VALLS MANUEL (1962- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La période militante

Né le 13 août 1962 à Barcelone, Manuel Valls est le fils d’un artiste-peintre catalan, issu de la bourgeoisie catholique, installé à Paris en 1948, et d’une institutrice originaire du Tessin, en Suisse. Il n’acquiert la nationalité française qu’en 1982 – il n’a donc pas voté à la présidentielle de 1981. Tout juste majeur lors de la victoire de François Mitterrand, Manuel Valls avait adhéré l’année précédente au Mouvement des jeunes socialistes (MJS), militant à la faculté de Tolbiac (Paris-I) au sein du courant rocardien.

Il prend rapidement des responsabilités, entre au bureau national du MJS en 1981, au bureau national du syndicat étudiant UNEF-ID en 1983 – il sera un des représentants étudiants au conseil d’administration de l’université de Paris-I. La même année, il devient l’assistant parlementaire de Robert Chapuis, député de l’Ardèche et proche de Michel Rocard. Au cours de ces années de militantisme, bataillant pour faire exister le « rocardisme » dans des milieux estudiantins plutôt hostiles, Manuel Valls forge sa vocation et apprend les ficelles du métier politique. Cofondateur, en 1985, des clubs rocardiens « Forum XXI », Manuel Valls est élu au conseil régional d'Île-de-France à seulement vingt-quatre ans, en 1986, année au cours de laquelle il obtient une licence d’histoire.

En 1988, il prend la tête de la section PS d'Argenteuil-Bezons, dans le Val-d’Oise, et entre comme chargé de mission au cabinet de Michel Rocard, nommé Premier ministre par François Mitterrand. L’année suivante, Manuel Valls obtient son premier mandat municipal en devenant adjoint au maire communiste d’Argenteuil – mandat qu’il conserve jusqu’en 1998. En 1991, alors que Michel Rocard quitte Matignon, il est nommé délégué interministériel adjoint aux jeux Olympiques d’Albertville. S’il échoue par deux fois à se faire élire à la députation en 1993 et en 1997, dans les 4e et 5e circonscrip [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  VALLS MANUEL (1962- )  » est également traité dans :

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Hollande (2012-2017)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 7 004 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un quinquennat en deux temps »  : […] Le mandat de François Hollande connaît deux phases, la premère correspondant au gouvernement de Jean-Marc Ayrault, la seconde à celui de Manuel Valls. Le passage de l’une à l’autre est marqué par un net infléchissement de la politique de l’exécutif. La première est plus sociale, alors qu’au cours de la seconde se développent des thématiques plus libérales . L’inflexion est annoncée par le présiden […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2016

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 158 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La gauche en quête d’un second souffle »  : […] Les turbulences qui secouent la gauche sont indissociables de celles qui touchent le gouvernement. Le lancement par Emmanuel Macron, en avril, de son mouvement En marche !, présenté comme devant transcender le clivage traditionnel gauche-droite, rendait à brève échéance sa présence au gouvernement difficile à assumer. Après plusieurs mois d’incertitudes, marqués par une opposition sourde à la poli […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2015

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 369 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Un gouvernement par gros temps »  : […] L’activité législative et réglementaire est intense en 2015. Les textes les plus marquants sont en lien direct avec les attentats. Après l’adoption de la loi controversée du 24 juillet relative au renseignement et de celle du 20 novembre, prolongeant l’état d’urgence décrété le 14 novembre en Conseil des ministres, c’est le projet de réforme constitutionnelle (projet de loi constitutionnelle de p […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2014

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 693 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le temps des remaniements gouvernementaux »  : […] Après le revers des élections municipales, le président de la République se résout à se séparer de son Premier ministre Jean-Marc Ayrault. Le 31 mars, Manuel Valls devient Premier ministre . Sa popularité est alors nettement supérieure à celle du président, et s’étend au-delà de son propre camp politique. Certains membres de la majorité le trouvent cependant trop peu « à gauche », et sa nomination […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2013

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 309 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un manque de cohérence gouvernementale »  : […] Pour reprendre un mot en vogue depuis l’élection de François Hollande, les « couacs » du gouvernement (déclarations contradictoires des ministres et « recadrages » qui s’ensuivent) contribuent sans doute à nourrir la contestation tous azimuts, tout en nourrissant un certain pessimisme dans l’opinion, qui doute des capacités de l’exécutif à mener une politique favorable à la reprise économique, qui […] Lire la suite

TAUBIRA CHRISTIANE (1952- )

  • Écrit par 
  • Blaise MAGNIN
  •  • 1 098 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’entrée au gouvernement »  : […] Au cours de la primaire socialiste pour l’élection présidentielle de 2012, Christiane Taubira s’engage dans un premier temps en faveur d’Arnaud Montebourg qui représente la gauche du parti – comme lui, elle avait voté non au référendum sur le Traité constitutionnel européen en 2005 –, avant de soutenir François Hollande au second tour, puis de figurer dans son équipe de campagne. Dès sa nomination […] Lire la suite

Les derniers événements

France – Espagne. Annonce de la candidature de Manuel Valls à la mairie de Barcelone. 25 septembre 2018

L’ancien Premier ministre Manuel Valls annonce sa candidature à la mairie de Barcelone en vue des élections municipales qui doivent se tenir en mai 2019. Il entend se présenter en candidat indépendant, à la tête d’une plateforme citoyenne, avec le soutien, notamment, du parti unioniste libéral Ciudadanos. Le député de l’Essonne né dans la capitale catalane annonce dans le même temps l’abandon de toutes ses fonctions politiques en France. […] Lire la suite

France. Lancement du mouvement de Benoît Hamon. 1er-8 juillet 2017

 », mais une « nouvelle étape ». C’est la seconde défection de poids au PS depuis l’élection présidentielle, après celle de Manuel Valls en juin. Le 8, le congrès national du PS nomme une direction collégiale provisoire de seize membres parmi lesquels figure le député de la Loire Régis Juanico, proche […] Lire la suite

France. Victoire de La République en marche aux élections législatives. 11-29 juin 2017

(17), Gauche démocrate et républicaine (16). Dix-sept députés sont non-inscrits. L’ancien Premier ministre Manuel Valls, qui annonce son départ du PS, est apparenté au groupe LRM. Le 29, le groupe LRM obtient six présidences de commissions parlementaires sur huit. Le MoDem et LR en président chacun une. […] Lire la suite

France. Nomination du gouvernement et premiers pas du nouvel exécutif. 11-29 mai 2017

n’est investi dans certaines circonscriptions où des proches de Bruno Le Maire (LR) ou d’Alain Juppé (LR) se présentent, ainsi que face à Manuel Valls (PS). Celui-ci a sollicité en vain l’investiture de LRM, tandis que Bruno Le Maire a proposé de rallier la majorité présidentielle et qu’Alain Juppé […] Lire la suite

France. Ralliement de Jean-Yves Le Drian et de Manuel Valls à la candidature d’Emmanuel Macron. 23-29 mars 2017

Le 23, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian (PS) annonce son ralliement à la candidature d’Emmanuel Macron à l’élection présidentielle. Il est le premier poids lourd du gouvernement à le faire. Le 29, l’ancien Premier ministre Manuel Valls (PS), candidat malheureux à la primaire […] Lire la suite

Pour citer l’article

Blaise MAGNIN, « VALLS MANUEL (1962- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/manuel-valls/