ALVAREZ BRAVO MANUEL (1902-2002)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une reconnaissance internationale

Très nettement progressiste, Manuel Alvarez Bravo ne cherchera pas à rendre compte de l'actualité pourtant houleuse de son pays dont il n'a conservé qu'une seule image, Ouvrier gréviste assassiné, étonnante composition faisant cohabiter violence et sérénité, et qui exprime sans ambiguïté son engagement. Son œuvre se développe en dialogue avec la poésie et la littérature de son pays, entre autres celles de son ami Juan Rulfo, l'auteur notamment de Pedro Paramo, lui-même excellent photographe. Il expose en 1956 au Museum of Modern Art de New York et, dès lors, son œuvre est montrée et collectionnée dans le monde entier. Il crée en 1959 le Fondo editorial de la plastica mexicana, organisme qui gère et publie de grands projets documentaires sur les expressions artistiques au Mexique, aussi bien indigènes qu'institutionnelles. Il en assurera la direction jusqu'en 1980. En 1981, il entreprend, à la demande de la fondation Televisa, une collection de photographies. Cette collection des grands maîtres de la photographie est déposée en 1986 au musée de la photographie de Mexico, désormais riche d'un fonds tout à fait original qui retrace l'histoire de cet art.

Ouvrier gréviste assassiné, M. Alvarez-Bravo

Ouvrier gréviste assassiné, M. Alvarez-Bravo

Photographie

Manuel Alvarez-Bravo, Ouvrier gréviste assassiné, Mexico, 1934, tirage argentique, 20,2 cm x 25,3 cm. F.R.A.C.-Aquitaine, Bordeaux. 

Crédits : F. Delpech/ Frac-collection Aquitaine

Afficher

À partir des années 1970, Alvarez Bravo reçoit prix et honneurs dans le monde entier et se confirme comme l'un des grands inventeurs de la photographie moderne avec Cartier-Bresson, Kertèsz, Walker Evans et Man Ray notamment. Des expositions très importantes comme celle que lui consacre le Museo de arte moderno de Mexico en 1992 (Les Années décisives 1925-1945) ou la grande rétrospective du MoMA de New York en 1997 permettent de mieux apprécier la place de cette œuvre singulière, dans laquelle le paysage tient une place aussi importante que le nu. Depuis une dizaine d'années Alvarez Bravo se consacrait exclusivement au nu, comme pour souligner la place essentielle de la femme dans son travail, réalisant de somptueux tirages au platine de ses photographies les plus importantes. En 1999, la galerie Agat [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  ALVAREZ BRAVO MANUEL (1902-2002)  » est également traité dans :

PHOTOGRAPHIE (art) - Un art multiple

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Jean-Claude LEMAGNY
  •  • 10 787 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Du reportage classique aux expressionnismes »  : […] Le reportage classique est toujours vivant. Pensons à la tradition parisienne des Brassaï et des Izis ( Paris des rêves , 1950). Même face aux idées les plus avancées, un Robert Doisneau garde sa présence, car sa bonté et son humour restent ouverts sur l'ambiguïté de la condition humaine. Au Royaume-Uni, Bert Hardy a aussi cette qualité comme l'eut le Suisse Gotthard Schuh. Aux États-Unis, Bill […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christian CAUJOLLE, « ALVAREZ BRAVO MANUEL - (1902-2002) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/manuel-alvarez-bravo/