MANON LESCAUT, Abbé PrévostFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les frasques d'un cadet de bonne famille

L'Histoire du chevalier Des Grieux et de Manon Lescaut se compose d'un Avis qui affirme, non sans humour, la vertu morale de ce roman, et d'une introduction de l'homme de qualité, Renoncour, qui présente sur un mode pathétique le couple infortuné, au moment où il est déporté en Amérique. Suit le récit de ses malheurs par des Grieux lui-même, revenu seul de Louisiane deux ans plus tard : le lecteur n'apprendra la mort – mystérieuse – de Manon que dans les dernières pages du roman.

L'histoire commence dans les dernières années du règne de Louis XIV. Le cadet de famille des Grieux, étudiant exemplaire de dix-sept ans, tombe sous le charme de Manon Lescaut, jeune fille d'une « naissance commune » que l'on conduit au couvent. Malgré les conseils de son tendre ami Tiberge, il s'enfuit avec elle à Paris et vit librement quelques semaines sur son petit pécule. Manon trouve d'autres ressources en la personne d'un fermier général qui révèle au père du chevalier l'adresse du fugitif. Ramené au logis, consolé et converti par le pieux Tiberge, des Grieux entame des études de théologie à Saint-Sulpice, où Manon vient le chercher un an plus tard. Les deux amants mènent alors une vie de plaisir et de friponnerie (vols, tricheries) qui conduit Manon à l'hôpital et des Grieux à Saint-Lazare, une prison confortable pour fils de famille. Ils s'évadent grâce à la complicité de Lescaut, le frère de Manon, et du fils d'un administrateur de l'hôpital. La dernière escroquerie commise par le couple leur sera fatale : Manon est condamnée à la déportation en Louisiane. Relâché grâce à son père, Des Grieux la suit en Amérique, où tous deux connaissent un bonheur paisible. Le projet hasardeux du héros d'épouser Manon, alors que tout le monde les croit mariés, déclenche la catastrophe : le gouverneur de la ville attribue d'office Manon à son neveu. Des Grieux se bat en duel avec son rival, puis s'enfuit avec Manon dans le désert. C'est là qu'elle périt après une marche de quelq [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : Maître de conférence à l'université de Paris III - Sorbonne Nouvelle

Classification


Autres références

«  MANON LESCAUT, Abbé Prévost  » est également traité dans :

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIIe s.

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 7 651 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le roman, fiction et critique »  : […] L’expansion phénoménale du roman a ouvert au genre des voies très variées. Le goût pour le romanesque reste vif : dans ses Confessions , Rousseau avoue une passion durable pour L Astrée . Il marque des œuvres de toute sorte, celles de l’abbé Prévost, de Claudine Alexandrine Guérin de Tencin, de Jean-Jacques R […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xviiie-s/#i_29676

PRÉVOST ABBÉ (1697-1763)

  • Écrit par 
  • Jean SGARD
  •  • 1 340 mots

Prévost d'Exiles est l'homme de toutes les contradictions : tour à tour moine et soldat, janséniste et jésuite, moraliste chrétien et philosophe libertin, il n'est d'aucune secte, d'aucun parti. Il ne se sent libre ni en France, ni en Angleterre, ni en Hollande ; rêvant de s'évader et revenant toujours à ses chaînes, il n'est nulle part chez lui ; il est, du nom même qu'il s'est donné, Prévost « d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prevost/#i_29676

Pour citer l’article

Erik LEBORGNE, « MANON LESCAUT, Abbé Prévost - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/manon-lescaut/