OLIVEIRA MANOEL DE (1908-2015)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Les Amours contrariées »

Au début des années 1930, Manoel de Oliveira fréquente les milieux littéraires de Porto regroupés autour de la revue Presença, animée par José Régio, son ami de toujours. « Oliveira représente une école à part, car c'est un homme de Porto, ville très dense, à l'esprit et à la matière très particuliers, et où les gens sont à la fois plus enracinés et plus solitaires » (Paulo Rocha).

En 1931, avec la complicité de son ami António Mendes, photographe à ses heures, Manoel de Oliveira fait ses débuts au cinéma – après une courte expérience d'acteur – avec Douro, faina fluvial. Il vient de voir Berlin, symphonie d'une grande ville de Walter Ruttmann. Son documentaire saisit la vie portuaire sur le vif, au sens où l'entendait Dziga Vertov, et, par l'importance accordée au montage, témoigne déjà d'un étonnant sens plastique : « La moderne poésie du fer et de l'acier, le charme de la nature dans ses divers aspects et nuances, la tonalité des heures, la joie et la misère de l'homme dans sa lutte pour le pain quotidien, tout cela nous est présenté avec une vraie grandeur au cours d'une journée de travail, sur les bords du fleuve Douro » (José Régio).

Dix ans plus tard, Oliveira tourne son premier long-métrage, Aniki-Bobó, adapté d'un conte de Rodrigues de Freitas, Meninos milionários. La tonalité de la photographie, due cette fois encore à António Mendes, n'est pas sans évoquer un certain réalisme poétique. André Bazin, qu'Oliveira rencontra au festival de Venise, a pu, lui, y voir un film précurseur du néo-réalisme. Aniki-Bobó marque tout autant un retour aux formes du burlesque américain de l'époque du muet, à Keaton et à Chaplin : à travers des scènes qui ont pour cadre la vie quotidienne des quartiers populaires de Porto, ce cinéma d'enfance retrouve l'enfance du cinéma. Oliveira ne reprend la caméra qu'en 1955, après un séjour en Allemagne, où son constant désir d'expérimenter l'amène à étudier la couleur et les procédés techniques. Et c'est le court-métrage Le Peintre et la ville (1956), essai sur la ville de Porto racontée à la lumière de la pe [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  OLIVEIRA MANOEL DE (1908-2015)  » est également traité dans :

JE RENTRE À LA MAISON (M. de Oliveira)

  • Écrit par 
  • Michel ESTÈVE
  •  • 989 mots

À l'instar d'une ouverture d'opéra qui condense les thèmes de l'œuvre à venir, la première séquence de Je rentre à la maison transcrit sobrement l'inspiration profonde du film : à partir d'interférences entre le théâtre et la vie, il s'agit de brosser le portrait en mouvement d'un comédien célèbre et vieillissant, Gilbert Valence (remarquablement interprété par Michel Piccoli), […] Lire la suite

PARLANT (CINÉMA) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 3 247 mots

1899 États-Unis. Th e Astor Tramp , « picture song » de Thomas Edison. Bande filmée destinée à être accompagnée d'une chanson chantée en salle (derrière l'écran) par des artistes invités. 1900 France. Présentation par Clément Maurice du Phono-Cinéma-Théâtre à l’'Exposition universelle. Au programme, une scène d' Ham l et interprétée par Sarah Bernhardt, une autre de Cyrano de Bergerac avec C […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre TOUATI, « OLIVEIRA MANOEL DE - (1908-2015) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/manoel-de-oliveira/