LEGRIS MANUEL (1964- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un pur produit de l’Opéra de Paris

Né à Paris le 19 octobre 1964, Manuel Legris est admis à l’école de danse de l’Opéra de Paris en 1976. Il avouera lui-même ne pas y avoir brillé d'un éclat particulier. Lors des spectacles organisés chaque année à Paris, on le remarque pourtant. Par exemple en porteur de brouette dans Les Animaux modèles, un aimable divertissement inspiré à Serge Lifar par Jean de La Fontaine. Un professeur de l'École de danse, Lucien Duthoit, se risque à prédire que ce jeune élève deviendra un jour danseur étoile. En 1980, à la fin de son cycle d'études, il est admis dans le corps de ballet de l'Opéra de Paris. Les avis sont dès lors unanimes : il compte parmi les sujets de grand avenir. Comme un pianiste ses gammes, le jeune danseur multiplie les enchaînements avec une aisance qui stupéfie. Rien ne semble lui poser un problème, l'arrêter dans une progression rapide.

Visage juvénile, œil vert pétillant sous une chevelure bouclée, proportions impeccables, Manuel Legris allie tous les dons professionnels, mais aussi les qualités humaines indispensables au danseur, à savoir le courage et la volonté. De concours en concours, le voilà coryphée en 1981, sujet en 1982. John Neumeier le remarque et lui propose un rôle de soliste dans Un Songe d'une nuit d'été. En 1984, avec sa partenaire Élisabeth Maurin, il remporte le premier prix du Concours international d'Osaka, au Japon. Rudolf Noureev, qui dirige alors le Ballet de l'Opéra de Paris, n'est pas long à remarquer tous les avantages qu'il peut tirer d'un danseur aussi talentueux. À la première de Raymonda, en 1983, Manuel Legris danse en soliste. Puis, au cours de la seule saison 1985-1986, il se plie aux exigences du style bournonvillien dans Napoli, interprète Le Lac des cygnes de Vladimir Bourmeister, Roméo et Juliette de Rudolf Noureev. Il brille aussi dans Le Palais de cristal de Balanc [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  LEGRIS MANUEL (1964- )  » est également traité dans :

DUPONT AURÉLIE (1973- )

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 022 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un tournant décisif  »  : […] En 1997, Aurélie Dupont rencontre Pina Bausch qui l’a choisie pour le rôle de l’Élue dans sa version du Sacre du printemps . Cette chorégraphe explique son choix par un commentaire qui fera profondément réfléchir la danseuse : « Vous êtes une femme très dure, vous êtes une danseuse très dure, mais je suis sûre que vous êtes sensible, et c'est la raison pour laquelle je vous ai choisie, et je veux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aurelie-dupont/#i_70562

Pour citer l’article

Jean-Claude DIÉNIS, Agnès IZRINE, « LEGRIS MANUEL (1964- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/manuel-legris/