Russie et de la colonisation, nous donne son analyse de certains aspects débattus du phénomène colonial :Est-il justifié de distinguer deux âges coloniaux, le premier marqué par les conquistadores, dont la cruauté... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Cela débouche sur un ouvrage publié en 1967, La Révolution de 1917, parmi les premiers à étudier la politisation populaire en 1917, prolongé par un important article sur « Le soldat russe en 1917 » dans les Annales (1971) et par une thèse d’État (1976), toujours centrée sur la révolution de 1917, mais qui en complexifie la compréhension en montrant l’importance, à côté des soviets ou du parti bolchevik, d’autres instances comme les comités d’usine ou de quartier.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : agrégé, docteur en histoire, professeur en classes préparatoires

Classification


Autres références

«  FERRO MARC (1924- )  » est également traité dans :

LE LIVRE NOIR DU COLONIALISME (dir. M. Ferro)

  • Écrit par 
  • Benjamin STORA
  •  • 999 mots

L'idée coloniale et le colonialisme lui-même sont-ils à ranger au magasin des accessoires de l'histoire ? Tout le monde ou presque réprouve aujourd'hui la colonisation, alors que cette aventure humaine continue de hanter l'imaginaire collectif des uns (les héritiers des colonisateurs) et des autres (les descendants des colonisés). Que reste-t-il de cett […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-livre-noir-du-colonialisme/#i_51844

Voir aussi

Pour citer l’article

André LOEZ, « FERRO MARC (1924- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marc-ferro/